Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Printemps de Téhéran
Ali Samadi Ahadi  (janvier 2012) 

Réalisé par Ali Samadi Ahadi. Allemand. Documentaire. 1h20. (Sortie18 janvier 2012).

Avec "Le Printemps Arabe", les téléspectateurs du monde entier ont vu en 2011, le "bien" triompher du "mal", le "vrai" gagner contre le "faux", pour parler comme l’ami BHL.

Mais, en juin 2009, il en a été tout autrement en Iran. "Le Printemps de Téhéran" n’a pas vu la lumière l’emporter sur l’obscurité. Au contraire le noir est devenu encore plus noir, pour tout dire totalement opaque.

La Verte Révolution d’un Islam démocratique qui s’enflammait pour Mir-Hossein Mousavi, qui rêvait par blogs interposés et remplissait des stades entiers croyant que tout allait être possible, n’a pas mûri et le rouge qui a soudain remplacé le vert était la couleur du sang des innocents et des désarmés.

Plus que le récit d’un échec, "Le Printemps de Téhéran" explique par des témoignages et des images volées ou recopiées, comment un pouvoir, rendu minoritaire par les urnes, peut se radicaliser en quelques jours, utiliser tous les moyens de peur et de coercition pour contrecarrer l’élan d’un peuple.

Laissant libre cours à la sauvagerie de milices fanatiques, se servant de la pègre et de petits voyous prêts à tout pour amplifier le chaos, le pouvoir iranien, un instant aux abois, a repris l’initiative pour semer une terreur qu’on peut qualifier sans faire d’anachronismes de "fasciste" et éradiquer tous les espoirs électoraux.

Les images du film d’Ali Samadi Ahadi feront frémir les plus indifférents. Personne ne pourra contester ce qui s’est passé, personne ne pourra affirmer que le président Ahmadinejad a été réélu régulièrement. Quand on voit l’Ayatollah Khameini, le Guide suprême de la Révolution, valider les résultats des élections, on réagira avec la même rage impuissante que tous les protagonistes du "Printemps de Téhéran".

On serrera les poings en écoutant leurs récits sur la répression qui s’est abattue en un éclair pour que l’espoir d’un éveil démocratique de l’Iran s’évapore à tout jamais des esprits.

Film nécessaire, d’une force inouïe, "Le Printemps de Téhéran" risque cependant de susciter quelques interrogations à cause d’un dispositif qui pose problème. En effet, ne possédant pas d’assez d’images des événements de Téhéran, Ali Samadi Ahadi s’est laissé aller à reconstituer des scènes à l’aide d’"images animées".

Cette animation, primaire, ressemble à certains films de propagande d’antan, comme les Chinois savaient en faire au pire moment de leur révolution culturelle. Au lieu de rendre les choses indiscutables, des choses que personne de bien intentionné ne songeait à contester, cette représentation animée laisse tout à coup surgir un doute : si tout cela n’était, comme le dit le régime en place, que des mensonges pour discréditer la Révolution iranienne.

Le mauvais effet est encore renforcé par un détail qui aurait dû sauter aux yeux du réalisateur : les scènes reconstituées sont accompagnées d’un commentaire off en anglais. De là à penser qu’il y a la main de la CIA ou du Mossad derrière tout ça, il ne faudra pas beaucoup poussé les partisans d’Ahmadinejad pour le suggérer...

Évidemment, on saura oublier cette grosse maladresse et on considérera le film d’Ali Samadi Ahadi comme un chant désespéré à la gloire de ceux qui, une fois encore dans le monde, ont payé dans leur chair leur soif de liberté.

Au-delà de ce désespoir, on essaiera de se convaincre que la répression qui a ensanglanté Téhéran en 2009 est la dernière manifestation d’un pouvoir aux abois. Sauf que le temps passe et qu’il faut aux Iraniens bien du courage pour encore espérer...


 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=