Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Portrait d'une enfant déchue
Jerry Schatzberg  septembre 2011

Réalisé par Jerry Schatzberg. Etats Unis. Drame. Durée : 1h44 (Sortie le 28 septembre 2011 - 1ère sortie 1972). Avec Faye Dunaway, Barry Primus, Viveca Lindfors, Roy Schreider et Barry Morse.

Ces jours-ci, on a pu voir à Paris Jerry Schatzberg profiter de la "fashion week" et de la ressortie de ce "Portrait d’une enfant déchue" pour parler de sa longue carrière entre photographie de mode et septième art.

En trois réalisations, "Portrait d’une enfant déchue", "Panique à Needle Park" et "L’Épouvantail", Schatzberg a participé, au même titre que Coppola, Scorsese, Altman, De Palma et Paul Newman, à l’émergence du cinéma américain post-hollywoodien. S’il n’a pas, ensuite, connu la carrière de ses illustres pairs, il n’en reste pas moins que sa trilogie a profondément marqué les esprits.

Aujourd’hui, qu’en reste-t-il ? Peut-on regarder et juger comme un "simple" film ce fameux “Portrait d’une enfant déchue” ? C’est tout l’enjeu de ces ressorties de "films mythiques" dont la réputation n’est plus en adéquation avec leur vision.

Sur le papier, le film de Schatzberg demeure un immuable "grand film". Sur l’écran, force est à constater qu’il a subi l’assaut des ans et du temps. Faye Dunaway a beau être resplendissante, même quand elle est supposée être tombée dans l’oubli et dans la folie, on a souvent du mal à s’intéresser à son personnage convenu de mannequin déchu.

Photographe de mode ultra-célèbre, Schatzberg passe ici à la réalisation en s’inspirant d’une de ses amies mannequins, Ann Saint Marie, ayant connu le parcours qu’il prête à Lou-Andreas Sand, le top-model interprété par Faye Dunaway. C’est donc un premier film, qui, malgré son ambition, souffre de quelques maladresses inhérentes à son statut de premier film.

Était-ce, par exemple, une bonne idée de faire jouer à Faye Dunaway elle-même les scènes où elle est supposée être une pré-adolescente en tenue d’écolière ? Était-ce vraiment nécessaire que ces scènes reviennent plusieurs fois dans le film afin que l’on comprenne bien qu’elle a été victime d’un viol ? Parfois le film frôle la démonstration très démonstrative de "l’analyse psychanalytique pour les Nuls". Mais, c’était un temps où la psychanalyse - même dans sa version réductrice "woodyallénienne"- n’était pas encore dans les gènes des spectateurs des films dits pourtant intellectuels.

Reste une ambiance, un ton, des moments de cinéma qui font de "Portrait d’une enfant déchue" une œuvre de haut niveau quand on sait se détacher des scories du temps et des tics filmiques que l’on va rencontrer souvent dans les années de l’après classicisme hollywoodien. Objectivement, on préférera revoir les films de Paul Newman qui tiennent merveilleusement le coup plutôt que "Portrait d’une enfant déchue", dont d’ailleurs - et ce n’est pas qu’un hasard - l’acteur-réalisateur de "Rachel, Rachel" ou "De l’influence des rayons gammas sur le comportement des marguerites" est aussi le producteur.

Mais, quoi qu’il en soit, "Portrait d’une enfant déchue" est un document à voir pour s’imprégner du climat de cette Amérique en plein Vietnam, bouillonnante de contradictions et avide pour l’ultime fois d’un vrai idéal.

Pas étonnant si le cinéma américain des années 1970, qui s’ouvre précisément avec des films comme "Portrait d’une enfant déchue" ou "MASH", sera riche en artistes tentant vainement de prévenir la terre entière que le modèle américain n’est pas à suivre parce qu’il est porteur de désastre moral, qu’il broie les âmes et les cœurs, surtout s’ils ont la pureté fragile d’une Lou-Andréas Sand.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=