Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le système de Ponzi
Théâtre des Abbesses  (Paris)  janvier 2012

Comédie musicale écrite et mise en scène par David Lescot, avec Scali Delpeyrat, Marie Dompnier, Odja Llorca, Elizabeth Mazev, Céline Milliat-Baumgartner, Charlie Nelson, Jean-Christophe Quenon et les musiciens Clément Landais et Virgile Vaugelade.

En ces temps de crise économique où le spectre d’un krach général hante et fait peur, David Lescot a choisi d’illustrer la vie tumultueuse d’un "grand-père" de Bernard Madoff, Charles Ponzi.

Dans les dictionnaires anglo-saxons, le nom de Ponzi rime avec une forme moderne d’escroquerie financière. "Le système de Ponzi" promet à des investisseurs, généralement de petits épargnants, un mirobolant bénéfice en peu de temps. Mais le beau rêve a un vice : ce sont les derniers déposants qui paient les gains obtenus par les premiers. On se doute que l’édifice de carton-pâte ne tarde pas à s’écrouler.

David Lescot a décidé de suivre la montée et la chute, la grandeur et la décadence d’un assez médiocre personnage que les circonstances vont un moment auréoler de l’habit des puissants. Faux miracle et vrai mirage, l’existence de Charles Ponzi, avec ses très hauts et ses infinis bas, est retranscrite sur scène en brèves saynètes qui rappellent des séquences de films situés dans les années 1920 ou des illustrations de l’époque de la Prohibition dessinées ou inspirées par Norman Rockwell.

Sur le plateau, dix comédiens vont et viennent, jouant la comédie ou d’un instrument, et interprétant pas moins de 87 personnages, silhouettes toujours bien typées, seconds rôles récurrents, ou entourage proche de Charles Ponzi.

L’ensemble est minutieusement rythmé dans un décor unique dans lequel sont déplacées en permanence des tables qui peuvent devenir piste de danse, lits d’hôpital, estrade de tribunal ou cellule de prison...

Grâce à cette scénographie d’Alwyne de Dardel, les choses s’enchaînent à belle vitesse, aux accents Ragtime ou Charleston dispensés par certains des acteurs qui font office de musiciens quand ils ne participent pas à l’action..

Ce portrait de l’Amérique des années 1920 pourrait n’être qu’une accumulation de stéréotypes, mais à l’instar de Scali Delpeyrat, qui compose Charles Ponzi avec ce brin de fantaisie qu’on lui connaît, l’entreprise garde de la distance avec son sujet. Ainsi, quand il s’agit d’expliquer par le détail les subtilités de l’arnaque de Ponzi, les acteurs, alignés font face au public. L’explication, somme toute compliquée, évite ainsi tout didactisme.

On comprend dès lors qu’on est devant un divertissement qui a foi dans le théâtre et a choisi la légèreté pour parler de l’avidité humaine en lui opposant d’autres valeurs, ici représentées par Rose, la femme de Ponzi. Que peut l’amour d’une femme face au rêve de puissance d’un homme ? Céline Millat-Baumgartner incarne avec intensité cette face inversée de Charles Ponzi.

Sans doute, en choisissant de raconter la vie entière de son personnage, et pas simplement les quelques années allant de la conception à l’écroulement de son "Système", David Lescot doit gérer quelques passages plus faibles. Tant pis. Car, quand la machine s’emballe, il offre une belle heure de théâtre, suivie d’une fin émouvante, qui, l’une et l’autre, ne doivent pas être ratées.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=