Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Patxi
Interview  (Paris)  lundi 9 janvier 2012

Huit ans déjà que Patxi a participé à la Star Academy, six années qu’il existe en tant qu’auteur-compositeur-interprète chez Atmosphériques et, malgré tout, certains programmateurs radio à l’esprit étriqué persistent à le réduire à cette émission de téléréalité.

L’univers musical de Patxi Garat est pourtant bien différent de la pop-folk commerciale dont nous abreuvent les médias. Et il nous le prouve, une fois encore, avec la sortie de son EP, Quitter la France, qui fait suite à son concert-spectacle Buenos Aire 1.11. Trois chansons le constituent : "Quitter la France", "Buenos Aires" et "Mémoire sale".

Servis par une musique électrique au rythme entrainant, dansant, les deux premiers morceaux évoquent le désir de s’exiler, de s’évader, de prendre du recul ou de la hauteur. La troisième chanson, à la mélodie plus grave et nostalgique, démontre, quant à elle, une nouvelle fois, la qualité d’auteur du jeune basque. Inutile de se réfugier dans des textes anglais au contenu aussi faible que le programme d’un candidat d’extrême droite à la présidentielle, avec lui "le français est une langue qui résonne" !

Lundi 9 janvier, c’est dans un bar parisien à la décoration surprenante et à l’ambiance chaleureuse, que Patxi a accepté de nous livrer ses impressions sur cette dernière création.

Le EP Quitter la France est sorti le 5 décembre dernier, il faisait suite au concert-spectacle Buenos Aire 1.11 que tu avais présenté sur différentes scènes en 2011. Peux-tu nous parler de ce projet ?

Patxi Garat : C’est venu d’une envie d’aller en Argentine, où se sont exilés de nombreux Basques (ndlr : Patxi est Basque lui aussi). Donc j’ai eu envie de refaire ce trajet, ce chemin, de découvrir Buenos Aires. J’en ai rapporté des vidéos, de la musique. Et ça a donné cet EP.

Que retiens-tu de ces concerts ? Comment te sens-tu sur scène ?

Patxi Garat : Chaque concert est différent, c’est une expérience unique. Chanter aux Francopholies de La Rochelle, c’était une sorte de consécration. Se retrouver là-bas, au milieu de plein d’autres artistes, ça m’a beaucoup plu, ça m’a angoissé, ça m’a excité… et j’ai adoré !

Les 3 Baudets où tu as chanté en mars 2011 était une scène plus intimiste. Tu te sens aussi à l’aise dans ce genre de salle ?

Patxi Garat : Je suis quelqu’un d’assez anxieux donc je ne dirai pas que je suis facilement à l’aise. Mais j’apprends à me détendre ! Et puis le public qui vient me voir, généralement, c’est un public qui m’apprécie, qui aime mes chansons, donc ça se passe bien. Il y a une connivence qui se crée, c’est ce qui compte.

On s’était rencontré en juillet 2010 à la sortie de ton second album Amour Carabine. Comment a-t-il été accueilli ?

Patxi Garat : Très bien ! On a eu beaucoup d’articles, une très bonne presse ! Les gens étaient enthousiastes, certains étaient surpris ; cela m’a fait plaisir !

Surpris par rapport à l’image qu’ils avaient gardée de toi ?

Patxi Garat : Par rapport à celle de la Star Academy, évidemment ! Là, ils ont pu s’apercevoir que je faisais des choses différentes de cette époque, qui n’ont pas ce côté "commercial". Cela peut encore en surprendre…

Il y a eu Amour carabine en 2010, le projet Buenos Aires en 2011. Tu travailles déjà sur le prochain album ou tu prends un peu le temps de profiter de cet EP ?

Patxi Garat : Je suis déjà en train de le préparer ! L'EP est une sorte de pont entre le deuxième et le troisième album, en fait. J’ai déjà écrit des textes, avec Philippe Besson. Notre binôme fonctionne bien (il était déjà l’auteur de deux chansons dans Amour Carabine). Pour la musique, je ne sais pas encore dans quel style ce sera ; j’écris d’abord les textes.

Quels seront les thèmes de tes nouvelles chansons ? L’amour était très présent dans ton second album, dans ton EP il est davantage question d’exil…

Patxi Garat : Il y a toujours des sujets majeurs : l’autre, l’exil, le rapport aux gens… Que ce soit des chansons d’amour ou des chansons qui parlent de relations entre les gens, ce sont des thèmes qui me touchent.

Une de tes trois dernières chansons s’intitule "Quitter la France". Est-ce que tu pourrais réellement envisager de partir ? Est-ce qu’il y a, en tous les cas, des raisons qui te donneraient envie de ne pas rester en France ?

Patxi Garat : Oui, mais ce ne serait pas à cause des autres. Cela viendrait de moi. Si je me sens lassé, si j’ai envie de trouver d’autres repères, ailleurs, de repartir à zéro, je pourrais avoir envie de changer de pays, de partir loin d’ici.

On est en janvier, quels sont tes vœux pour 2012 ?

Patxi Garat : A priori comme tout le monde : la santé, le bonheur, la réussite, l’amour. Que mes albums fonctionnent encore mieux. Faire du théâtre, du cinéma ; j’ai envie de jouer depuis toujours.

Dans un film au scénario signé Philippe Besson, par exemple ?

Patxi Garat : Oui, oui pourquoi pas ! Il est très bon pour ça !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Amour Carabine de Patxi
Patxi en concert à La Boule Noire (mercredi 27 septembre 2010)
Patxi en concert aux 3 Baudets (mardi 29 mars 2011)
L'interview de Patxi (1er juillet 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Patxi
Le Myspace de Patxi

Crédits photos portrait : Thomy Keat (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)
Crédits photo concert : Anne-Laure Charpentier (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Patxi (1er juillet 2010)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=