Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rhum Express
Bruce Robinson  (novembre 2011) 

Réalisé par B ruce Robinson. Etats-Unis. Policier. Durée : 2h (Sortie 30 novembre 2011). Avec Johnny Depp, Aaron Eckhart, Michael Rispoli, Amber Heard, Richard Jenkins et Giovanni Ribisi.

Un film en roue et Cuba libres, ça n’est jamais désagréable. Lassé de Jack Sparrow et des films de Tim Burton, Johnny Depp n’a pas l’air mécontent d’être au soleil pour jouer les alcooliques idéalistes à Porto Rico pendant que Nixon et Kennedy s’affrontent pour devenir Mister Président 1960.

Il joue Paul Kemp, un écrivain qui se cherche et s’égare dans le journalisme, au point d’échouer à San Juan pour s’occuper de l’horoscope et des parties de bowling pour un journal "yankee" pas très bien vu dans cet État américain bien particulier, où règne misère, corruption et prédateurs bétonneurs de ce "paradis" caraïbe.

Paul Kemp, c’est le héros du roman de Hunther Thompson, "Rum Diary" ("Rhum Express" en français) et le double de cet auteur que Johnny Depp connaissait très bien puisqu’il l’avait déjà incarné dans "Las Vegas Parano", le film de Terry Gilliam lui aussi tiré d’un roman de Thompson.

Dans ce film où l’on boit dans chaque plan, Depp est entouré d’acteurs qui mouillent leur maillot de sueur tropicale et jouent les alcooliques siphonnés avec une maîtrise telle qui semble indiquer que leur penchant pour la bouteille n’est pas que fictif. On retiendra les performances de Michael Rispoli et de Giovanni Rubisi, truculents et hallucinés dans des scènes tragi-comiques qui ne lésinent jamais à aller jusqu’à l’"hénaurme".

Les cinéphiles retrouveront au générique Bruce Robinson comme réalisateur et se souviendront que du whisky a coulé depuis que l’acteur anglais les enchanta avec "Withnail and I", et leur fit découvrir Nicholas Cage avec "Jennifer 8". ils n’auront pas beaucoup d’imagination en comparant la très blonde et la très sexy Amber Heard à Scarlett Johansson, qui doit se faire du souci selon l’adage hollywoodien "la même plus jeune et moins chère".

Quant aux lecteurs d’Hunther Thompson, ils apprécieront Johnny Depp totalement crédible sous les traits de leur écrivain favori, d’autant plus que l’action se passe à une époque où Thompson n’avait pas encore ajouté à sa palette alcoolisée les drogues les plus dures et les plus diverses.

"Rhum Express", avec sa nonchalance, sa manière parfois de ne pas finir les scènes ou de les bâcler, son envie de faire dire aux personnages des belles phrases cinglantes et désespérés, de cacher sa "poétique attitude" en filmant le ciel et la mer comme Depp les voit derrière ses lunettes noires, son côté un peu fumiste et frimeur, est bien dans la lignée de l’auteur du "Nouveau Testament Gonzo".

On saura gré à Johnny Depp d’avoir ressuscité autrement que sous la forme d’un biopic son copain mort en 2005, à 68 ans, en se tirant une balle dans la tête à côté de son éternelle machine à écrire. Bruce Robinson n’a pas trahi son esprit dans un film qui, même s’il n’est pas un chef d’oeuvre, devrait rester comme un bon souvenir chez les fans de Johnny Depp qui seront allés le voir sans savoir que l’acteur y dépensait son propre argent pour faire enfin ce qu’il voulait sans autre souci que son propre plaisir.

Peut-être aurait-il pu aller jusqu’à passer derrière la caméra. Car on sent qu’il est plus qu’un acteur dans ce film singulier qui rend un bel hommage à un écrivain iconoclaste.

Témoin joyeusement lucide, le goulot de sa bouteille de Chivas aux lèvres et la drogue dans le pif, Hunther Thompson a décrit un monde de plus en plus bête parce que de plus en plus marchand et l’émergence de cette Amérique que l’on n’aime pas beaucoup aujourd’hui et que l’ami Johnny ne semble pas davantage porter dans son cœur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=