Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Honk (to stop executions)
Arnaud Gaillard et Florent Vassault     (novembre 2011) 

Réalisé par Arnaud Gaillard et Florent Vassault. France. Documentaire. Durée : 1h08. (Sortie 9 novembre 2011).

Si l’on s’amusait à rassembler tous les films qui traitent de la peine de mort, on obtiendrait un ouvrage copieux qui partirait de Méliès pour aboutir à Clint Eastwood.

Évidemment, beaucoup de films sur ce sujet fort ont le désavantage d’être des thèses manichéennes, des plaidoyers plus ou moins simplistes contre cette survivance du temps de la loi du lynch et des lapidations publiques.

En général, pour se faciliter la tâche et construire un beau suspense, les scénaristes préfèrent appuyer leurs démonstrations sur des erreurs judiciaires, sur le sort d’innocents se retrouvant dans le couloir de la mort. Il faut tout le génie de Truman Capote pour permettre à Richard Brooks de faire avec "De Sang Froid" un réquisitoire contre l’exécution capitale en prenant pour exemple un crime odieux pratiqué par deux hommes sans excuses.

Dans sa catégorie, celle des documentaires se revendiquant abolitionnistes, "Honk" est une réussite sans aucune faute de goût. Ne cherchant jamais à démontrer, Arnaud Gaillard et Florent Vassault ont filmé in situ des citoyens américains concernés par la peine de mort.

Ainsi, nous voilà de nuit sur un parking où deux groupes attendent l’arrivée d’un bus de l’administration pénitentiaire. D’un côté, les parents de la victime, de l’autre, ceux de son meurtrier. Le bus va les mener ensemble assister à son exécution. D’autres portraits vont suivre et tous ces Américains, confrontés à l’impensable violence, qui nourrit pourtant les fictions télévisuelles et les discours des politiciens et des prêcheurs démagogues, vont dire leurs vérités avec une dignité respectable.

Que ce soit cette mère qui a assisté à l’exécution du meurtrier de son fils ou ce père qui a mis presque deux décennies à sauver son fils innocent de la machine de mort, tous ces braves Américains disent de belles choses. Ou les font.

À l’image de cette autre mère vivant dans un bric-à-brac frisant l’extrême pauvreté et qui le quitte pour monter dans une superbe décapotable, direction la route qui longe le pénitencier où son fils attend la mort. Et là, bien que les hauts-murs du pénitencier soient lointains et empêchent d’entendre le moindre bruit de l’extérieur, elle se met à klaxonner de "toutes ses forces". Klaxonner, ça se dit "to honk" en texan. Et c’est le seul moyen, dérisoire, symbolique, qu’ont trouvé la poignée d’opposants au meurtre légitimé par la Loi.

Quand les protagonistes de "Honk", souvent obèses, parlent, le cinéphile n’en croit pas plus ses oreilles que ses yeux : il a l’impression d’être non seulement devant des personnages de John Ford mais également devant des dialogues sortis des films du réalisateur du "Prisoner of Shark Island".

Le contraste est alors saisissant avec les discours primaires des prêcheurs justifiant la mort qui, eux aussi, semblent provenir de l’imagerie westernienne, avec leur rhétorique s’appuyant sur la Bible et le colt.

"Honk" réussit son coup grâce à ce contraste saisissant entre l’humanité des gens plongés dans le malheur et l’inhumanité d’une société dopée dans son refus de l’abolition de la peine de mort par des principes messianiques. Encore une fois, l’Amérique fait peur. D’autant plus peur, qu’elle est composée de braves gens pacifiques qui ne méritent pas d’être dirigés par une oligarchie qui les manipulent depuis toujours en leur vendant une dialectique bas de gamme fondée sur l’opposition entre le Bien et le Mal.

Pour ne pas arranger les choses, Arnaud Gaillard et Florent Vassault nous apprennent que l’injection létale, pratiquée soi-disant pour éviter la cruauté de la chaise électrique ou du peloton d’exécution, a été inventée par le médecin personnel d’Adolf Hitler...

En complément de son film, Arnaud Gaillard fait paraître aux éditions Max Milo un ouvrage, "999", sous-titré "Au cœur des couloirs de la mort".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=