Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Skylab
Julie Delpy  octobre 2011

Réalisé par Julie Delpy. France. Drame. Durée : 1h53 (Sortie le 5 octobre 2011) Avec Aure Atika, Bernadette Lafont, Noémie Lvosky, Emmanuelle Riva, Vincent Lacoste, Marc Ruchmann, Sophie Quinton et Denis Ménochet.

Décidément, les années 70 sont à la mode dans le cinéma français. Bonne ou mauvaise nouvelle pour ceux qui les ont vécues, désormais elles sont traitées au cinéma comme des années "historiques".

Enfin les quadra-quinqua vont comprendre les réticences de leurs parents devant la vision cinématographique des années 1940, les a-prioris et les approximations qu’ils reprochaient à toutes ses reconstitutions ripolinées avec en fond sonore "Mon Amant de Saint-Jean".

Après "Potiche” de François Ozon, voilà "Le Skylab" de Julie Delpy pour replonger dans la nostalgie de la fin des "Trente Glorieuses" et de l’après-68. À la différence d’Ozon qui passait par la caricature sociale pour faire revivre des années infiniment politiques, Julie Delpy s’y colle en animant une photo d’un repas de famille où étaient réunis tous ses proches.

Bonne idée de départ que cette réunion de famille, cette partie de campagne bordélique dans laquelle se mêlent parigots et provinciaux, prolos et professions libérales, partisans de l’OAS et amateurs de Léo Ferré, simples d’esprits et esprits pervers, avec en arrière-fond historique moins deux ans au compte à rebours des années Mitterrand.

Bref toute la société française assiste à ce méchoui où les haricots ont hélas été remplacés par du couscous. Comme chez Claude Sautet, il pleut de temps à autre et les parties de foot permettent de mélanger ceux que la vie ou l’idéologie oppose. Comme chez Pascal Thomas, les petits sont sur les traces des grands question sexualité. Julie Delpy a même trouvé son Bernard Ménez en la personne de Vincent Lacoste, déjà bien ménézisant dans "Les Beaux Gosses".

On mettra à son crédit une belle habileté à diriger une copieuse brochette d’acteurs. Les engueulades entre grandes gueules "racistes" et beaux esprits de gauche autour d’une table pleine de bouteilles sont impeccables. Ici, pas de numéros d’acteurs s’écoutant jouer comme dans "Les Petits Mouchoirs", mais une proposition d’ambiance familiale parfaitement crédible et sincère.

On lui saura gré d’avoir recycler en grands-mères "La Fiancée du pirate" et "Thérèse Desqueyroux", de mieux nous faire connaître Denis Ménochet dont on n’a sans doute pas fini d’entendre parler - pour le meilleur et aussi pour le pire -, de transformer papa Delpy en tonton à l’Ouest mais qui a compris que l’hymne de ces années charnières était "La Balade des gens heureux".

Au bout du compte, cette cérémonie familiale survitaminée n’est pas désagréable et rappellera à beaucoup le temps des tontons et des tatas et celui des éternels déjeuners du dimanche avec la table des enfants rieurs et la table des parents pleine de sous-entendus, de colères soudaines suivies d’apaisements lourdement silencieux.

Seul gros bémol, outre un long prologue-épilogue inutile avec Karin Viard incarnant la Julie Delpy passablement agaçante d’aujourd’hui, une tendance certaine à donner raison aux babas pas encore bobos sur les autres, forcément gros cons de droite oscillant entre frustration et déviance sexuelles.

Sauf à soigner le public supposé client de ce genre de film, il y a là quelque chose de contre-productif, un sectarisme bien-pensant qui se refuse à comprendre l’autre, un presque mépris qui va à l’encontre de la bonne ambiance du film.

Cela dit, "Le Skylab" est un foutoir, un drôle de foutoir à voir. On y aperçoit un tonton sosie de Joe Dassin, c’est vous dire !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=