Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Selected Songs Recital
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  novembre 2011

Concert de Lewis Furey avec Clara Furey, Gaël Lane Lépine et Pierre-Philippe (Pilou) Côté.

Souvent on associe le nom de Lewis Furey à celui de sa compagne Carole Laure. Plus qu’à travers ses chansons, celui-ci a acquis sa notoriété auprès du grand public français d’abord en raison sa relation avec une des actrices phare du cinéma hexagonal des années 70/80.

Pourtant Lewis Furey est un artiste qui a plusieurs cordes à son arc. Chanteur et compositeur, il est aussi réalisateur. Il a d’ailleurs mis sa femme en scène sur grand écran dans une comédie musicale "Night Magic", dont le livret et la musique étaient écrits en collaboration avec Léonard Cohen.

Ce n’est que la seconde fois en trois décennies que Lewis Furey remonte sur scène. Dans la petite salle du Rond-Point, aux fauteuils qui grincent, il amène son univers dans le spectacle "Selected songs Recital". Sans que ce récital soit vraiment un Best Of, il se balade à travers les diverses périodes de sa carrière comme chanteur, mais aussi comme compositeur. En perfectionniste, à la veille même de la première, Lewis Furey n’avait pas encore arrêté le choix des chansons. Quoiqu’il en soit, ses musiciens soutiennent touts ses compositions avec beaucoup de délicatesse et une complicité évidente.

Dans une ambiance intimiste et détendue, le pianiste Gaël Lane Lépine, Pierre-Philippe Côté dit "Pilou" à la guitare ou à la contrebasse et sa fille Clara Furey aux claviers et cordes l’accompagnent avec autant d’efficacité que d’élégance.

La musique de Lewis Furey est nourrie à la pop, au rock psychédélique mais surtout au classique et à la comédie musicale américaine. La texture des morceaux, souvent, n’est pas sans rappeler Kurt Weill ou Gershwin.

Sophistiquée et cultivée, cette musique est gorgée de ruptures de rythmes et de fausses disharmonies. Ecrites avec précision et chantées essentiellement en anglais, ces chansons d’amour sont empreintes de lyrisme et de spiritualité, voire d’un mysticisme qui parfois les fait vaciller vers un romantisme gothique ou même des bizarreries guère rencontrées que dans "The Transformed Man" de William Shatner ou "Hamlet" de Johnny Hallyday.

Mais l’ensemble du spectacle se déroule dans la bonne humeur, sans prétention, avec parfois une pointe d’ironie modeste. Furey en changeant d’instrument, un peu perdu dans l’ordre des chansons, cite Cocteau "Devant ces faits qui nous dépassent, feignons d'en être les organisateurs". Parmi sa sélection de chansons, on trouvera des titres de ses débuts comme "Louise" ou "Lullaby", des titres de "Night Magic" écrits avec Leonard Cohen, des extraits de son adaptation d’ "Antoine et Cléopatre" ou encore des lieds de Brahms traduits en anglais.

Au cours du récital, plutôt que de laisser les spectateurs se disperser durant un entracte, il laisse le piano à sa fille Clara. Clara, aux longs cheveux sombres, à la silhouette et au charme qui rappellent Carole Laure, interprétera trois poèmes soufis mis en musique par ses soins. Le premier morceau, au piano, accompagnée par "Pilou" qui souligne les notes du clavier de sons électroniques, est un pur joyau qui amène de la respiration au cœur du récital de Lewis Furey dont on regrettera quand même un choix de chansons presqu’exclusivement jouées forte.

Au retour de Lewis Furey, qui ne cache pas sa fierté de père devant le talent de sa fille, on se rend compte à quel point le public est invité avec simplicité et sans façon au sein de cette famille. Carole Laure, discrètement présente au fond de la salle, filme l’intégralité de la prestation de sa fille. Celle-ci, après sa prestation, s’assied à un angle de la scène dans l’ombre pendant que son père interprète quelques titres en solo. Pour finir ce tour de chant, Lewis Furey interprètera une chanson country, écrite pour sa femme à la fin des années 80, extraite de l’album "Western Shadows".

Pendant deux heures, l’artiste montréalais aux multiples talents aura fait voyager en toute simplicité le public parisien dans le temps, mais surtout dans son univers romantique, baroque, spirituel et toujours chaleureux.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=