Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Guy Bedos - Rideau !
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  novembre 2011

One man show de Guy Bedos mis en scène par Roger Louret.

"Rideau !". Guy Bedos annonce qu'il tire sa révérence avec ce spectacle. A 77 ans, soit un an et demi de moins que Jacques Chirac, Guy Bedos présente encore bien et malgré ses fiches ne semble pas atteint d'agnosie.

L'alcool conserve les fruits, la fumée conserve les viandes, le fiel conserve l'homme.

Il enchaîne sketchs, revue de presse et réflexions sur la politique actuelle. Il sait ce que son public attend. Il en profite néanmoins pour rendre quelques hommages.

Parmi les politiques, il salue la mémoire de Vaclav Havel. Parmi les clowns, Desproges et Coluche. Un des premiers sketchs de "Rideau !", dans lequel il explique que pour lui le public remplace avantageusement un psychanalyste, résonne comme un hommage à son ami Desproges qui ouvrait son premier spectacle en 1984 au Théâtre Fontaine par un sketch sur ce même thème.

Si les thèmes de l'âge et de la mort sous-tendent la plupart des sketchs, la politique reste son fond de commerce. Le destinataire principal des piques de Guy Bedos en cette période pré-électorale est bien entendu le "petit président", celui qui devrait veiller au destin de la France mais ne fait que jouer les "VRP". Il l'affuble de divers sobriquets dont Naboléon, le nom que jadis le Canard Enchaîné réservait à Bruno Mégret, lorsque celui-ci était politiquement moins mort qu'un Stirbois derrière un volant.

L'autre cible favorite de Bedos est l'héritière Marine Lepen. On regrette qu'il ne trouve pas de formule définitive pour l'habiller pour l'hiver, comme jadis Desproges l'avait fait avec le père. "Il y a plus d'humanité dans l'oeil d'un chien lorsqu'il remue la queue que dans la queue de Lepen lorsqu'il remue son oeil".

Mais la gauche n'est pas épargnée non plus. En particulier Martine Aubry qu'il égratigne avec force plaisir. Guy Bedos n'a jamais pardonné à Martine Aubry son attitude lorsque, Ministre des Affaires Sociales au milieu des années 90, elle ne soutenait la Fondation Agir Contre l'Exclusion dans laquelle Guy Bedos s'était engagé avec douze jeunes de Vaulx-en-Velin qu'en présence des caméras.

Quant à l'affaire DSK, il dit laisser à son "filleul" Guillon le soin de s'acharner, mais en profite pour s'étonner que personne n'ait opportunément rappelé qu'il y a quelques années une plainte pour viol avait été déposée contre Patrick Balkany, parrain de Jean Sarkozy et maire de Levallois-Perret, commune limitrophe de Neuilly, pour avoir forcé, en lui appliquant une arme à feu sur la tempe, sa maîtresse à lui faire une fellation. Ou "une inflation, comme dirait Dati".

Hier encore considéré comme agressif, engagé, voire méchant, Guy Bedos a ouvert la porte à toute une génération de comiques qui saisissent la chose politique pour la tordre et la violenter. Depuis que les hommes et femmes de pouvoir s'invitent sur les plateaux d'émissions de divertissement, ils se retrouvent face à des chroniqueurs qui, sans retenue, les malmène.

Actuellement les Didier Porte, Sophia Aram, Christophe Alévèque ou Stéphane Guillon, face aux invités des émissions auxquels ils participent manient la dague et le venin avec beaucoup d'efficacité. Devant ce regain de sang neuf, bouillonnant, turbulent mais aussi plus présent dans les média, Guy Bedos apparaît aujourd'hui presque comme un doux.

L'impression qui domine durant ce spectacle est d'abord celui d'un homme pris de lassitude devant l'incompétence et le peu de moralité des politiques. En évoquant Hessel, Guy Bedos montre bien qu'il n'est pas dégoûté de la chose politique, mais indigné devant l'attitude de la plupart des hommes et femmes présents aux affaires, devant la vastitude des promesses et des espoirs soulevés et la médiocrité des réalisations.

Alors il reste l'art, la manière de bouger sur scène, son phrasé qui rappelle la Commedia dell'arte. Son dernier sketch est un hommage à ce registre théâtral. Au conservatoire, le jeune Guy Bedos avait travaillé le rôle d'Arlequin, il reste avec talent ce trublion, ce bouffon de la politique, ce poil-à-gratter des puissants.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=