Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Kills
Conférence de presse  (La Route du Rock)  août 2004

Lui, dandy anglais décalé, pantalon destroy, veste étriquée vintage et cravate jaune nouée à même la peau ne se départit pas d'un flegme et d'un humour très british. Elle, l'américaine, longue liane brune presque timide ne lâche pas sa cigarette.

VV (Alison Mosshart) a traversé l’Atlantique pour rencontrer Hotel (Jamie Hince). Une rencontre prédestinée qui a conduit à la formation du sulfureux duo The Kills.

Un couple sur scène comme à la ville. Et une belle déclaration d'amour.

Votre album est sorti depuis un an...

Hotel : Nous avons beaucoup tourné à la suite de la sortie de l'album.

Nous avons terminé en décembre 2003 et nous sommes partis à New York pour écrire de nouvelles chansons. Nous sommes allés dans le Michigan, dans un endroit un peu retiré car nous avions besoin de vide et d'espace pour nous sentir libérés de toute pression. Nous avons également produit un groupe anglais Archie Bronson Outfit.

L'enregistrement a eu lieu en France?

Hotel : Oui, chez Black Box Recorder. L'album est sorti la semaine dernière.

Où en est l'écriture du prochain album et quelle en sera la couleur par rapport à l'album précédent ?

VV : L'album est achevé. La comparaison est difficile car le premier résultait d'un long processus d'écriture et d'expérimentations. Le second a été écrit plus rapidement. L'enregistrement s'est effectué en un mois.

Hotel : Pour le premier, nous voulions un son très brut, comme la peau sur les os. Pour le second, nous voulions aller encore plus loin, pour un son encore plus brut. Ce que nous voulons c'est que cela sonne comme l'album sorti en 1975 d'un groupe en avance sur son temps.

Etes-vous prêt à renouveler l'enregistrement en un mois?

Hotel : Oui, absolument. La tournée a été intense. Enregistrer en un mois était une nécessité et pas une obligation que nous nous serions fixé. Lors des tournées, nous ne disposons pas de suffisamment de temps pour écrire. Nous disposions d'un mois pour faire l'album que nous avons autoproduit, écriture et enregistrement compris.

Etiez-vous dans le même processus avec le groupe que vous avez produit ?

Hotel : C'était leur premier album donc le processus d'écriture a été plus long, sur un an, mais la production s'est faite en deux semaines donc de manière très intensive et brute.

Aimez-vous jouer dans un festival de rock et quelle satisfaction en tirez-vous ?

VV : Tout dépend du festival. Et également de l'heure à laquelle nous jouons. Pour nous, il est préférable de jouer le soir, la nuit tombée.

Pourquoi?

VV : Quand on débute dans un groupe rock on joue souvent dans les clubs et la nuit. Donc jouer le soir nous rappelle ces souvenirs et on se sent plus à l'aise.

Hotel : Les festivals sont souvent un peu glauques du fait de la promiscuité, les tentes, les toilettes…Jouer l'après midi, en plein soleil, avec les panneaux publicitaires nous convient pas trop. Et puis les festivals impliquent toujours un peu de nostalgie. L'atmosphère des clubs nous convient davantage.

Enregistrer de manière plus brut est une tendance qui se développe actuellement. Pour vous s'agit-il d'un véritable concept ou s'agit-il simplement de capter un son plus live qui ressemble à celui des concerts ?

VV : Il est vrai qu'il y a une mode des groupes qui se revendiquent d'un son vintage. Pour ce qui nous concerne ce n'est pas du tout calculé. Pour nous ce n'est pas du tout cela.

Hotel : Le fait de jouer à 2 avec une boîte à rythmes et un instrument implique d'avoir un gros son de guitare. Le son est brut mais il n'est pas très gros, comme le faisaient les Stugges. Notre son est hifi mais avec de l'ampleur. Nous faisons la musique que nous aimons et nous ne nous inscrivons pas trop dans une démarche de mode. Nous voulons que notre musique marque les gens et que notre groupe s'inscrive dans la continuité et non dans la mode.

Par rapport à une réponse précédente quant à la préférence pour jouer le soir, cela veut-il dire que leur musique est plus adaptée aux clubs qu'aux grandes salles ?

VV : Nous aimons les 2.

Hotel : La musique des Kills est destinée à tout le monde. L'idéal rock d'un petit groupe de rock est de jouer dans des clubs sombres, enfumés, un peu crasseux, conformément aux fantasmes qu'il véhicule. Mais jouer dans un festival permet de toucher un maximum de gens et c'est ce qui importe pour nous.

Quand sortira votre prochain album?

Hotel : En janvier.

Vous avez d'autres sorties prévues je crois?

Hotel : Nous avons travaillé sur un film qui prend la forme d'un document sur notre groupe, notamment lors de notre tournée aux Etats-Unis et il comportera quelques séquences tournées à Paris quand nous étions venus pour en concert. Cela sortira en DVD en couplé avec l'album. Il y aura également la sortie d'un EP avant l'album.

Vous continuez à tourner?

Hotel : Nous ferons une tournée en Europe avec Franz Ferdinand fin 2004 et puis nous partirons pour une tournée Etats-Unis Japon après la sortie de l'album.

Avec le recul que pensez-vous de la musique de Scarfo votre ancien groupe ?

Hotel : C'est tout à fait différent. J'éprouve une vraie nostalgie de cette époque. Je jouais avec deux amis, nous avions grandi ensemble. Et puis ils ne me parlent plus.

Mais j'ai rencontré VV qui est une partenaire d'esprit , mon alter ego et nous sommes comme des jumeaux. Et je n'envisage pas de vivre ou jouer sans elle. Quand elle n'est pas là, je ne me sens pas bien. Notre relation est très intense. C'est à la vie à la mort.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Keep on your mean side de The Kills
La chronique de l'album No wow de The Kills
La chronique de l'album Midnight Boom ! de The Kills
La chronique de l'album Blood Pressures de The Kills
La chronique de l'album Ash & Ice de The Kills
The Kills en concert à La Cigale (7 juin 2003)
The Kills en concert au Festival Les Inrockuptibles 2003
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
The Kills en concert à La Cigale (3 juin 2005)
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
The Kills en concert à la Salle des Fêtes de Ramonville (30 mai 2005)
The Kills en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi) - 2ème
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
The Kills en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
The Kills en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
The Kills en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août

En savoir plus :
Le site officiel de The Kills
Le Soundcloud de The Kills
Le Facebook de The Kills

Crédits photos : Froggy


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=