Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anonymous
Roland Emmerich  (janvier 2012) 

Réalisé par Roland Emmerich. Angleterre/Allemagne. Thriller. 2h18. (Sortie 4 janvier 2012). Avec Rhys Ifans, Vanessa Redgrave, David Thewlis et Derek Jacobi.

Comme Molière, Shakespeare est un mystère et simplement l’affirmer c’est déjà entrer dans une polémique qui met en rage les spécialistes du plus grand dramaturge de tous les temps.

Victor Hugo en faisait un voleur de chevaux et, pour couper court à toute discussion, Alphonse Allais affirmait que "Les pièces de William Shakespeare n’étaient pas écrites par William Shakespeare, mais par un autre homme qui s’appelait... William Shakespeare".

Avec "Anonymous", c’est donc au tour du cinéma de s’emparer du grand Bill, l’auteur de 37 pièces qui ont changé le cours du monde... mais dont il ne reste aucun manuscrit.

Alors, et si... Et si ce n’était pas un acteur, porté sur les plaisirs et réputé frisant l’illettrisme, qui avait écrit le merveilles du théâtre élizabéthain, mais plutôt un aristocrate humaniste épris de culture et ayant l’ambition de faire entrer la langue et le théâtre anglais de plain pied dans la Renaissance ?

Roland Emmerich reprend la thèse selon laquelle ce serait le duc d’Oxford qui aurait, anonymement, écrit les pièces que William Shakespeare aurait signées à sa place. Son film, riche en bruit et en fureur, se veut donc une illustration colorée de la fin de règne d’Elizabeth Ier, un divertissement plaisant reconstituant de manière convaincante une époque encore pétrie de Moyen-Age mais entrant tout de même dans l’ère moderne.

Si le cinéaste allemand n’était pas l’auteur d’"Independance Day", de "Godzilla" ou d’un film avec Jean-Claude Van Damme, "Universal Soldier", bien des critiques seraient plus indulgents, voire laudateurs, devant ce film somme tout assez brillant. Comme s’il était aussi impossible à un faiseur de "blockbusters" tel que Roland Emmerich de faire un beau film populaire qu’à un acteur sans qualités d’écrire "Roméo et Juliette" ou "Hamlet".

Et pourtant, que ce soit esthétiquement, avec des partis pris pour reconstituer Londres qui rappellent ceux de Rohmer recréant le Paris de 1793 dans "L’Anglaise ou le Duc", ou narrativement, cet "Anonymous" ne manque ni d’idées ni de finesse.

Qu’un grand d’Angleterre, qui aurait pu être roi, sacrifie son destin historique pour devenir, sans en tirer aucun fruit glorieux, et sans vraiment le comprendre, le plus grand écrivain de tous les temps est en soi une tragédie quasi shakespearienne qui peut arracher quelques larmes.

Surtout qu’Emmerich met en avant un acteur prodigieux, Rhys Ifans qui, trouve enfin un rôle à sa mesure. Que l’acteur dilettante toujours à son avantage depuis "Human Nature" de Michel Gondry ait été choisi par Emmerich montre que celui-ci est un vrai directeur d’acteur. C’est sans doute aussi ce que confirmerait ce trésor national britannique qu’est Vanessa Redgrave qui peut, dans “Anonymous”, composer une étonnante Élizabeth au crépuscule de sa vie.

Le soi-disant lourdaud Emmerich se permet même une amorce de film très étonnante, et, pour la première fois depuis "L’entrée en gare de La Ciotat", c’est le début d’un film qu’il ne faut pas absolument pas raconter. On pourra simplement dire qu’on y retrouve avec un immense plaisir Derek Jacobi, le plus grand acteur shakespearien de notre époque.

Ne croyez donc pas les étiquettes que l’on accole aux tableaux comme aux réalisateurs : mieux vaut un très belle oeuvre de Tartampion qu’une croûte de Van Gogh, un film réussi de Roland Emmerich qu’un Clint Eastwood survanté.

Osez découvrir le théâtre du Globe, Ben Johnson et Marlowe, Shakespeare et la hache du bourreau s’abattant sur Essex dans un froid glacial. Osez le cinéma du samedi soir qui veut procurer de vrais émotions sans esthétiser la violence ou faire se rencontre Brad Pitt et Marion Cotillard.

Et puis, grâce à Emmerich, vous aurez le droit à de larges et beaux extraits de pièces de Shakespeare (ou d’Oxford), joués comme le bon peuple londonien de 1590 pouvait s’en délecter.

Quitte à fâcher définitivement les facheux, disons-le tout net : cet "Anonymous" vaut largement "Amadeus"...


 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=