Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'hypothèse des sentiments
Jean-Paul Enthoven  (Editions Grasset)  janvier 2012

En ce mois de janvier 2012, Jean-Paul Enthoven publie, chez Grasset, son troisième roman L’hypothèse des sentiments.

L’amour, toujours l’amour ; créneau encombré, certes. Mais si les histoires se ressemblent souvent finalement, l’écriture les singularise toujours. Certains auteurs ridiculisent ces élans du cœur, d’autres les poussent à l’extrême, quelquefois c’est un mariage heureux qui est promis, plus fréquemment ce sont le rejet et la solitude qui l’emportent…

Avec son joli titre, le nouveau livre d’Enthoven semble, lui, se diriger vers la thématique de l’authenticité des sentiments et revisiter ces grandes questions que l’on s’est, certainement, tous posées au moins une fois : qu’est-ce que l’amour ? Comment savoir que l’on est réellement amoureux ?

Deux personnages : Max - la cinquantaine, élégant, séducteur, plutôt riche, sûrement égocentrique, vraisemblablement irresponsable - Marion, belle, encore jeune, épouse d’un vieux baron quasi sénile, malheureuse, en attente.

Deux valises rouges - les leurs, évidemment - qui se croisent, qui se confondent, qui s’échangent et qui provoquent la rencontre de ces deux êtres. Lui, intrigué, elle, peu réceptive de prime abord. Lui, pressé, pressant, habitué à conquérir rapidement les cœurs. Elle, préoccupée, un peu outrée de ses avances presque grossières, un peu séduite tout de même par cette attention si vive.

Bref, le début d’une histoire. Que l’on voudrait d’amour, évidemment. Aux routes sinueuses, forcément. Traversées par Anna Karénine, Audrey Hepburn, un confident trépassé, un psychanalyste envoûté, un détective privé, un proxénète, une voyante… Entre autres.

Au fil de ces pages, les personnages se dévoilent. On comprend que Max s’était promis de ne jamais tomber amoureux, qu’il s’est beaucoup amusé à se croire au-dessus de ces émotions et qu’au final, il a peut-être malheureusement raison. A jouer si souvent avec les sentiments, à s’habituer à ne penser qu’à lui avant tout, sa capacité à aimer semble ne pas s’être développée, à moins qu’elle ne se soit asséchée totalement. Marion, elle, rêve d’être emportée par la passion qui l’emmènerait loin de sa vie scabreuse. Mais sait-elle réellement aimer quelqu’un et non pas, seulement, l’idée de l’amour ?

Enthoven assiste à ces allers-retours émotionnels, à ces petits arrangements avec la conscience, à tout ce qui finit par faire douter de la véracité de leurs sentiments. Omniscient, il révèle au lecteur le passé de ces personnages, leurs arrière-pensées aussi, par de petites notes, en bas des pages. Il s’immisce ainsi constamment dans l’histoire, dans leur histoire, se moque gentiment par des remarques sarcastiques, ou s’interroge avec sa plume pleine de tendre dérision.

Assurément, l’originalité de ce roman ne réside pas dans son sujet. Ce qui en fait sa saveur, c’est le style de l’auteur, qui semble s’être beaucoup amusé lors de l’écriture de ce livre. Max devrait n’attirer qu’un certain mépris, Marion de la pitié, et pourtant on finit par s’attacher à ces deux personnages. On ressent même l’envie de les aider à vivre enfin une belle histoire d’amour, eux qui sont si peu doués pour aimer. Après tout, on a toujours envie de croire que même les gens les plus égocentriques et égoïstes ont du cœur, n’est-ce pas ? Alors, on lit ces presque 400 pages ; on espère, on croise les doigts. Et puis, le dernier paragraphe venu, on sourit de l’ultime note de l’auteur, on referme le livre. Mais, à l’instar de tous ceux qui croisent nos vies sans rien donner d’eux, on oubliera certainement vite ces personnages.

 

Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=