Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
Soko - Piers Faccini - Selah Sue - Metronomy - Peter Doherty  (Parc de Bagatelle, Paris)  samedi 10 et dimanche 11 septembre 2011

Si la journée du samedi marquait le retour de l'été, celle du dimanche fait craindre le pire : nuages et averses sont annoncés tout au long de la journée. C'est d'ailleurs une bonne ondée qui nous cueille en début d'après-midi. Les petits hauts et sandalettes de la veille ont été troqués contre le ciré et les bottes. Au final, les cumulus menaçants défileront toute la journée au-dessus de nos têtes sans qu'une goutte de pluie ne vienne gâcher la fête.

Début des hostilités avec la jeune chanteuse française Soko. Seule à la guitare électrique, elle entonne de sa voix cristalline des mélodies aussi douces que le jus de fruit bio avec lequel on fait le plein de vitamines. Emmitouflée dans un imperméable beige foncé, chapeau de Crocodile Dundee sur la tête, Soko apparaît un poil nerveuse mais déborde d'énergie. Parle plus vite que son ombre entre deux chansons. Bientôt rejointe par un guitariste, passant tantôt derrière la batterie tantôt à la basse et accompagnée d'une boîte à rythme, elle donne dans un folk lo-fi inventif et débridé. Sympathique mais pas transcendant, d'autant plus que la fille au clavier s'applique à chanter faux sur les choeurs.

Place à Piers Faccini. Le plus francophone des anglo-italiens, venu défendre son nouveau disque (My Wilderness, sortie fin septembre), entame seul son concert, voix a capella passée dans un sampleur. Ses deux musiciens viennent ensuite l'entourer. Plusieurs chansons du futur album sont jouées (dont le très bon single "Tribe"). La musique de Piers Faccini oscille en permanence entre canons folk et sonorités africaines, comme en atteste "Your Name No More", reconnue immédiatement par les festivaliers.

Après un blues longuet, le chanteur interprète une belle ballade du précédent album A Home Away From Home. Dans la foulée, on craint que "A Storm Is Gonna Come" ne devienne prophétique. Mais le chanteur nous rassure : "Je joue cette chanson parce que j'ai vu un coin de ciel bleu". Le timbre de voix et les vocalises du chanteur, par ailleurs excellent mélodiste, régalent nos conduits auditifs. On aurait aimé un concert un peu plus long (3/4 d'heure seulement) et une setlist plus complète, mais on s'en contentera.

Qui aurait parié sur une BB Blonde (Belle Belge Blonde) de 22 ans pour susciter tant d'enthousiasme avec un premier disque abouti oscillant entre raggamuffin, soul et folk ? Pas grand monde. Mais en quelques mois, Selah Sue s'est fait un nom. Son disque cartonne et la chanteuse convainc partout où elle passe. Même les non adeptes du genre tombent sous le charme. Aperçue quelques minutes cet été à Werchter, elle nous avait laissé une bonne impression. Confirmation attendue aujourd'hui au jardin de Bagatelle.

Premier élément de réponse : Selah Sue maîtrise la scène sur le bout des ongles. En véritable pile électrique, elle tient son public comme une frontgirl chevronnée. Module son chant à sa guise (débit ultra rapide et saccadé, douceur extrême, puissance vocale digne d'une chanteuse soul, tout y passe). Parcourt la scène crânement, sans s'économiser. La miss n'a pas froid aux yeux et fait corps avec sa musique. Chanson après chanson, elle fait preuve de talent, intensité, et musicalité ("This World", "Peace Of Mind Raggamuffin", le tube sur toutes les lèvres "Raggamuffin" et le bouquet final "Crazy Sufferin Style"). En harmonie avec le public, on kiffe la vibe. Tout serait parfait si d'autres n'avaient pas défriché le terrain auparavant (on pense à Patrice, Nneka voire Duffy).

On le sent, ça se voit : beaucoup de monde est venu voir Metronomy. Le quatuor Londonien, groupe hype du moment et candidat au titre de groupe de l'été, est sur toutes les lèvres. S'ils en sont arrivés là, c'est surtout parce qu'ils ont sorti au printemps un bien bel album (The English Riviera). Rien de révolutionnaire, mais une collection de chansons bien troussées voire emballantes. Alors, Metronomy ? Brillants rats de studio ou vrai groupe live capable de rallier les foules à leur cause ?

"We Broke Free", l'intro d'English Riviera, ouvre le set, suivie de "Love Underlined" qui secoue bien le public. Deux titres de Nights Out ("Back On The Motorway" où le groupe commet l'irréparable en plaçant un solo de sax, puis "Holiday"), le premier album, font retomber la pression. La sombre "She Wants" met en exergue les talents du bassiste, au jeu chaloupé et aux déhanchements stylés. Les nouvelles chansons ajoutent à la rythmique efficace du premier disque une conscience pop bienvenue. Metronomy semble s'être trouvé sur English Riviera.

"Heartbreaker", qui surnageait sur Nights Out, reste une de leurs toutes meilleures compositions et réveille le public. Pendant "The Bay", les anglais touchent du doigt quelque chose de rare : une électro-pop intelligente capable de remuer les foules. Ils n'atteindront ce niveau à aucun autre moment du concert. S'en suit une fin de set décevante : "You Could Easily Have Me", incartade rock limite punk, est certes énergique, mais d'autres le font mieux qu'eux. "Corinne" puis "A Thing For Me" ne soulèvent pas vraiment l'enthousiasme alors que "The Look", single efficace d'English Riviera, sonne bien plate en live.

Malgré les coeurs lumineux sur la poitrine et les bonnes chansons, Metronomy laisse un sentiment mitigé. Leur prestation souffre notamment d'un manque de puissance sonore et les versions des morceaux restent un peu trop sages. Metronomy en concert, c'est comme le Schweppes : sautillant et frais mais pas renversant.

Frais, on doute qu'il le soit, Peter Doherty, lorsqu'il pénètre sur scène sans prévenir. Occupé à échanger nos derniers tickets boissons contre une pinte de cervoise teutonne, on regarde le début de sa prestation de loin. L'anglais surprend tout le monde, roadies y compris, en empoignant sa guitare en avance sur l'horaire. Il ne la lâchera plus une heure durant. Ce concert confirme que le grand échalas britannique reste un cas à part : comment se fait-il que tout seul, à l'arrache, visiblement éméché et livrant des versions parfois approximatives de ses morceaux, il signe le meilleur concert du week-end ?

Libéré de prison quelques semaines auparavant (il avait dû annuler son passage à Solidays fin juin pour cette raison), Peter Doherty livre un récital pendant lequel il passe en revue ses meilleures compositions (période Libertines et Babyshambles y comprise). Dans une setlist où le chanteur semble naviguer à vue trônent quelques perles de Grace / Wastelands, son album solo dont on ne cesse de mesurer la qualité, deux ans après ("Arcady", les sublimes "Lady Don't Fall Backwards" et "Sheepskin Tearaway" - dont l'enchaînement sera le point culminant du set -, "Last Of The English Roses").

Les Libertines ne sont pas oubliés avec "Can't Stand Me Now" où Soko (dans le rôle de Carl Barât pour l'occasion) n'en revient pas de se retrouver sur scène avec Mr. Doherty, et "Music When The Lights Go Out". Mais ce sont les chansons des Babyshambles qui recueillent la majorité des suffrages : "Delivery", "You Talk", "Fuck Forever" et "Albion" (encore avec Soko à l'harmonica). Ultime pirouette : une reprise de "Twist & Shout",  puis Peter Doherty tourne les talons, salue, et s'en va.

Ce soir, l'anglais était en mode Jukebox. Pas un grand concert, donc, mais une très bonne prestation où sa voix toujours aussi touchante et ses superbes compositions font la différence. Il est temps désormais pour lui d'écrire un nouvel album, en solo ou avec ses Babyshambles. Après deux ans sans nouveauté à se mettre sous la dent, on attend avec impatience la suite.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I Thought I Was An Alien de Soko
Soko en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Soko en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
La chronique de l'album Leave no trace de Piers Faccini
La chronique de l'album Two grains of sand de Piers Faccini
Piers Faccini parmi une sélection de singles (juillet 2011)
La chronique de l'album My Wilderness de Piers Faccini
Piers Faccini en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (vendredi)
Piers Faccini en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Piers Faccini en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Piers Faccini (8 septembre 2011)
La chronique de l'album eponyme de Selah Sue
La chronique de l'album George Benson - Jamie Cullum & Eric Cantona - Madeleine Peyroux - Angélique Kidjo - Bebel G de Jazz Loves Disney 2 - A Kind of Magic
Selah Sue en concert au Festival Art Rock 2010
Selah Sue en concert au Fil (vendredi 15 avril 2011)
Selah Sue en concert à L'Aéronef (mardi 29 novembre 2011)
Selah Sue en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
Selah Sue en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Selah Sue en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
Selah Sue en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Selah Sue en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - vendredi 24 avril
Selah Sue en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - samedi 22 août
Selah Sue en concert à Tourcoing Jazz Festival #30 (édition 2016) - samedi 22 octobre
Metronomy parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Metronomy parmi une sélection de singles (mai 2008)
La chronique de l'album Nights out de Metronomy
La chronique de l'album The English Riviera de Metronomy
Metronomy parmi une sélection de singles (avril 2012)
Metronomy en concert au Festival International Benicàssim 2008
Metronomy en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Metronomy en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Metronomy en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Metronomy en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - vendredi
Metronomy en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - vendredi
Metronomy en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet
Metronomy en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Metronomy en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Samedi 17
L'interview de Metronomy (29 mai 2008)
Peter Doherty en concert à L'Aéronef (dimanche 31 octobre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival We Love Green
Le blog de Pierre Baubeau

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Piers Faccini (8 septembre 2011)
Metronomy (29 mai 2008)


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=