Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Blonde Redhead
Conférence de presse  (La Route du Rock)  août 2004

Blonde Redhead, groupe atypique, vient pour la première fois à la Route du Rock et c'est un plaisir que de les rencontrer à l'occasion de leur conférence de presse.

Kazu Makino, Amédéo et Simone Pace paraissent calmes, détendus mais presque timides. Souriants, lumineux, ils sont heureux d'être là pour parler de leur dernier album "Misery is a butterfly" qui n'est pas si calme qu'il y paraît.

 

C'est la première fois que vous jouez à la Route du Rock. Comment vous sentez-vous?

Amédéo Pace : Heureux. Très heureux.

Votre dernier album Misery is a butterfly est sorti au début de l'année. Comment a-t-il été reçu et comment s'est passé la tournée?

Amédéo Pace : Bien. La tournée est intense mais elle se passe bien.

Vous êtes confiants maintenant ?

Amédéo Pace : Oui. Nous nous sentons plus à l'aise, plus naturels qu'au début de la tournée. C'était très dur parce qu'il s'agissait de nouvelles chansons, assez différentes des précédentes et nous étions un peu désorientés dans le panachage avec les anciennes chansons. Mais le temps passant, maintenant nous prenons beaucoup de plaisir.

Votre dernier album marque une évolution par rapport au son guitare-batterie noisy de Blonde Redhead. Pourquoi cette évolution ?

Amédéo Pace : L'évolution provient du fait qu'au début nous ne savions pas vraiment bien jouer, ni chanter. Nous faisions exactement ce que nous voulions faire mais de manière très spontanée. Mais notre premier album La mia via violenta ne peut pas vraiment être considéré comme noisy. Il est même calme. Les choses évoluent de manière naturelle. Nous maîtrisons mieux la technique ce qui nous permet d'explorer de nouveaux territoires.

Le titre de l'album recèle-t-il un contenu politique ou philosophique ?

Kazu Makino : Je ne pense pas qu'il y ait un contenu politique. Mais peut être que ce que nous faisons a un contenu politique. Il est difficile pour moi de l'expliquer. Sur le plan philosophique, oui et chacun peut le comprendre, même un bébé. Cela fait longtemps que j'ai réfléchi à la difficulté d'être du papillon qui a des ailes d'une taille démesurée par rapport à son corps et qui doivent être lourdes à porter. Mais cela a également un aspect positif car sans elles, le papillon ne serait qu'un vulgaire insecte. C'est aussi un peu une métaphore avec la misère.

Pensez-vous qu'il y ait une parenté au niveau du son entre cet album et Melody Nelson de Serge Gainsbourg ?

Amédéo Pace : Melody Nelson est un album stupéfiant car il possède une cohérence et crée une atmosphère particulière. Dans notre album, nous voulions essayer de capturer une atmosphère, d'avoir cette démarche mais sans pour autant sonner comme Melody Nelson. Cela étant cette référence est flatteuse.

En France, les gens et même les médias semblent découvrir Blonde Redhead avec cet album. Pas plus tard qu'hier dans un article de Ouest France on parlait de Blonde Redhead comme étant une découverte prometteuse. Pour vous, en restant dans la métaphore du papillon, est-ce le papillon qui sort de sa chrysalide ?

Kazu Makino : Ce serait formidable mais je ne sais pas. Je suis très heureuse que les gens aient cette perception mais pour moi l'album s'inscrit dans la continuité de ce que nous faisons. Je sais que c'est un peu différent mais je ne peux pas dire que les autres albums étaient agressifs et que celui est calme. Pour moi, d'une certaine manière, cet album est très violent. Quand nous l'avons terminé et écouté, je l'ai trouvé si violent, si brut. Je voulais qu'il soit plus paisible mais ce n'est pas ce que j'entendais. Je suis heureuse que l'on perçoive une différence. J'espère que cet album nous donnera une nouvelle vie mais je ne sais pas.

Comment se combine Misery is a butterfly avec les autres morceaux sur scène ?

Amédéo Pace : Nous laissons beaucoup de place à la spontanéité lors des concerts pour le choix des morceaux que nous allons jouer. Il est difficile parfois de maîtriser la musique qui est comme un animal. Nous sommes donc tributaire de choses qui nous sont extérieures. Il y a quelques jours, lors d'un concert en Suède nous avons joué 3 nouvelles chansons et nous avons senti que cela passait mal. Nous avons donc enchaîné sur des anciens morceaux et cela a été impeccable.

Vous vivez aux Etats Unis. Vous tenez-vous informé de ce qui se passe sur les scènes musicales américaines très effervescentes? En faites-vous partie et de quelle manière peuvent-elles vous influencer?

Amédéo Pace : Nous avons des amis dans les différentes villes comme Olympia, Washington. Nous jouons parfois avec des groupes comme Fugazi. Mais nous ne sommes pas vraiment affiliés à une scène particulière. L'affiliation avec Sonic Youth vient du fait que nos premiers albums étaient sortis sous le label de Steve Shelley, Smell like Records, mais nous n'appartenons pas à leur univers musical. En revanche, nous nous sentons plus proche de groupes comme Yeah Yeah Yeahs ou Liars de la scène musicale new-yorkaise. Il y a plein de très bons groupes avec lesquels nous aimerions jouer à titre d'expérience musicale.

Kazu Makino : Sur trente mètres carrés, il peut y avoir plein de très bons groupes. Mais ce n'est pas parce que la scène est proléfique que cela vous permet d'écrire de bonnes chansons. Il faut aussi savoir écrire des chansons décentes pour pouvoir exister, il ne suffit pas seulement d'appartenir à une scène ou à une autre.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Misery is a butterfly de Blonde Redhead
La chronique de l'album 23 de Blonde Redhead
La chronique de l'album Penny Sparkle de Blonde Redhead
La chronique de l'album Barragàn de Blonde Redhead
La chronique de l'album Masculin Féminin de Blonde Redhead
Articles : Photos Blonde Redhead et Girls in Hawaii - La Route Du Rock
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Blonde Redhead en concert au Festival Primavera sound 2007 (vendredi)
Blonde Redhead en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Blonde Redhead en concert au Bataclan (17 avril 2008)
Blonde Redhead en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Blonde Redhead en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=