Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Après le Sud
Jean-Jacques Jauffret  octobre 2011

Réalisé par Jean-Jacques Jauffret. France. Drame. Durée : 1h32 (Sortie le 12 octobre 2011) Avec Adèle Haenel, Ulysse Grosjean, Yves Ruellan et Sylvie Lachat.

Le cinéma c’est du mystère, toujours du mystère. Souvent on aime-on n’aime pas dans la même seconde et aux termes des 5 400 qui constituent habituellement un film, on ne sait pas trop si le pile l’emporte sur le face.

Sauf peut-être quand on doit attribuer des étoiles ou donner un prix au film qu’on vient de voir, quand on veut complaire à ses compagnons de projection et que l’on se contente de répéter le jugement des critiques que l’on paraphrase.

"Après le Sud" appartient au genre des films qui laissent perplexe. On apprécie d’abord sa construction très rigoureuse, avec un récit vu sur plusieurs angles qui se correspondent ou pas et dont les pièces, comme dans tout puzzle, finissent par s’ajuster pour aboutir à la tragédie finale.

Puis, on s’interroge sur l’intérêt de cette construction très formalisée et très formatée. N’est-ce pas un moyen de surligner et d’étirer un propos parfois autant anecdotique que répétitif ?

Reviennent en tête des films casse-pieds dont "Vers le Sud"s’inspireraient et l’on s’en veut de penser par exemple à ces "Petits arrangements avec la mort" de triste mémoire et de Pascale Ferran...

Une fois passé l’obstacle de la forme, on soulignera combien les histoires sont bien racontées, comment elles contiennent des moments singuliers qui retiennent vraiment l’attention, tel le "martyr de l’obèse" subie par Sylvie Lachat ou la fouille humiliante d’Yves Ruellan par les vigiles du supermarché. Méticuleux jusqu’à la maniaquerie, Jean-Jacques Jauffret parsème ses récits de petits détails qui intriguent et fatiguent à la fois.

Si l’on est déjà en plein agacement, on se lassera plus encore à suivre ses personnages quasi-mutiques dont le silence est simplement contrecarré par quelques marmonnements ou entrecoupé de phrases toutes faites. Pourtant, les quatre personnages qui s’entrecroisent sont bien campés et suscitent de l’intérêt, même si parmi eux, on retrouve Adèle Haenel, la jeune héroïne de "La Naissance des Pieuvres" de Céline Sciamma.

Car Jean-Jacques Jauffret partage avec la réalisatrice de "Tomboy", cette manière de brider ses acteurs, de les empêcher de sortir de leurs partitions trop écrites au risque d’échapper au crédible et au naturel. Comme "Tomboy", "Après le Sud" devrait malgré tout recevoir les gros louanges des partisans d’un cinéma cérébral et froid, qui, hélas, ne flirte jamais avec les codes bressoniens.

Même si Adèle Haenel a quelque chose des héroïnes de Bresson, et l’on pense à Marika Greene dans "Pickpocket", elle semble cantonnée dans un registre où l’on ne rigole pas sans pour cela gagner une chance de transcendance ou de cette grâce qui touche les douces créatures du maître.

Les réticents trouveront que le film est trop charpenté, trop bien écrit, sans la moindre aspérité porté qu’il est par une ambition mal cachée d’être reconnu en tant que "grand film". Les autres lui reconnaîtront le statut qu’il souhaite qu’on lui reconnaisse : celui de vrai film indépendant art et essai. Ils y puiseront sans doute le plaisir de revoir sur un écran une espèce de cinéma plus en voie de disparition que d’apparition.

Qu’on se range finalement dans un camp ou dans un autre, ou dans aucun, on ne regrettera pas les 5520 secondes que l’on accordera au premier film de Jean-Jacques Jauffret. S’il comprend qu’il faut mettre un peu de mou dans sa caméra-gâchette, une petite pincée d’humour dans son écriture et qu’il doit également desserrer les chaînes qui entravent ses comédiens, il devrait refaire parler de lui autrement qu’à pile ou face.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=