Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce France de Griessen
Interview  (Paris)  12 septembre 2011

16ème arrondissement. Appartement sur les toits. Déco signée France de Griessen avec roses, aquarelles et miroirs. A l'occasion de la sortie de son premier album, Electric Ballerina (le 26 septembre 2011), elle nous reçoit avec un de ses guitaristes favoris : Shanka, de No One Is Innocent.

On te connaît peu, voire pas. Pourtant, tu fais tout un tas de choses sur lesquelles on reviendra plus tard bien sûr. Mais pour commencer, comment te décrirais-tu ?

France de Griessen : Comme une artiste pluridisciplinaire. Je suis musicienne, auteur-compositeur, chanteuse évidemment, aquarelliste, comédienne, auteur, metteur en scène, performeuse. Depuis toujours, je mélange différents moyens d'expression artistique. Cela ne veut pas dire pour autant que je sois dilettante, comme certains le pensent... J'ai juste construit ma vie autour de l'art, avec les sacrifices que cela comporte. Beaucoup d'artistes sont pluridisciplinaires ! Pour citer des gens que j'aime beaucoup, il y a Patti Smith par exemple, qui écrit, qui est musicienne, qui chante, fait des photos, dessine. Marianne Faithfull aussi : elle a sorti un livre, elle joue dans des films, écrit des textes, compose des chansons, se produit. Il y en a beaucoup dans ce cas. Souvent on connaît un artiste par un certain biais sans forcément savoir le reste. Mais je pense que tout se réunit et tout s'influence.

Comment tout cela s'articule ?

France de Griessen : Ce que j'aime, c'est créer un univers et pour ça j'utilise le visuel : dans mes livrets d'albums, il y a mes aquarelles. Je suis très attentive aux photos que je choisis. Mais tout peut aussi fonctionner de façon indépendante. Quelqu'un peut s'intéresser uniquement à la partie musicale. Ou à mes aquarelles. Ou à ce que j'ai fait en théâtre. Souvent, les gens arrivent par l'une ou l'autre porte et voient le reste si ça leur parle. Avant je ne parlais pas de ce côté pluridisciplinaire. De mes expériences de théâtre alternatif par exemple. Après j'ai fait des choses plus "mainstream", j'ai notamment travaillé avec Edouard Baer. Mais je voulais laisser les gens découvrir la musique et voir le reste plus tard. De même quand je faisais du théâtre, je ne parlais pas forcément de la musique. Maintenant je le fais, parce que c'est moi !

Electric Ballerina, ton premier album, sort très bientôt. On y trouve du rock, du punk, du blues, de la chanson, du français (beaucoup ! ce qui est plutôt rare), de l'anglais. Il est très varié mais il a bien une identité, un fil directeur. Quels sont-ils ?

France de Griessen : Oui tout à fait ! Alors je suis partie d'un conte. Je m'intéresse beaucoup aux contes dans leur version non expurgée. Comme les contes d'Andersen, qui sont à la fois très féeriques et affreux.

Cela transparaît dans tes dessins d'ailleurs...

France de Griessen : Ah merci, je suis contente que tu l'aies vu ! Donc il y a un conte qui s'appelle Les Chaussons rouges : je ne sais pas si Andersen l'a écrit dans cette intention mais pour moi, il illustre parfaitement ce qu'est la vie d'un artiste, en tout cas telle que je la vis, à savoir être en équilibre sur un fil, entre ce à quoi on a besoin d'être connecté, la créativité, le monde de l'imaginaire, le fantastique, le rêve. Ses démons aussi, puisque l'un ne va pas sans l'autre. Et en même temps, il faut aussi réussir à communiquer avec les autres et à partager cet univers.

Ce n'est pas simple. Pour moi en tout cas ! J'ai dû vraiment lutter contre l'auto-destruction. Ne me sentant pas adaptée au monde tel qu'il était et n'arrivant pas à m'y adapter, j'avais tendance à vouloir me faire du mal. C'est vraiment le rock qui m'a permis de comprendre que je pouvais faire autrement, trouver des gens à qui cette chose que je suis parlerait et rencontrer mes pairs. D'autres musiciens, d'autres artistes et évidemment un public aussi. Et des gens qui, comme moi, aspirent à la poésie, à de la violence, à des choses super vénères qui envoient du bois et en même temps très romantiques.

Au niveau musical, on sent bien la filiation du punk français. Les Béru, les Garçons bouchers, Ludwig Von 88 : ils avaient un message politique, un vrai engagement. Et toi ? Que revendiques-tu ?

France de Griessen : Je suis totalement engagée. Le punk est mon école de pensée, il m'a construite. Quand on parle de "no future", souvent il y a une incompréhension de la part des gens qui ne sont pas familiers avec cette culture, qui vont penser que c'est quelque chose de totalement nihiliste. Or, le punk se place dans un contexte social précis et ça veut dire, pas de futur tel que celui que vous nous proposez. Ce qui ne veut pas dire pas de futur du tout. Et si le mouvement est toujours bien vivant, c'est parce que c'est un message de remise en question de la société.

Et cette façon de remettre en question les choses, je la vis au quotidien. Déjà je suis végétalienne : je n'ai pas du tout envie de soutenir l'industrie agroalimentaire. J'invite vraiment les gens à se renseigner sur ce que subissent les animaux dans les usines, pour le confort de l'homme. Il faut se poser des questions. Pour moi, cela a été parfois compliqué, par exemple avec l'autorité. Ce n'est pas parce que quelqu'un est prof ou plus vieux, qu'il a le droit de me dire ce que je dois penser. Je n'attends pas du tout que les gens fassent leurs preuves devant moi. J'attends juste de voir ce qu'ils ont à proposer et si ça m'intéresse, ok. Cela rend peut-être le quotidien un peu plus complexe mais amène aussi à rencontrer des gens extraordinaires, à avoir des discussions riches, qui invitent à ne pas gober n'importe quoi, à s'informer, à réfléchir sur le monde.

Je reviens sur la question des animaux car elle m'est chère : en ce moment il y a un énorme retour de la fourrure dicté par l'industrie de la mode qui essaie d'empêcher les documentaires, les infos de circuler, en la montrant comme un produit de rêve et de merveilleux alors que c'est de la torture, de l'holocauste animal. C'est absolument ignoble. Je n'oblige personne à penser comme moi. Par contre, je pense que c'est vraiment important de prendre conscience des choses. Donc je profite de mes interviews pour défendre mes frères poilus, à plumes et à écailles !

Le message est passé ! Ton titre "I want to be you" a été choisi pour la bande-son d'un film de zombie porn alternatif de Bruce LaBruce dans lequel un zombie "baise" des morts pour les ressusciter. Est-ce que cet univers te ressemble ? Comment cette collaboration a vu le jour ?

France de Griessen : L.A. Zombie est passé à l'Etrange festival, au Festival international du film de Locarno et un coffret DVD est sorti dans plusieurs pays. Cest du cinéma assez provocateur. Il a par exemple été censuré en Australie. Moi je trouve qu'il est extrêmement poétique. C'est ce que j'adore chez Bruce Labruce, qui pour faire passer un message fort, utilise des choses très trash, mais à la fois extrêmement poétiques, romantiques. Il y a un travail sur les couleurs, sur la lumière, hérité du cinéma merveilleux, comme chez Jack Smith par exemple, qui a fait le culte Flaming Creatures. C'est quelqu'un qui a une culture et une maîtrise de l'image incroyable. C'est sûr, il y a énormément de pénis, de scène qualifiées de pornographiques, donc c'est pas évident. Autant, curieusement, il passe tout à fait dans les festivals internationaux, autant en salle c'est plus compliqué. J'adore la provoc' quand elle est faite comme ça. J'adore Virginie Despentes aussi.

Tu as travaillé avec elle d'ailleurs ?

France de Griessen : On a fait une émission, une sorte de moyen-métrage réalisé par Bruce justement. Il y avait Virginie, Béatrice Dalle aussi. Là elle travaille sur Bye Bye Blondie qui va sortir cet automne avec Emmanuelle Béart et Béatrice Dalle et j'ai deux chansons sur ce film. C'est vrai que j'ai fait beaucoup de concessions et de sacrifices pour en arriver là mais j'ai la récompense de travailler avec des artistes que j'adore et avec qui je me sens totalement en phase.

Tu citerais qui par exemple ?

France de Griessen : Shanka, déjà, qui est là, avec qui on a une complémentarité géniale. C'est rare une telle alchimie. Je citerais aussi la personne avec qui j'ai travaillé avant : Michael Gadrat, qui a fait beaucoup de musique ethnique et de new wave. J'aime les choses éclectiques. Je travaille souvent avec une photographe américaine, Sue Rynski, qui a photographié toute la scène punk américaine que j'adore. Natydred, qui a fait ma pochette. J'ai peur d'oublier quelqu'un ! J'ai la chance d'avoir un entourage riche. Dans les gens qui me soutiennent aussi : les médias, webzines, magazines, mon attaché de presse. J'ai aussi sûrement développé un instinct pour reconnaître mes pairs. Je pense que quand on fait ce qu'on veut faire sans concession, c'est super dur, mais ça t'amène là où tu dois aller. Il y a encore plein de gens avec qui je voudrais travailler, j'espère que ça se fera !

Je te le souhaite ! Ce sera peut-être l'occasion d'une prochaine interview. Merci et bonne chance pour la suite.

France de Griessen : Merci à toi ! A bientôt.

Retrouvez France de Griessen
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Electric Ballerina de France de Griessen
La chronique de l'album Orphéon de France de Griessen

En savoir plus :
Le site officiel de France de Griessen
Le Myspace de France de Griessen

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

France de Griessen (12 septembre 2011)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=