Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Da Silva
La Distance  (PIAS Recordings)  janvier 2012

"Hé ! Manu ! Rentre chez toi, ya des larmes plein ta bière, le bistrot va fermer, puis tu gonfles la taulière"…  Manu ! Manuuuu ! Non mais qu’est-ce qui t’as pris ? Ah ? Vous êtes là vous ? Vous avez entendu Manu ? Manu ? Quel Manu ? Da Silva ! Oui, celui-là même ! Le type de la ritournelle de l’Indécision.

Il était chez Tôt ou tard, il a déménagé chez PIAS. Sa longue carrière l’a vu prendre des tas de pseudos et faire toutes sortes de musiques, de l’électro au punk en passant par l’acoustique et le chant lyrique (non je rigole, pas le lyrique). Je l’ai rencontré en 2006, avec la douce amertume de l’Indécision, une poésie bienveillante et triste sur la séparation, quand le cœur ne bat plus comme avant.

J’avais retenu de ce bonhomme un son pop-rock agréable, une rengaine touchante et mélancolique, et je m’étais fait l’idée d’un poète romantique. Oui, mais le temps a passé. Et à voir ce qu’il s’est passé depuis 2006 (pas besoin de vous faire un dessin), ça lui a fait perdre des plumes à Manu Da Silva.

Son nouvel album se nomme La distance. Il commence comme ça : "Non je n’ai pas envie de rire avec tous mes congénères" ("Les concessions"). La voix est toujours là, la musique est toujours ce mélange de cordes et de rythmes pop-rock. Mais il est devenu comme l’histoire sombre : très sombre. A croire que le visuel veut dire "prise de tête".

Sur un papier, j’ai lu de lui : "on l’adore ou on le déteste". Bah non, moi je ne l’aime qu’un petit peu, et je ne le déteste pas beaucoup. Il a le verbe élégant et l’espoir en désillusion. Il a la mélodie légère et le chant désabusé. Il serait joyeux de nature. La musique serait donc son foutoir à tristitude. Mouais.

Il faut dire qu’entre "Le repas" (La Cène, c’était la fiesta à côté), "La crise" (une chanson d’amour comme l’histoire sombre : très sombre !, ça a beau être truffé de dzouing acoustiques, je ne peux m’empêcher que l’ambiance envisage le pire, la faute à la thématique), "L’escalier" (séparation douloureuse… Je l’avais bien dit !), "La distance" (qu’il ne tient plus)… Da Silva devient un synonyme de pluie, nuit à 17 heures, pare-brise gelé, état grippal… Brrrr.

Certains aimeront, c’est certain. D’autres apprécieront, c’est autre chose. Mais il me file un cafard moi ce bonhomme, ce n’est pas croyable, et il me semble que je ne suis pas la seule. Hé ! Manu ! Mange des papillotes ! Dans la dernière, j’ai trouvé : "Si vous voulez que la vie vous sourit, apportez-lui d’abord votre bonne humeur !" (Spinoza ! Si si !).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album De beaux jours à venir de Da Silva
La chronique de l'album L'Aventure de Da Silva
La chronique de l'album Au revoir chagrin de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (10 novembre 2005)
L'interview de Da Silva (jeudi 29 mars 2018)

En savoir plus :
Le Myspace de Da Silva


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=