Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Da Silva
La Distance  (PIAS Recordings)  janvier 2012

"Hé ! Manu ! Rentre chez toi, ya des larmes plein ta bière, le bistrot va fermer, puis tu gonfles la taulière"…  Manu ! Manuuuu ! Non mais qu’est-ce qui t’as pris ? Ah ? Vous êtes là vous ? Vous avez entendu Manu ? Manu ? Quel Manu ? Da Silva ! Oui, celui-là même ! Le type de la ritournelle de l’Indécision.

Il était chez Tôt ou tard, il a déménagé chez PIAS. Sa longue carrière l’a vu prendre des tas de pseudos et faire toutes sortes de musiques, de l’électro au punk en passant par l’acoustique et le chant lyrique (non je rigole, pas le lyrique). Je l’ai rencontré en 2006, avec la douce amertume de l’Indécision, une poésie bienveillante et triste sur la séparation, quand le cœur ne bat plus comme avant.

J’avais retenu de ce bonhomme un son pop-rock agréable, une rengaine touchante et mélancolique, et je m’étais fait l’idée d’un poète romantique. Oui, mais le temps a passé. Et à voir ce qu’il s’est passé depuis 2006 (pas besoin de vous faire un dessin), ça lui a fait perdre des plumes à Manu Da Silva.

Son nouvel album se nomme La distance. Il commence comme ça : "Non je n’ai pas envie de rire avec tous mes congénères" ("Les concessions"). La voix est toujours là, la musique est toujours ce mélange de cordes et de rythmes pop-rock. Mais il est devenu comme l’histoire sombre : très sombre. A croire que le visuel veut dire "prise de tête".

Sur un papier, j’ai lu de lui : "on l’adore ou on le déteste". Bah non, moi je ne l’aime qu’un petit peu, et je ne le déteste pas beaucoup. Il a le verbe élégant et l’espoir en désillusion. Il a la mélodie légère et le chant désabusé. Il serait joyeux de nature. La musique serait donc son foutoir à tristitude. Mouais.

Il faut dire qu’entre "Le repas" (La Cène, c’était la fiesta à côté), "La crise" (une chanson d’amour comme l’histoire sombre : très sombre !, ça a beau être truffé de dzouing acoustiques, je ne peux m’empêcher que l’ambiance envisage le pire, la faute à la thématique), "L’escalier" (séparation douloureuse… Je l’avais bien dit !), "La distance" (qu’il ne tient plus)… Da Silva devient un synonyme de pluie, nuit à 17 heures, pare-brise gelé, état grippal… Brrrr.

Certains aimeront, c’est certain. D’autres apprécieront, c’est autre chose. Mais il me file un cafard moi ce bonhomme, ce n’est pas croyable, et il me semble que je ne suis pas la seule. Hé ! Manu ! Mange des papillotes ! Dans la dernière, j’ai trouvé : "Si vous voulez que la vie vous sourit, apportez-lui d’abord votre bonne humeur !" (Spinoza ! Si si !).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album De beaux jours à venir de Da Silva
La chronique de l'album L'Aventure de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (10 novembre 2005)
L'interview de Da Silva (jeudi 29 mars 2018)

En savoir plus :
Le Myspace de Da Silva


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=