Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Let My People Go !
Mikael Buch  (janvier 2012) 

Réalisé par Mikael Buch. France. Comédie. 1h27. (Sortie 28 décembre 2011). Avec Nicolas Maury, Carmen Maura, Jean-François Stévenin, Carmen Saura, Clément Sibony et Amira Casar.

Encore une anomalie ! À longueur d’années, il faut - souvent à juste titre - s’esbaudir sur des comédies américaines loufoques, graveleuses, pas fines fines, voire "énaurmes".

Nombreux sont les amateurs des frères Farrelly, de Judd Apatow, des films aberrants oùl’on voit Adam Sandler, Will Ferrell ou Ben Stiller dans des rôles de superhéros israéliens voulant devenir coiffeurs, de mannequins idiots, de patineurs déguisés en patineuses ou de puceaux quadragénaires. Même ici, dans Froggy's Delight, on a vanté les films avec le grand Michael Cera, genre "Be Bad !".

Alors quand un de nos concitoyens, Mikael Buch, a le courage de tenter l’aventure du film crétin total, il n’est pas normal qu’il ne reçoive pas les félicitations du jury. Car, dans "Let My People Go !", il n’y va avec le dos de la cuillère mais avec celui de la louche à potion magique.

Peut-on, sans se discréditer, tout simplement raconter le "pitch" de cette aberration mal servie par un titre incompréhensible ?

Ne va-t-on pas susciter la consternation générale, si on écrit que le héros de Mikael Buch est un homosexuel juif qui est postier en Finlande ? Qu’il distribue le courrier dans un village tout droit sorti des premiers Tim Burton, genre "Pee-Wee" ou "Edward aux mains d’argent" ? Que le premier à lui ouvrir sa porte est un acteur fétiche d’Aki Kaurismaki ?

Bien sûr, Mikael Buch ajoute un handicap à son cinéma casse-gueule en laissant le Christophe Honoré de "Non, ma fille tu n’iras pas danser" lui écrire son scénario. Il en rajoute encore en transformant Carmen Maura, l’emblématique hispanique des films d’Almodovar, en une mère juive mariée à Jean-François Stévenin. Et que dire du suississisme Jean-Luc Bideau métamorphosé en vieux communautaire, Maître Golberg, à la libido gay ? Est-ce que Tanner et Soutter s’imaginaient que leur comédien favori déboutonnerait cinquante ans après la "Salamandre" le pantalon du jeune Nicolas Maury pour simuler avec une concupiscence bien helvétique une caresse précisément buccale ?

Alain Spira, dans Paris Match, a trouvé une belle formule injuste pour dénigrer ce film pour potaches portant la kippa : "Let my people go ! rendrait homophobe Michou et antisémite le grand rabbin de France".

Au contraire, on lui saura gré de permettre à Nicolas Maury de pouvoir prouver son grand talent en étant étrangement émouvant en surjouant les homosexuels comme on ne les a pas surjoués depuis "La Cage aux Folles". On ne cessera pas de le féliciter de retrouver le goût des gags pourris de Patrick Schulmann, voire de Jean Yanne, comme cette fausse publicité dans laquelle Carmen Maura rêve d’un spray qui rendrai juif sans avoir besoin de passer par la circoncision.

Si l’on est suffisamment prévenu de ce qu’on va voir, et pas prévenu contre le film, on rira sans arrière-pensées et l’on affirmera même qu’il utilise intelligemment ses connotations communautaires.

Reste donc à encourager Mikael Buch afin qu’il ne s’égare pas vers un cinéma plus consensuel, qu’il continue à faire parler en finnois des comédiens français, à recréer un commissariat de police dans lequel on pourra retrouver Jean-Christophe Bouvet et à donner sa chance à des personnalités comme Nicolas Maury qui, il faut le redire, marquera les esprits de ceux qui auront compris que "Let My People Go !" était un film à ne pas négliger.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=