Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Piers Faccini
Interview  (Espace Jemmapes, Paris)  8 septembre 2011

Le song-writer anglo-italien, depuis 6 ans domicilié dans nos chères Cévennes, était de passage à Paris. On l'a rencontré entre une date au Trianon pour le tout nouveau Standing room et la sortie de son quatrième album, My Wilderness.

Peux-tu nous raconter l'histoire de My Wilderness ?

Piers Faccini : Je ne cherche pas à dire les choses en-dehors des chansons. J'écris des chansons et je me rends compte après coup, qu'à force d'écrire dans une période délimitée, elles ont un certain ordre et une certaine symétrie. J'essaie toujours de me trouver sur un registre différent. Le dernier, Two grains of sand, était à la troisième personne. C'est un album de conteur, contrairement aux deux premiers qui étaient plus dans l'autobiographie.

Là, j'ai voulu pousser la chanson au maximum, dans un registre de poésie. La poésie est un paradoxe : c'est quelque chose qu'on comprend sans l'expliquer, de l'ordre de l'intelligence émotionnelle. Je voulais que l'album soit à la fois transparent et opaque, c'est ça le paradoxe. En français, "wilderness" signifie désert : un lieu désertique, vaste, qui n'a pas de limites, presque, qui n'a pas été défini, cartographié. "My" wilderness veut donc dire qu'on a tous en nous ce paysage désertique et c'est là que je suis allé prendre des récits de voyage.

Où et comment s'est passé l'enregistrement ?

Piers Faccini : J'ai fait ça chez moi, dans les Cévennes. J'ai quitté Londres il y a 6 ans. C'est un genre de "wilderness" qui me plaît beaucoup, m'inspire beaucoup, un endroit assez magique et en même temps assez vide. J'ai voulu jouer au maximum des instruments et le faire chez moi pour avoir le plaisir de le faire à mon rythme, sans le stress d'un studio. Et aussi parce que je voulais suivre les étapes de près, moi-même, et à un rythme de vie. J'ai des enfants, j'aime bien les amener à l'école, m'occuper d'eux. Donc le disque s'est fait naturellement, sur une période d'un an.

Ensuite on a mixé l'album dans un très bon studio. Il y a quelques invités qui ont été très soigneusement choisis. A la trompette, Ibrahim Maalouf, au violoncelle Vincent Segal et au n'goni, un instrument malien, Makan Tounkara. Et une section rythmique absolument fabuleuse avec Jules Bikoko, bassiste, et Simone Prattico, batteur et percussionniste. Tous les violons ont été faits par Rodrigo d'Erasmo. Ce ne sont que des gens avec qui j'ai joué, qui sont des amis que j'aime beaucoup. C'est une sorte de famille musicale avec qui c'était naturel de travailler.

L'album mêle folk, blues, rock, il y a des résonances africaines et mêmes orientales. Il est d'une grande variété. Comment expliques-tu cela ?

Piers Faccini : C'est mon mélange, le mélange de mes racines, de toutes les inspirations que j'ai en musique depuis 20 ans. C'est ma sauce, qui mijote tranquillement dans le pot depuis très longtemps. C'est ce que les gens apprécient chez moi je pense. J'essaie d'avoir une écriture cohérente avec un registre d'influence assez varié, entre la musique africaine, quelques aspects de musique arabe, de folk anglais, de musique méditerranéenne, d'Italie du sud, de musique du Mississipi.

J'aime bien utiliser une métaphore culinaire : si vous voulez faire une bonne soupe, il faut attendre que tous ces ingrédients forment une sorte de mélange symbiotique. Si à la fin d'une chanson on entend trop les choses séparées, ça veut dire qu'elles n'ont pas assez mijoté. Tout est au service de la chanson.

Qu'est-ce qui te qualifie le mieux : poète, voyageur, musicien, peintre ?

Piers Faccini : Oui, aussi. Je suis surtout assez éclectique ! Je n'appartiens pas nécessairement à un registre. On n'est pas obligés d'être définis comme folk, ou rock, ou musique du monde. J'aime qu'on casse les barrières. C'est avant tout une musique d'auteur-compositeur, de song-writer, ce qui pour moi n'est pas une catégorie. On pense à un mec qui fait des ballades à la guitare acoustique alors que je ne me réduis pas à ça. Je revendique le fait de ne pas être mis dans une boîte précise.

Tu continues de peindre ?

Piers Faccini : Oui mais à mon rythme, assez lentement donc, parce que 90% de mon temps est consacré à la musique. Avant j'avais une galerie, j'exposais, je vendais mes tableaux et j'en vivais. Aujourd'hui, je suis plutôt musicien et quand j'ai le temps je me ressource dans la peinture.

Les deux se nourrissent-ils ?

Piers Faccini : Oui complètement. Quand je suis sur l'un, ça met en repos l'autre. Un peu comme l'eau trouble : quand tu vois que l'eau n'est pas claire, il faut attendre que tout retombe au fond. Le repos, le recul sont très importants. J'aime passer de l'un à l'autre pour avoir ce recul et une sorte d'objectivité sur mon travail.

Tu as choisi la France mais pas le Français ? Est-ce que tu penses à écrire en français ?

Piers Faccini : Cela ne fait que 6 ans que j'habite ici. C'est vrai que je parle français. J'ai écrit quelques trucs pour un exercice, mais c'est difficile parce qu'avant tout ce n'est pas mon langage musical. C'est un langage que je parle mais que je ne maîtrise pas assez pour bien l'écrire. Ma langue maternelle est l'anglais et en terme d'auteur, mes références sont plutôt anglaises. Même si pour moi Boubacar Traoré, Ali Farka sont des song-writers, qui chantaient en bambara, une langue que je ne parle pas. Mais je n'ai pas de référence dans la musique française. On va plus naturellement vers le langage qu'on a appris par nos influences. Je dois reconnaître qu'il n'y a pas grand chose que j'aime dans la musique française, mis à part JP Nataf, qui a une plume que j'apprécie beaucoup ou Holden que j'ai vu en concert l'autre jour et beaucoup aimé.

Hier tu as participé au Trianon à Standing Room, un spectacle d'un genre nouveau. Peux-tu en dire quelques mots ?

Piers Faccini : L'idée m'est venue en parlant avec les gens de Shakespeare & Cie, la librairie anglophone de référence à Paris. Je me suis rendu compte en allant à des lectures là-bas qu'ils avaient un public bien particulier d'anglophones et je me suis dit pourquoi pas essayer de célébrer l'écriture des song-writers et poètes de langue anglaise, à travers une soirée exclusivement en anglais.

Comme c'était la première et que je fais partie de l'organisation, c'est moi qui ai inauguré le concept. On a invité Francesca Beard avec qui je travaillais au début, avec qui j'ai fondé mon premier groupe. Cela s'est super bien passé. Le concept est lancé, maintenant on espère que ça durera. Par contre, il se peut que les gens qui ne comprennent pas l'anglais soient frustrés sur la partie poésie, où il n'y a pas la musique pour contre-balancer. On a fait des chansons de notre premier groupe, Charley Marlowe, ensuite on a fait un peu d'impro en demandant au public de nous donner un sujet. Charley Marlowe, c'était déjà un mélange de spoken word et de chant. C'était assez facile pour nous, c'est ce qu'on a toujours fait. On verra ensuite avec les autres comment ça se passe.

Il y a déjà quelqu'un sur le coup ?

Piers Faccini : On a des idées mais rien n'est calé. La prochaine devrait avoir lieu en décembre.

Ok merci beaucoup !

Retrouvez Piers Faccini
en Froggy's Session
pour 2 titres en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Leave no trace de Piers Faccini
La chronique de l'album Two grains of sand de Piers Faccini
Piers Faccini parmi une sélection de singles (juillet 2011)
La chronique de l'album My Wilderness de Piers Faccini
Piers Faccini en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (vendredi)
Piers Faccini en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Piers Faccini en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Piers Faccini en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Piers Faccini en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre

En savoir plus :
Le site officiel de Piers Faccini
Le Myspace de Piers Faccini

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Piers Faccini (8 septembre 2011)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=