Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le système de Ponzi
Théâtre des Abbesses  (Paris)  janvier 2012

Comédie musicale écrite et mise en scène par David Lescot, avec Scali Delpeyrat, Marie Dompnier, Odja Llorca, Elizabeth Mazev, Céline Milliat-Baumgartner, Charlie Nelson, Jean-Christophe Quenon et les musiciens Clément Landais et Virgile Vaugelade.

En ces temps de crise économique où le spectre d’un krach général hante et fait peur, David Lescot a choisi d’illustrer la vie tumultueuse d’un "grand-père" de Bernard Madoff, Charles Ponzi.

Dans les dictionnaires anglo-saxons, le nom de Ponzi rime avec une forme moderne d’escroquerie financière. "Le système de Ponzi" promet à des investisseurs, généralement de petits épargnants, un mirobolant bénéfice en peu de temps. Mais le beau rêve a un vice : ce sont les derniers déposants qui paient les gains obtenus par les premiers. On se doute que l’édifice de carton-pâte ne tarde pas à s’écrouler.

David Lescot a décidé de suivre la montée et la chute, la grandeur et la décadence d’un assez médiocre personnage que les circonstances vont un moment auréoler de l’habit des puissants. Faux miracle et vrai mirage, l’existence de Charles Ponzi, avec ses très hauts et ses infinis bas, est retranscrite sur scène en brèves saynètes qui rappellent des séquences de films situés dans les années 1920 ou des illustrations de l’époque de la Prohibition dessinées ou inspirées par Norman Rockwell.

Sur le plateau, dix comédiens vont et viennent, jouant la comédie ou d’un instrument, et interprétant pas moins de 87 personnages, silhouettes toujours bien typées, seconds rôles récurrents, ou entourage proche de Charles Ponzi.

L’ensemble est minutieusement rythmé dans un décor unique dans lequel sont déplacées en permanence des tables qui peuvent devenir piste de danse, lits d’hôpital, estrade de tribunal ou cellule de prison...

Grâce à cette scénographie d’Alwyne de Dardel, les choses s’enchaînent à belle vitesse, aux accents Ragtime ou Charleston dispensés par certains des acteurs qui font office de musiciens quand ils ne participent pas à l’action..

Ce portrait de l’Amérique des années 1920 pourrait n’être qu’une accumulation de stéréotypes, mais à l’instar de Scali Delpeyrat, qui compose Charles Ponzi avec ce brin de fantaisie qu’on lui connaît, l’entreprise garde de la distance avec son sujet. Ainsi, quand il s’agit d’expliquer par le détail les subtilités de l’arnaque de Ponzi, les acteurs, alignés font face au public. L’explication, somme toute compliquée, évite ainsi tout didactisme.

On comprend dès lors qu’on est devant un divertissement qui a foi dans le théâtre et a choisi la légèreté pour parler de l’avidité humaine en lui opposant d’autres valeurs, ici représentées par Rose, la femme de Ponzi. Que peut l’amour d’une femme face au rêve de puissance d’un homme ? Céline Millat-Baumgartner incarne avec intensité cette face inversée de Charles Ponzi.

Sans doute, en choisissant de raconter la vie entière de son personnage, et pas simplement les quelques années allant de la conception à l’écroulement de son "Système", David Lescot doit gérer quelques passages plus faibles. Tant pis. Car, quand la machine s’emballe, il offre une belle heure de théâtre, suivie d’une fin émouvante, qui, l’une et l’autre, ne doivent pas être ratées.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=