Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tahrir, place de la Libération
Stefano Savona  (janvier 2012) 

Réalisé par Stefano Savona. France/Italie. Documentaire. 1h31. (Sortie 25 janvier 2012).

C’est un projet aussi inouï que les événements qu’il décrit. C’est une entreprise unique et dont l’aboutissement sous forme de film paraissait une gageure : Stefano Savona était Place Tahrir au Caire, entre le 29 janvier et le 12 février 2011, lendemain de la Chute du Raïs égyptien.

Il était là ces jours décisifs pendant lesquels les Cairotes ont vu vaciller des décennies d’une dictature complètement impuissante devant leur détermination.

Et quand on dit que Stefano Savona était présent, cela signifie qu’il était en plein cœur de l’événement, au beau milieu de cette nuée impressionnante de manifestants, de cette foule innombrable qui rassemblait ce peuple retrouvé qu’on pensait éternellement introuvable et incapable de se lever pour exprimer sa colère.

Et Savona n’était pas sur le toit d’un immeuble dominant la Place. Il ne faisait pas œuvre de journaliste télé, jouant à couvrir l’événement en rejouant toujours la même partition déjà vue et entendue à Belgrade, Kaboul, New York, Moscou ou le Kremlin-Bicêtre.

Non, il témoignait, caméra au poing, emmagasinant des heures d’images et fixant à jamais les visages sereins, malgré leur étonnement et leur incrédulité, de ces gens qui, tout à coup, étaient en train de comprendre qu’ils vivaient enfin des heures historiques. Stefano Savona saisit sans cesse ce frisson qui devait les parcourir et sa caméra presque médusée va de ci de là au gré des rumeurs, des bruits et des silences, des brouhahas et des chants, des slogans scandés jusqu’à s’en saouler de bonheur.

Parfois, on perçoit un mouvement de foule, un reflux, des gens qui se replient couverts de sang ou exprimant leur surprise désemparée après avoir subi des tirs sporadiques de snipers ou avoir évité ce qui ressemblait à une charge policière.

Savona filme cette foule attendant sans attendre, prête à s’enflammer mais miraculeusement sereine. À aucun instant, on n’a le sentiment que tout aurait pu dégénérer. Les Égyptiens sont là, tous là, et on les devine de toutes les obédiences, de toutes les classes sociales, archaïques ou modernes, religieux ou athées. Visiblement jamais inquiets d’être filmés.

La prouesse de Savona, c’est sa constance à ne pas chercher des images spectaculaires. Il filme ce qui se passe sous ses yeux, il ne provoque pas l’événement et ses images ne sont pourtant pas répétitives. Il butine l’image d’une "Révolution" en train de trouver sa forme.

Travaille-t-il pour l’Histoire ? Il n’a peut-être même pas cette ambition. Ses images sont simplement en train de collecter ce que son montage va construire. Et l’on n’a pas besoin d’être très féru en montage pour comprendre que Savona ne va pas vraiment découper les séquences fixées par sa caméra. Il ne sera ni question de briller, ni de manipuler par des effets de styles.

Son montage, on le sent, on le vit autant que son filmage et c’est donc une double opération auquel participe le spectateur. D’un côté, il accepte sans jamais se lasser cette succession d’images qui pourraient paraître répétitives à la longue ; de l’autre, il a conscience que son regard est, pour une fois, actif et que ce qui le nourrit dépasse le simple spectacle.

"Tahrir, place de la Libération” annonce que le couple Histoire-Cinéma s’est réveillé au 21ème siècle : il y aura encore des événement historiques, et, à l’ère du numérique triomphant, les cinéastes munis de leurs DV, pourront les filmer.

Double bonne nouvelle pour ceux qui iront voir “Place Tahir”: l’Histoire reprend sa marche et le cinéma n’est pas encore mort !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=