Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Artist
Michel Hazanavicius  octobre 2011

Réalisé par Michel Hazanavicius. France. 2011. Romance, drame, comédie. Avec Jean Dujardin, Bérénice Dejo et John Goodman.

On le sait, depuis maintenant quelques années, le cinéma français est gangréné par – au choix – des beauferies sans nom sur les croisères, les camping, la jet set, les lassants mélo sur les trentenaires (c'est triste mais les vieux ont rarement leur place à l'écran) ou malheureusement les remakes (comme quoi, on ne sait plus faire de scénario original ou de bonnes histoires dans notre bel hexagone) tels que La Guerre des Boutons. Alors que cette fraîcheur indémodable d'Yves Robert n'aurait jamais dû être reprise, surtout deux fois, on a sombré dans le ridicule ce coup ci.

De temps en temps – les occasions sont rares –, un réalisateur français sort du lot, avec une vraie conception du cinéma, et Michel Hazanavicius est de cette trempe. Lorsqu'il adapte au cinéma OSS 117, en filant le beau costume de l'agent à Jean Dujardin, la France entière se régale. Le film est bourré de références et en 1h30, cette potacherie efface toutes les "comédies" niaises/nazes/lourdes de l'époque avec les Dubosc, Semoun, Gad Elmaleh… Vivifiante, talentueuse, audacieuse, la série des OSS 117 fait mouche.

Mais Hazanavicius ne s'arrête pas là, il veut quelque chose de plus grand, un beau projet et s'attaque au muet, au cinéma muet du début du siècle dernier. Gros défi certes, mais gros plaisir en perspective, avec le risque que cela fasse un flop (mais le risque fait partie du vocabulaire des réalisateurs qui sortent du lot). Dès les premières images, on assiste à la projection d'un film des années 20 avec George Valentin, grande star de l'époque (incarnée donc par Dujardin), vue du public de la salle de l'époque. Cadrage sur l'orchestre qui faisait donc office de bande son pour accentuer l'action, le drame, le mélo, prise de vue sur le public à fond, on s'y croirait !

Le procédé – le film dans le film – même s'il n'est pas nouveau, est astucieux, assez brillamment filmé et nous fait rentrer dans le sujet la tête la première. Problème : plus le film avance et plus il s'essouffle, le rythme n'y est plus à la moitié du film, et Hazanavicius prend le parti de la mélancolie avec un Valentin qui découvre l'arrivée du parlant, ne se retrouvant plus devant cette nouvelle forme de cinéma.

Le réalisateur rend hommage au genre avec un sujet très intéressant – n'oublions pas que le passage du muet au parlant avait fait scandale à ce moment là – mais il est trop sage. Trop sage car il a eu peur de parodier le "film muet". Est-ce le souci de faire un film assez accessible au grand public ? Une volonté du producteur ? Probablement un peu de tout ça. Personnellement, je trouve qu'il manque deux-trois ingrédients pour que l'exercice du film muet soit pleinement réussi. Quitte à se lancer franco dans l'hommage, pourquoi ne pas faire sautiller l'image de temps à autre ? Le réalisateur d'OSS 117 opte aussi pour une belle image en noir et blanc lisse, alors qu'un petit grain aurait peut-être fait plus "d'époque".

Si l'on se souvient bien du cinéma burlesque ou expressioniste allemand muet des années 20, la vitesse de projection était rapide, ce qui a disparu au moment du parlant. L'astuce aurait été d'accélerer l'image au début du film pour la ralentir ensuite, avec l'arrivée du parlant mais ici le film est tourné à une cadence standard, dommage.

En revanche, Hazanavicius utilise pas mal de cadrages très serrés sur les acteurs – notamment ceux où l'on suit le vague à l'âme de Dujardin devant sa bouteille de bourbon dans la cuisine – qui étaient plutôt rares à l'époque.

Revenons et attardons-nous sur l'interprétation tout en mesure de Dujardin – et dans une moindre proportion Bérénice Bejo – qui a de quoi décevoir. Lorsque l'on a un acteur de la trempe de Dujardin entre les mains, il faut lâcher les chevaux ! Sur un tel sujet, quel dommage de ne pas le voir plus accentuer le rire, le chagrin, l'énervement, comme le faisait les Buster Keaton, Chaplin, ou l'incroyable Brigitte Helm dans Metropolis.

Le réalisateur est frileux et c'est bien facheux, il évoque le passage du muet au parlant – qui rappelons-le, est une idée énorme, si loin des standards de cinéma d'aujourd'hui, beau contre-pied au gavage de 3D auquel on assiste – mais loupe l'occasion de livrer un grand film sur cette période trouble du cinéma. Si la réflexion sur le passage au parlant fait mouche, la mélancolie pour l'illustrer est trop présente alors que l'humour aurait été plus tranchant (Chaplin a fait rire la planète pour évoquer la famine, le travail à la chaîne, les dictatures...).

Heureusement, au dernier tiers le film reprend du rythme, les choses se bousculent, on rit plus également, jusqu'à un final assez habile, qui rebondit sur autre chose lors d'une séquence assez jouissive (ça a dû sacrément l'être pour Jean et Bérénice). Mais il ne faut pas s'y méprendre, le prix d'interprétation n'aurait jamais du être donné à Dujardin mais à son chien dans le film, qui livre une performance subjuguante. Peut-être l'Oscar pour lui.

 

Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=