Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Welcome in Vienna
Axel Corti  (novembre 2011) 

Trilogie réalisée par Axel Corti. Suisse-Allemagne-Autriche. Drame (Sortie 30 novembre 2011).

"Dieu ne croit plus en nous" (1982) avec Johannes Silberschneider, Barbara Petritsch, Armin Mueller-Stahl et Fritz Muliar.

"Santa Fe" (1985) avec Gabriel Barylli, Doris Buchrucker, Peter Lühr, Johannes Silberschneider, Monika Bleitbtreu et Joachim Kemmer -

"Welcome in Vienna" (1986) avec Gabriel Barylli, Nicolas Brieger, Claudia Messner, Hubert Mann et Joachim Kemmer.

On n’a pas souvent l’occasion d’user d’un superlatif sans exagérer. Alors, il ne faut pas hésiter à l’écrire et, pour attester le bien fondé de ce qu’on va écrire, il faudrait se contenter du mot prononcé : la trilogie d’Axel Corti est un chef d’oeuvre.

Évidemment, il faut être bougrement naïf pour croire que le mot "chef d’oeuvre" convaincra à lui seul et l’on se résignera à devoir justifier longuement l’emploi de ce terme hyperbolique. Un article n’y suffira pas. Donc, il faut d’ores et déjà prendre date pour les semaines à venir.

Car il va bien falloir le dire et le redire à destination de ceux qui sont durs de la feuille ou flous des yeux : les trois films d’Axel Corti sont une merveille, une somme d’une ampleur inouïe, une des rares œuvres cinématographiques qui puissent se comparer avec des grands livres parus sur le même sujet.

La trilogie "Welcome in Vienna" conte les destins d’un double héros parti d’Autriche après l’Anschluss, qui, ayant traversé péniblement l’Europe pour éviter les persécutions antisémites, se retrouve en Amérique, sans en goûter les bienfaits, puis revient ensuite sous l’uniforme américain en Autriche pour découvrir comment le poison du nazisme s’est répandue pour longtemps dans cette ville de Vienne qu’il aime toujours autant...

Épopée picaresque, qui charrie de l’histoire - comme cette description du camp de Saint-Just-en-Chaussée où les Français parquaient sans discernement tous les "Allemands" perdus dans l’Hexagone en 1940 -, "Welcolme in Vienna" ne se prive d’ellipses invraisemblables et de récits personnels passionnés et lyriques.

En 1986, n’était sorti que le troisième volet du film d’Axel Corti, celui qui porte justement le nom générique de l’oeuvre : "Welcome in Vienna". Le succès critique avait été au rendez-vous et le public, si notre souvenir n’est pas qu’une impression lointaine, avait été assez nombreux à voir Corti régler ses comptes autrichiens d’une manière comparable à celle utilisée par Thomas Bernhard, les vitupérations en moins.

Certes, à la même époque, chacun gardait en mémoire les films et les pièces d’un Fassbinder qui lançait mille traits contradictoires contre les ferments du nazisme et s’en prenait à ses contemporains qui perpétuaient la cause hitlérienne déguisés en inoffensifs germains de l’Ouest.

Le didactisme et la forme plus classique d’Axel Corti étaient certainement plus appropriés pour raconter les turpitudes des Autrichiens, rangés derrière la bannière nazie beaucoup plus tardivement que les Allemands et plus par opportunisme que par conviction.

Hélas, malgré une mise en scène que l’on redécouvre élégante, imaginative et audacieuse, le film de Corti paraissait terne et académique aux jeunes gens sans états d’âmes qui vouaient un culte à sa mesure à Rainer Werner Fassbinder. Et puis, à cette époque où l’on adorait les choix manichéens, personne n’aurait pris l’initiative de faire la part des choses en acceptant de conclure que les deux auteurs avaient chacun leur vision et qu’il ne fallait pas les opposer, ni trop privilégier l’oeuvre de l’un au détriment de celle de l’autre.

Toujours est-il que les deux premières parties restèrent, à quelques projections exceptionnelles près, inédites et cela constitue un sacré manque à gagner en émotions cinématographiques.

La traversée de l’Europe en quête perpétuelle de papiers pour imaginer pouvoir quitter le vieux continent pour l’ombre du nouveau est en effet un moment admirable, où l’on aurait pu déjà découvrir l’immense Armin Mueller-Stahl. Et que dire, dans l’épisode intitulé "Santa Fé" de l’ambiance dégagée par la petite communauté des Juifs autrichiens expatriés dans le cœur d’un New York. Leur allemand mêlé de yiddish permet de donner le change : on prétend rire et ne pas fondre en larmes quand on apprend le suicide de Stefan Zweig et le sort de ses frères restés en Europe.

Corti, plus que Straub et consorts, a retrouvé en quelques plans une atmosphère bien spéciale, celle d’un autre chef d’oeuvre : "L’Amérique" de Frank Kafka...

La leçon est claire : il faut s’attaquer à cette trilogie en commençant si possible dans l’ordre chronologique, c’est à dire par "Dieu ne croit plus en nous". Selon les disponibilités des spectateurs, il faudrait aussi leur conseiller de visionner la totalité de l’oeuvre d’une traite. Mais l’essentiel est tout de même de la voir en entier.

Pour être trop banal, en étant toutefois juste dans sa conclusion, personne ne regrettera ses six heures passées en immersion au cœur de l’histoire du vingtième siècle transfigurée par un grand artiste. On en reparlera la semaine prochaine...

À suivre !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=