Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adam Cohen
Interview  (Paris)  15 novembre 2011

Adam Cohen, fils de Leonard Cohen, vient de faire paraître son quatrième album. Il avait bien tenté de se faire un prénom en se jetant dans des albums rock fm parfois discutables, mais sans succès. Son nouvel album Like A Man, jusque dans son titre titre clin d'oeil, montre qu'il accepte enfin cette étiquette de "fils de" et cherche désormais à s'en rendre digne. Il y a la voix, les mélodies et même un style d'écriture qui rappellent ceux de son illustre géniteur. Rencontre avec "l'homme" en question la veille de son concert au Réservoir à Paris.

Après avoir travaillé avec deux majors, Capitol et Columbia, vous êtes maintenant sur Cooking Vinyl, un label indépendant. Cela change-t-il la donne ?

Adam Cohen : C'est en effet très différent. Ma relation avec la maison de disques a vraiment changé. Auparavant, je voulais savoir ce qui se passait, comment les choses évoluaient. Aujourd'hui, je m'en fiche. Alors non seulement le business est différent, mais surtout ce qui m'apporte du plaisir a changé. Maintenant, je veux juste savoir l'endroit et le lieu où je dois être pour la promo. Le reste ne m'intéresse pas, et la maison de disque me laisse tranquille.

Vous avez sorti quatre albums dans des styles différents. Comment expliquez-vous ces changements ?

Adam Cohen : Pour mon premier disque, j'étais fier de l'écriture et des textes, mais la production ne me satisfaisait pas du tout. Ensuite, j'ai fait un disque entièrement chanté en français, parce que je souhaitais jeter l'ancre sur les rivages de la francophonie. Mais un vent terrible a soufflé. Ma relation à la francophonie ne s'est pourtant pas modifiée. Puis j'ai formé un groupe de rock.

C'était une expérience que je voulais avoir depuis longtemps. Ça donne une énergie et un feeling incroyables que seuls les chanteurs qui ont joué avec un groupe de rock peuvent comprendre. J'ai donc goûté à des saveurs différentes. Cela m'a pris du temps pour comprendre ce que j'aimais et là où je voulais aller. Aujourd'hui, j'ai limpression d'avoir grandi. Pour ce disque, j'ai acquis un courage et une sagesse qui me manquaient auparavant.

En terme d'écriture, avez-vous travaillé différemment selon les périodes ?

Adam Cohen : Non. L'écriture est toujours la même. Je suis seul, je prends mon temps, je soigne mes textes. Je ne suis pas prolifique du tout, mais un jour je me retrouve avec dix chansons qui ont une connexion entre elles. Alors, je me décide à faire à l'album.

Il y a de nombreux prénoms féminins sur ce disque. S'agit-il de personnes précises ?

Adam Cohen : Oui. Je n'invente rien. La femme a toujours inspiré les hommes et ça continuera comme cela. Je suis les traces de celui qui me précède. Il y aura toujours des choses nouvelles à dire à propos de l'amour. Je ne suis qu'une petite voix au milieu d'un océan dans lequel chaque poisson parle d'amour.

Pourtant à l'écoute du disque, votre vision de l'amour semble désabusée.

Adam Cohen : Ces chansons ne sont que le reflet d'états à travers lesquels je suis passé lors de certaines relations amoureuses. J'essaie de raconter fidèlement ce que j'ai pu ressentir.

Alors pourquoi tomber encore amoureux ?

Adam Cohen : Je ne suis pas philosophe, je suis simplement auteur-compositeur. J'ai une réalité qui est celle de Monsieur Tout-le-monde. Je vis l'aventure amoureuse au jour le jour. Mes chansons sont le fruit de constatations. Je n'ai pas d'explications.

Sur tout cet album, on sent la présence de votre père. Il y a le style, la voix, mais aussi des références dans les textes. Est-ce un hommage à votre père, ou une manière de vous affirmer par rapport à lui ?

Adam Cohen : C'est d'abord une célébration de l'oeuvre de mon père. C'est aussi faire partie d'une tradition, montrer d'où je viens. J'essaie de me montrer digne de cette tradition et de l'honorer.

Dans la chanson "Beautiful", vous chantez "So long Shakespeare, so long Mary Ann ". C'est un clin d'oeil ?

Adam Cohen : Oui, il y en a beaucoup d'autres cachés tout au long des textes. C'est comme un jeu de piste.

Quelle est la place de votre mère dans de cet album ?

Adam Cohen : On est tous le fruit d'une union. Je partage beaucoup de la sensibilité de mon père, mais aussi de ma mère. Je suis un produit des deux.

On retrouve dans les textes certaines images qui ont trait à la religion. La religion a-t-elle joué un rôle dans votre écriture ?

Adam Cohen : Non, la religion n'a pas influencé mon écriture. Dans le langage, ces termes sont porteurs d'un imaginaire mystique. Ce sont des termes que j'utilise essentiellement pour l'image qu'ils véhiculent. Ces mots sont là pour éveiller l'attention de l'auditeur.

Dans votre dernier clip, on voit une photo de votre père et de votre fils ensemble. Que souhaiteriez-vous transmettre à votre fils que votre père vous a jadis enseigné ?

Adam Cohen : Je sais que mon fils écoutera mes disques comme j'ai pu me plonger dans ceux de mon père. Je souhaite que, même s'il n'aime pas mes chansons, il soit forcé de reconnaître que c'est bien fait, que j'y ai mis du coeur. Je préfèrerais qu'il ne devienne pas musicien, mais je sais aussi que je ne pourrai pas le contrôler. Alors j'aimerais lui enseigner à se conduire au quotidien avec une certaine élégance, une certaine éloquence. Mais surtout j'aimerais aussi l'aider à acquérir les différentes formes de sensibilité que mes parents ont pu me transmettre.

Retrouvez Adam Cohen
en Froggy's Session
pour 1 titre en cliquant ici !
  

 

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Like A Man de Adam Cohen
La chronique de l'album We Go Home de Adam Cohen

En savoir plus :
Le site officiel de Adam Cohen
Le Myspace de Adam Cohen

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Adam Cohen (15 novembre 2011)


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=