Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Blonde Redhead
Conférence de presse  (La Route du Rock)  août 2004

Blonde Redhead, groupe atypique, vient pour la première fois à la Route du Rock et c'est un plaisir que de les rencontrer à l'occasion de leur conférence de presse.

Kazu Makino, Amédéo et Simone Pace paraissent calmes, détendus mais presque timides. Souriants, lumineux, ils sont heureux d'être là pour parler de leur dernier album "Misery is a butterfly" qui n'est pas si calme qu'il y paraît.

 

C'est la première fois que vous jouez à la Route du Rock. Comment vous sentez-vous?

Amédéo Pace : Heureux. Très heureux.

Votre dernier album Misery is a butterfly est sorti au début de l'année. Comment a-t-il été reçu et comment s'est passé la tournée?

Amédéo Pace : Bien. La tournée est intense mais elle se passe bien.

Vous êtes confiants maintenant ?

Amédéo Pace : Oui. Nous nous sentons plus à l'aise, plus naturels qu'au début de la tournée. C'était très dur parce qu'il s'agissait de nouvelles chansons, assez différentes des précédentes et nous étions un peu désorientés dans le panachage avec les anciennes chansons. Mais le temps passant, maintenant nous prenons beaucoup de plaisir.

Votre dernier album marque une évolution par rapport au son guitare-batterie noisy de Blonde Redhead. Pourquoi cette évolution ?

Amédéo Pace : L'évolution provient du fait qu'au début nous ne savions pas vraiment bien jouer, ni chanter. Nous faisions exactement ce que nous voulions faire mais de manière très spontanée. Mais notre premier album La mia via violenta ne peut pas vraiment être considéré comme noisy. Il est même calme. Les choses évoluent de manière naturelle. Nous maîtrisons mieux la technique ce qui nous permet d'explorer de nouveaux territoires.

Le titre de l'album recèle-t-il un contenu politique ou philosophique ?

Kazu Makino : Je ne pense pas qu'il y ait un contenu politique. Mais peut être que ce que nous faisons a un contenu politique. Il est difficile pour moi de l'expliquer. Sur le plan philosophique, oui et chacun peut le comprendre, même un bébé. Cela fait longtemps que j'ai réfléchi à la difficulté d'être du papillon qui a des ailes d'une taille démesurée par rapport à son corps et qui doivent être lourdes à porter. Mais cela a également un aspect positif car sans elles, le papillon ne serait qu'un vulgaire insecte. C'est aussi un peu une métaphore avec la misère.

Pensez-vous qu'il y ait une parenté au niveau du son entre cet album et Melody Nelson de Serge Gainsbourg ?

Amédéo Pace : Melody Nelson est un album stupéfiant car il possède une cohérence et crée une atmosphère particulière. Dans notre album, nous voulions essayer de capturer une atmosphère, d'avoir cette démarche mais sans pour autant sonner comme Melody Nelson. Cela étant cette référence est flatteuse.

En France, les gens et même les médias semblent découvrir Blonde Redhead avec cet album. Pas plus tard qu'hier dans un article de Ouest France on parlait de Blonde Redhead comme étant une découverte prometteuse. Pour vous, en restant dans la métaphore du papillon, est-ce le papillon qui sort de sa chrysalide ?

Kazu Makino : Ce serait formidable mais je ne sais pas. Je suis très heureuse que les gens aient cette perception mais pour moi l'album s'inscrit dans la continuité de ce que nous faisons. Je sais que c'est un peu différent mais je ne peux pas dire que les autres albums étaient agressifs et que celui est calme. Pour moi, d'une certaine manière, cet album est très violent. Quand nous l'avons terminé et écouté, je l'ai trouvé si violent, si brut. Je voulais qu'il soit plus paisible mais ce n'est pas ce que j'entendais. Je suis heureuse que l'on perçoive une différence. J'espère que cet album nous donnera une nouvelle vie mais je ne sais pas.

Comment se combine Misery is a butterfly avec les autres morceaux sur scène ?

Amédéo Pace : Nous laissons beaucoup de place à la spontanéité lors des concerts pour le choix des morceaux que nous allons jouer. Il est difficile parfois de maîtriser la musique qui est comme un animal. Nous sommes donc tributaire de choses qui nous sont extérieures. Il y a quelques jours, lors d'un concert en Suède nous avons joué 3 nouvelles chansons et nous avons senti que cela passait mal. Nous avons donc enchaîné sur des anciens morceaux et cela a été impeccable.

Vous vivez aux Etats Unis. Vous tenez-vous informé de ce qui se passe sur les scènes musicales américaines très effervescentes? En faites-vous partie et de quelle manière peuvent-elles vous influencer?

Amédéo Pace : Nous avons des amis dans les différentes villes comme Olympia, Washington. Nous jouons parfois avec des groupes comme Fugazi. Mais nous ne sommes pas vraiment affiliés à une scène particulière. L'affiliation avec Sonic Youth vient du fait que nos premiers albums étaient sortis sous le label de Steve Shelley, Smell like Records, mais nous n'appartenons pas à leur univers musical. En revanche, nous nous sentons plus proche de groupes comme Yeah Yeah Yeahs ou Liars de la scène musicale new-yorkaise. Il y a plein de très bons groupes avec lesquels nous aimerions jouer à titre d'expérience musicale.

Kazu Makino : Sur trente mètres carrés, il peut y avoir plein de très bons groupes. Mais ce n'est pas parce que la scène est proléfique que cela vous permet d'écrire de bonnes chansons. Il faut aussi savoir écrire des chansons décentes pour pouvoir exister, il ne suffit pas seulement d'appartenir à une scène ou à une autre.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Misery is a butterfly de Blonde Redhead
La chronique de l'album 23 de Blonde Redhead
La chronique de l'album Penny Sparkle de Blonde Redhead
La chronique de l'album Barragàn de Blonde Redhead
La chronique de l'album Masculin Féminin de Blonde Redhead
Articles : Photos Blonde Redhead et Girls in Hawaii - La Route Du Rock
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Blonde Redhead en concert au Festival Primavera sound 2007 (vendredi)
Blonde Redhead en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Blonde Redhead en concert au Bataclan (17 avril 2008)
Blonde Redhead en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=