Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Portrait d'une enfant déchue
Jerry Schatzberg  septembre 2011

Réalisé par Jerry Schatzberg. Etats Unis. Drame. Durée : 1h44 (Sortie le 28 septembre 2011 - 1ère sortie 1972). Avec Faye Dunaway, Barry Primus, Viveca Lindfors, Roy Schreider et Barry Morse.

Ces jours-ci, on a pu voir à Paris Jerry Schatzberg profiter de la "fashion week" et de la ressortie de ce "Portrait d’une enfant déchue" pour parler de sa longue carrière entre photographie de mode et septième art.

En trois réalisations, "Portrait d’une enfant déchue", "Panique à Needle Park" et "L’Épouvantail", Schatzberg a participé, au même titre que Coppola, Scorsese, Altman, De Palma et Paul Newman, à l’émergence du cinéma américain post-hollywoodien. S’il n’a pas, ensuite, connu la carrière de ses illustres pairs, il n’en reste pas moins que sa trilogie a profondément marqué les esprits.

Aujourd’hui, qu’en reste-t-il ? Peut-on regarder et juger comme un "simple" film ce fameux “Portrait d’une enfant déchue” ? C’est tout l’enjeu de ces ressorties de "films mythiques" dont la réputation n’est plus en adéquation avec leur vision.

Sur le papier, le film de Schatzberg demeure un immuable "grand film". Sur l’écran, force est à constater qu’il a subi l’assaut des ans et du temps. Faye Dunaway a beau être resplendissante, même quand elle est supposée être tombée dans l’oubli et dans la folie, on a souvent du mal à s’intéresser à son personnage convenu de mannequin déchu.

Photographe de mode ultra-célèbre, Schatzberg passe ici à la réalisation en s’inspirant d’une de ses amies mannequins, Ann Saint Marie, ayant connu le parcours qu’il prête à Lou-Andreas Sand, le top-model interprété par Faye Dunaway. C’est donc un premier film, qui, malgré son ambition, souffre de quelques maladresses inhérentes à son statut de premier film.

Était-ce, par exemple, une bonne idée de faire jouer à Faye Dunaway elle-même les scènes où elle est supposée être une pré-adolescente en tenue d’écolière ? Était-ce vraiment nécessaire que ces scènes reviennent plusieurs fois dans le film afin que l’on comprenne bien qu’elle a été victime d’un viol ? Parfois le film frôle la démonstration très démonstrative de "l’analyse psychanalytique pour les Nuls". Mais, c’était un temps où la psychanalyse - même dans sa version réductrice "woodyallénienne"- n’était pas encore dans les gènes des spectateurs des films dits pourtant intellectuels.

Reste une ambiance, un ton, des moments de cinéma qui font de "Portrait d’une enfant déchue" une œuvre de haut niveau quand on sait se détacher des scories du temps et des tics filmiques que l’on va rencontrer souvent dans les années de l’après classicisme hollywoodien. Objectivement, on préférera revoir les films de Paul Newman qui tiennent merveilleusement le coup plutôt que "Portrait d’une enfant déchue", dont d’ailleurs - et ce n’est pas qu’un hasard - l’acteur-réalisateur de "Rachel, Rachel" ou "De l’influence des rayons gammas sur le comportement des marguerites" est aussi le producteur.

Mais, quoi qu’il en soit, "Portrait d’une enfant déchue" est un document à voir pour s’imprégner du climat de cette Amérique en plein Vietnam, bouillonnante de contradictions et avide pour l’ultime fois d’un vrai idéal.

Pas étonnant si le cinéma américain des années 1970, qui s’ouvre précisément avec des films comme "Portrait d’une enfant déchue" ou "MASH", sera riche en artistes tentant vainement de prévenir la terre entière que le modèle américain n’est pas à suivre parce qu’il est porteur de désastre moral, qu’il broie les âmes et les cœurs, surtout s’ils ont la pureté fragile d’une Lou-Andréas Sand.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=