Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Invisibles
Théâtre le Tarmac  (Paris)  février 2012

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Nasser Djemaï, avec David Arribe, Angelo Aybar, Azzedine Bouayad, Kader Kada, Mostefa Stiti et Lounès Tazaïrt.

Avec "Invisibles", le jeune auteur et metteur en scène Nasser Djemaï a choisi d'évoquer le destin des "Chibanis" qui vivent dans les anciens foyers Sonacotra recyclés en foyers du 3ème âge, et qui, dans l'histoire ethnographique de l'émigration, sont les émigrés magrhébins des années 60.

Après une vie de labeur comme ouvriers, pour la plupart sans qualification et notamment dans le secteur éprouvant du bâtiment et de l'industrie lourde, ces travailleurs immigrés de la première génération, les aieuls des "minorités visibles" d'aujourd'hui, vivent une double tragédie : non seulement celle de la vieillesse misérable liée à une retraite dérisoire mais celle de l'impossibilité de retourner dans leur pays où demeure leur famille en raison de la condition de résidence attachée au versement de l'allocation de solidarité aux personnes âgées.

Nasser Djemaï a choisi de traiter ce sujet à partir d'une intrigue mélodramatique à la thématique classique de la quête des origines, celle d'un fils à la recherche de son père naturel, qui ressortit au théâtre de l'émotion, dont l'indispensabilité n'est pas patente.

Sur le sujet de fond, à partir d'un abondant travail documentaire de recherche et de témoignages, il a écrit une vraie partition théâtrale qui s'inscrit non dans le registre du théâtre documentaire mais dans celui du réalisme social, une partition intelligente et sensible, sans pathos manichéen ni misérabilisme, qui, à partir du beau portrait de cinq hommes dont le sens de la dignité et de l'honneur ont permis leur survie, explore leurs fêlures et leur souffrance.

Dans la pièce commune, une cuisine en formica, rien n'a changé. Le temps s'est écoulé trop vite et maintenant il semble s'être arrêté, jusqu'à la maladie, celle qui vient de s'abattre sur El Hadj (Azzedine Bouayad) qui n'a pu se résoudre à avoir deux familles et en attente de la mort, seul moyen pour les autres de repartir définitivement chez eux.

Ce qui leur reste, "la santé, les papiers, la mosquée" comme ils le disent avec humour et la partie de dominos ou de cartes qui précède la promenade et la halte sur un banc, assis en rang d'oignons, à regarder passer la vie des autres.

Un quotidien ritualisé, placé sous le signe de la fraternité et de la solidarité et partagé par tous, qui est troublé par l'arrivée du jeune homme (David Arribe) qui réactive les épreuves traversées, les regrets et les amertumes éprouvées que chacun garde pour soi.

Dont les mirages de l'Eldorado français, le déracinement, l'écartèlement entre le pays d'origine et la France avec des liens familiaux distendus limités à la présence d'un mois par an, une famille restée au pays faute d'argent pour lui permettre de vivre en France ou retournée au pays faute de s'être acclimatée dans un pays souvent hostile et les conditions de vie précaire avec ce qui reste du salaire largement amputé de l'argent envoyé au pays, face au racisme, aux humiliations et aussi à la solitude.

Nasser Djemaï signe une mise en scène sobre qui laisse la part belle aux comédiens dont la finesse de jeu est exceptionnelle tant ils ne versent jamais dans le naturalisme, le surjeu ou l'effet, et qui portent la voix des oubliés et des laissés pour compte qui dérangent.

A savoir : Mostefa Stiti, le chef du groupe, car en toute chose il faut une autorité pour ne pas tomber dans l'anarchie, c'est Hamid, le désenchanté qui ne croit plus en personne et n'espère rien, le bourru au bon coeur mais fort en gueule s'est imposé pour assurer l'intendance, Angelo Aybar, le célibataire taiseux qui ne s'est pas remis des exactions de la Guerre d'Algérie, Lounès Tazaïrt, le coeur tendre rempli de compassion voudrait retourner vivre dans son pays mais sait bien que là-bas on s'est habitué à son absence et que pour eux, la famille c'est ici et Kader Kada qui revient toujours déçu d'un pays qui s'enfonçant dans le marasme économique ne voit pas tarir l'émigration.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=