Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Atari Teenage Riot - Trunks
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 3 novembre 2011

Quand on entend pour la première fois ce nom de groupe qui sonne comme un mot anglophone, on pense en le traduisant à des troncs, un caleçon, des coffres de voiture ou bien un personnage de Dragon Ball. Bref, ces traductions assez masculines et ce mot tranchant "trunks" donnent l'envie de se dire que cela va être "bourrin". Et bien pas du tout, fausse piste ! Les apparences sont trompeuses...

Trunks est un projet qui réunit 5 musiciens d'horizons différents, qui ont déjà fait leurs preuves. Ils ont décidé de ne pas se prendre la tête et de jouer ce qui leur plaît sans suivre les courants ou bien chercher la gloire, juste faire goûter leurs saveurs mélodiques au public.

Lorsqu'on a une petite perle de bassiste au milieu de 4 mecs, on a vite fait de faire des raccourcis : "c'est le groupe expérimental de Laetitia Sheriff", et bien non, on dirait même qu'elle se met en retrait, histoire de bien laisser ses coéquipiers sur la première ligne.

Donc une basse, deux guitares, un saxo et une batterie et cela donne quoi ? Un film ! Mais de quoi parle-t-il, me direz-vous ? Leur musique donne un ressenti étrange, elle sonne sans artifice, sans effets délirants, elle n'est pas lisse, mais pas trop rugueuse non plus.

En les écoutant jouer, mon esprit s'est construit des scènes qui, placées bout à bout, ressemblent à un long-métrage.

Si je devais définir le concert de Trunks en quelques mots, je vous dirais que j'ai écouté une bande originale de film. Je n'en connais pas le titre mais il y avait une course poursuite jazzy pleine de rebondissements, une gare bruyante, de l'action rock et des moments planants où le sujet se remet de ses émotions.

Trunks possède aussi une capacité rare, celle de "déconstruire" et "reconstruire" sa musique à volonté.

Habituellement, les groupes commencent des morceaux de manière carrée et finissent en un grand brouhaha cacophonique dans l'esprit rock'n'roll.

Nos musiciens, eux, commencent souvent de manière destructurée de telle façon que l'on ne sait pas du tout quel style ils vont développer, pour progressivement amener une ligne mélodique bien cachée et finir de façon propre et structurée.

Le groupe qui suit aurait pu malsainement chantonner "I shot the sheriff" tant sa différence avec ce premier fut écrasante.

Quand on entend pour la première fois ce nom de groupe qui sonne comme des mots anglophones, je pense à mon vieil ordinateur Atari 520 ST, mes premiers jeux vidéos avec des sons Midi, à notre adolescence rebelle boostée d'hormones et à des émeutes à coups de CRS.

Et bien Atari Teenage Riot est quasiment un condensé de tout ça ! Le chant "crié" est leur unique mode d'expression, et oui c'est "hardcore", leur base mélodique est soutenue par des rafales de samples et de beats surpuissants, ça c'est leur côté "digital".

Les 3 individus montent sur scène, déterminés, prêts à mener leur combat. Nic Endo avec un t-shirt arborant un samouraï est la première à prendre posture en bord de scène, tenant son micro tel un fouet au-dessus de sa tête façon "Kill Bill".

Ensuite, Cx Kidtronic avec un blouson noir clouté, un masque de ski bling bling et une crête façon Mister T mais de travers prend, lui, position de l'autre côté de la scène pour laisser la place à Alec Empire au centre, plus sobre mais avec un t-shirt revendicatif : "Keep the Internet free from government control".

En guise de sommation, nous aurons droit à : "We are the Atari Teenage Riot" crié et répété plusieurs fois. Les premières secondes décoiffent comme une claque magistrale, le tout saupoudré de stroboscopes qui devraient être livrés avec des lunettes spéciales éclipse de soleil.

Les paroles sont minimalistes, mais provocantes et engagées, elles sont matraquées comme pour mieux les imprimer dans nos cerveaux tel "Revolution Action", "Are you ready to testify", "We f*ck the police, f*ck them all, f*ck them all, f*ck them all...".

Les 3 performeurs vont se dépenser sans compter tout le set durant, à coup de sauts, de convulsions, de contractions, se déchainant sur les pads de leurs sampleurs, torturant leurs micros. Les spectateurs les plus aguerris les suivront dans leur élan jusqu'à crier avec eux et pogoter gentiment. Le son est si fort que lorsqu'ils utilisent un mégaphone, il est à peine audible.

Kidtronic toujours prêt à slammer sur le public, apporte quelques breaks avec un flow rap bienvenu pour offrir quelques secondes de répit à nos oreilles saturées de cris.

Suite à un rappel et de généreuses poignées de mains à leurs fans avant de sortir de scène, le silence résonne comme le chaos. C'est certainement cela l'effet "Digital Hardcore" revendiqué par les ATR.

Petit conseil, si vous comptez assister à l'un de leurs concerts, prévoyez lunettes de soleil et protections auditives efficaces... On vous aura prévenus.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Atari Teenage Riot
Le Myspace de Atari Teenage Riot
Le site officiel de Trunks
Le Myspace de Trunks

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Claude Crépet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=