Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Let My People Go !
Mikael Buch  (janvier 2012) 

Réalisé par Mikael Buch. France. Comédie. 1h27. (Sortie 28 décembre 2011). Avec Nicolas Maury, Carmen Maura, Jean-François Stévenin, Carmen Saura, Clément Sibony et Amira Casar.

Encore une anomalie ! À longueur d’années, il faut - souvent à juste titre - s’esbaudir sur des comédies américaines loufoques, graveleuses, pas fines fines, voire "énaurmes".

Nombreux sont les amateurs des frères Farrelly, de Judd Apatow, des films aberrants oùl’on voit Adam Sandler, Will Ferrell ou Ben Stiller dans des rôles de superhéros israéliens voulant devenir coiffeurs, de mannequins idiots, de patineurs déguisés en patineuses ou de puceaux quadragénaires. Même ici, dans Froggy's Delight, on a vanté les films avec le grand Michael Cera, genre "Be Bad !".

Alors quand un de nos concitoyens, Mikael Buch, a le courage de tenter l’aventure du film crétin total, il n’est pas normal qu’il ne reçoive pas les félicitations du jury. Car, dans "Let My People Go !", il n’y va avec le dos de la cuillère mais avec celui de la louche à potion magique.

Peut-on, sans se discréditer, tout simplement raconter le "pitch" de cette aberration mal servie par un titre incompréhensible ?

Ne va-t-on pas susciter la consternation générale, si on écrit que le héros de Mikael Buch est un homosexuel juif qui est postier en Finlande ? Qu’il distribue le courrier dans un village tout droit sorti des premiers Tim Burton, genre "Pee-Wee" ou "Edward aux mains d’argent" ? Que le premier à lui ouvrir sa porte est un acteur fétiche d’Aki Kaurismaki ?

Bien sûr, Mikael Buch ajoute un handicap à son cinéma casse-gueule en laissant le Christophe Honoré de "Non, ma fille tu n’iras pas danser" lui écrire son scénario. Il en rajoute encore en transformant Carmen Maura, l’emblématique hispanique des films d’Almodovar, en une mère juive mariée à Jean-François Stévenin. Et que dire du suississisme Jean-Luc Bideau métamorphosé en vieux communautaire, Maître Golberg, à la libido gay ? Est-ce que Tanner et Soutter s’imaginaient que leur comédien favori déboutonnerait cinquante ans après la "Salamandre" le pantalon du jeune Nicolas Maury pour simuler avec une concupiscence bien helvétique une caresse précisément buccale ?

Alain Spira, dans Paris Match, a trouvé une belle formule injuste pour dénigrer ce film pour potaches portant la kippa : "Let my people go ! rendrait homophobe Michou et antisémite le grand rabbin de France".

Au contraire, on lui saura gré de permettre à Nicolas Maury de pouvoir prouver son grand talent en étant étrangement émouvant en surjouant les homosexuels comme on ne les a pas surjoués depuis "La Cage aux Folles". On ne cessera pas de le féliciter de retrouver le goût des gags pourris de Patrick Schulmann, voire de Jean Yanne, comme cette fausse publicité dans laquelle Carmen Maura rêve d’un spray qui rendrai juif sans avoir besoin de passer par la circoncision.

Si l’on est suffisamment prévenu de ce qu’on va voir, et pas prévenu contre le film, on rira sans arrière-pensées et l’on affirmera même qu’il utilise intelligemment ses connotations communautaires.

Reste donc à encourager Mikael Buch afin qu’il ne s’égare pas vers un cinéma plus consensuel, qu’il continue à faire parler en finnois des comédiens français, à recréer un commissariat de police dans lequel on pourra retrouver Jean-Christophe Bouvet et à donner sa chance à des personnalités comme Nicolas Maury qui, il faut le redire, marquera les esprits de ceux qui auront compris que "Let My People Go !" était un film à ne pas négliger.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=