Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lilly Wood & The Prick - Rewind - Bach in the days - Lilly Wood & The Prick Dj Set
Le Fil  (Saint-Etienne)  vendredi 25 novembre 2011

Conversation avec mon acupuncteur :
"- Il semblerait que la méchanceté soit la seule chose encore gratuite en ce monde.
- Oui, mais alors pourquoi certains en fond leur fond de commerce ?
- Comment ça ?
- Les meilleurs critiques sont les méchants, les enfonceurs, les casseurs, les insulteurs, ceux qui trouvent la petite bête, qui appuient sur le moindre point faible...". Ceci l'a laissé grandement perplexe. Il s'en est même piqué la quenouille.

J'en étais exactement à ces considérations quand je m'en fus voir le concert du vendredi. Je me suis donc résulue à vous livrer une critique potentiellement méchante, afin de côtoyer les gloires des chroniqueurs. Voyons voir...

Après une première partie présentant un pianiste et un imposteur, Lilly Wood et sa bande de Prick nous a livré un concert... Hum... comment dire... dythirambique ! Zut, ce n'est pas méchant ça. Je recommence. Lilly Wood a dû participer à la foire aux vêtements organisée par ma grand-mère, ce qui lui donnait un look à la fois folk et kitch, parfaitement en phase avec l'ambiance soul-pop-electro de sa musique. Rhââââ... c'est trop dur. Tant pis.

Il était une fois un homme orchestre très très pauvre (ou qui s'ennuyait, au choix). Passionné de musique, ce petit bonhomme n'a de la musique qu'une vision fantomatique. Il vit au sous-sol d'une grande maison peuplée de musiciens qui passent leurs journées et leurs nuits à faire des gammes, à pousser la chansonnette dans la cage d'escaliers, à battre des rythmes, à délier leurs doigts. Mais il ne peut posséder ces coffres de bois producteurs de si jolis sons, le seul coffre qu'il possède, c'est sa cage thoracique.

Et c'est là que le petit bonhomme devient un génie : son corps est son instrument. Sa voix est sa corde. Son coeur est sa basse. Son souffle est sa batterie. Tout, chaque partie de lui devient producteur de son, comme un type qui aurait avalé un orchestre entier, qui chanterait avec ses oreilles en claquant des orteils.

Loin d'être un imposteur, ce Rewind est un génie, rien d'autre. Et son talent prend toute son ampleur quand Bach in The Days l'accompagne au piano, pour jouer Bach, évidemment.

Loin d'une vulgaire démonstration de Beat Box ordinaire, à grands coups de postillons et de tapotage de thorax, Rewind - Bach In the Days nous a livré un hip-hop franc et ultra bien exécuté.

Lilly Wood est un petit bout de femme énergique, portant le doux nom de Nili Hadida, doublé d'un discret acolyte (si, à droite, le monsieur en noir, c'est Benjamin Cotto), et de ses musiciens (The Prick).

Tout commence dans le noir, deux énormes papillons de nuit dans le fond, la même voix que Selah Sue (mais si, vous savez, ce timbre particulier que savent prendre certaines femmes, entre le chevrotement et l'exagération sensuelle...), rythme lent, voix omniprésente, un petit coucou au public, une autre couleur, un autre titre, endiablé, encore un autre, enfin une "Love song" qui parle justement de l'amour, sans mièvrerie, avec des promesses de folie et de youplaboum à tous les étages ! Vous ne savez pas de quoi je parle ? Mais si : la pub du parfum Idylle de Guerlain.

Tout s'enchaîne tellement vite, les coeurs battent avec sa batterie, les mains se lèvent avec les siennes, le public est le choeur, la suite, le prolongement de ses créations. C'est donc ça un artiste "en phase avec son public".

Wouah ! Et au beau milieu, tiens, mais je connais ça ? C'est "L.E.S Artistes" de Santogold, LA reprise qui a fait connaître Lilly Wood & The Prick en 2008. Et en petit cadeau pour la fin: le nouveau titre, "Hopeless Kids".

Une musique folk, electro, soul, pop-anglaise... Moui... Tellement réducteur de réduire des sensations à quelques mots qui ne me disent rien.

A mon avis, Lilly Wood and The Prick sont sauvages, mutins, endiablés, passionnés et trépidants de bonne humeur.

Et je ne dis pas ça pour la charismatique chanteuse, dans ce groupe, elle devient une espiègle Esméralda usant de ses envoûtements pour mieux faire vibrer la foule.

Ils vivent la musique comme on mange du chocolat : avec gourmandise et sans arrière-pensée, si ça fait du bien, ça ne peut pas faire de mal.

Et pour bien terminer la soirée, v'là-t'y pas que Miss Wood se transforme en DJ, avec ses platines, ses musiques, jusqu'au bout de la nuit.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lilly Wood and The Prick EP de Lilly Wood & The Prick
Lilly Wood and The Prick en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 31 juillet 2010)
Lilly Wood and The Prick en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Lilly Wood and The Prick en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - mercredi 20 juillet
La chronique de l'album Press Rewind de Devil Jo & the Blackdoormen
Bach in the days en concert à Arpad Flynn - Scratch Bandits Crew - Bach in the Days (Rewind et Thomas Fresneau) - Loduband (31 janvier 2009)
Bach in the days en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - vendredi

En savoir plus :
Le site officiel de Lilly Wood & The Prick
Le Myspace de Lilly Wood & The Prick
Le Myspace de Rewind - Bach in the days


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=