Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Welcome in Vienna - 1ère partie : Dieu ne croit plus en nous
Axel Corti  (novembre 2011) 

Trilogie réalisée par Axel Corti. Suisse-Allemagne-Autriche. Drame (Sortie 30 novembre 2011).

"Dieu ne croit plus en nous" (1982). 1h55. Avec Johannes Silberschneider, Barbara Petritsch, Armin Mueller-Stahl et Fritz Muliar.

Il y a quinze jours, on avait évoqué, pour la recommander plus que chaudement, la trilogie de l’Autrichien Axel Corti, "Welcome in Vienna" consacrée au sort d’un jeune Juif autrichien pris dans la tourmente d’une histoire qui commence avec la Nuit de Cristal et s’achève par l’occupation de Vienne par les Alliés.

Comme les films dans l’actualité immédiate ne se prêtent qu’à des critiques incendiaires ou à des avis sans intérêt, il vaut mieux en revenir à ce qu’on a vraiment aimé et, par conséquent, reparler du chef-d'oeuvre d’Axel Corti.

Bien entendu, il est préférable de le voir dans son ordre chronologique et de commencer par sa première partie, "Dieu ne croit plus en nous". Car, en découvrant toutes les embûches, souvent mortelles, que le jeune Ferry Tobler doit éviter pour traverser l’Autriche, la Tchécoslovaquie et finalement parvenir à Marseille, on fera avec lui les premiers pas dans une histoire tragique qui aboutira aux États-Unis avant un retour douloureux dans la Vienne de 1945.

Honnêtement, en dehors même du fort contenu historique, on peut dire que "Dieu ne croit plus en nous" est un suspense dans lequel on tremble pour une galerie de personnages qu’Axel Corti a eu le don de nous rendre familiers. On les suit de capitales en capitales, dans leur parcours pathétique du combattant, dans leur envie de s’en sortir avec leurs bons ou leurs mauvais caractères, leurs petits travers ou leurs grands défauts, et souvent un humour qui, ici, est plus qu’une politesse du désespoir.

Si Ferry, le héros principal, peut paraît un peu falot, il est là pour agréger ces hommes et ces femmes devenus les proies d’une machine à haïr. On remarquera particulièrement la belle et haute figure de Gandhi, soldat allemand antinazi ayant déjà fait l’expérience des camps nazis, incarné avec puissance et subtilité par Armin Mueller-Stahl.

Film d’apprentissage et de témoignage, "Dieu ne croit plus en nous" est plein d’énergie. Cette irrépressible vitalité de ceux qui n’ont guère de chance de survivre débordera de l’écran et cette leçon de vie à tout prix ne pourra laisser personne indifférent.

Outre les implacables lois du hasard qui permettront aux uns d’obtenir le papier salvateur, ou de se tapir dans la bonne cachette, et aux autres de se jeter dans la gueule des salauds, on découvrira une page mal connue de la France de la "Drôle de guerre", celle des camps d’internement pour les Allemands et les Autrichiens fuyant le nazisme Ferry et Gandhi se retrouvent ainsi dans la nasse du camp de Saint-Just-en-Chaussée où sont enfermés les "ressortissants ennemis".

Quand Hitler envahit la France, le piège se refermera ainsi sur des milliers de Juifs et d’Allemands antinazis. Ils seront pour la plupart livrés à l’occupant par l’État français. Ce sera le cas pour nombre des personnages croisés dans "Dieu ne croit plus en nous". Les autres continueront leur éternelle fuite jusqu’à Marseille, étape fatidique, où là également Corti sait brillamment décrire le contexte historique et filmer en virtuose les courses éperdus de Ferry dans les ruelles de la vieille ville.

Car cette leçon d’histoire est aussi une leçon de cinéma et l’on reste, trente ans après sa réalisation, époustouflé par les audaces du réalisateur qui ne se laisse pas emprisonné par un récit bourré d’événements et foisonnant de personnages.

Dans un très beau noir et blanc, il ose sans cesse des ellipses qui pourraient dérouter mais, qui, au contraire, correspondent bien à une atmosphère chaotique. Comme dans les deux autres parties de "Welcome in Vienna", on sera aussi saisi par la fluidité de la prise de vue, par cette douceur rare de filmer qui traduit un grand amour pour des acteurs qui sont au-delà de la performance.

Il faut le savoir : "Dieu ne croit plus en nous" n’est pas un simple film.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=