Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'hypothèse des sentiments
Jean-Paul Enthoven  (Editions Grasset)  janvier 2012

En ce mois de janvier 2012, Jean-Paul Enthoven publie, chez Grasset, son troisième roman L’hypothèse des sentiments.

L’amour, toujours l’amour ; créneau encombré, certes. Mais si les histoires se ressemblent souvent finalement, l’écriture les singularise toujours. Certains auteurs ridiculisent ces élans du cœur, d’autres les poussent à l’extrême, quelquefois c’est un mariage heureux qui est promis, plus fréquemment ce sont le rejet et la solitude qui l’emportent…

Avec son joli titre, le nouveau livre d’Enthoven semble, lui, se diriger vers la thématique de l’authenticité des sentiments et revisiter ces grandes questions que l’on s’est, certainement, tous posées au moins une fois : qu’est-ce que l’amour ? Comment savoir que l’on est réellement amoureux ?

Deux personnages : Max - la cinquantaine, élégant, séducteur, plutôt riche, sûrement égocentrique, vraisemblablement irresponsable - Marion, belle, encore jeune, épouse d’un vieux baron quasi sénile, malheureuse, en attente.

Deux valises rouges - les leurs, évidemment - qui se croisent, qui se confondent, qui s’échangent et qui provoquent la rencontre de ces deux êtres. Lui, intrigué, elle, peu réceptive de prime abord. Lui, pressé, pressant, habitué à conquérir rapidement les cœurs. Elle, préoccupée, un peu outrée de ses avances presque grossières, un peu séduite tout de même par cette attention si vive.

Bref, le début d’une histoire. Que l’on voudrait d’amour, évidemment. Aux routes sinueuses, forcément. Traversées par Anna Karénine, Audrey Hepburn, un confident trépassé, un psychanalyste envoûté, un détective privé, un proxénète, une voyante… Entre autres.

Au fil de ces pages, les personnages se dévoilent. On comprend que Max s’était promis de ne jamais tomber amoureux, qu’il s’est beaucoup amusé à se croire au-dessus de ces émotions et qu’au final, il a peut-être malheureusement raison. A jouer si souvent avec les sentiments, à s’habituer à ne penser qu’à lui avant tout, sa capacité à aimer semble ne pas s’être développée, à moins qu’elle ne se soit asséchée totalement. Marion, elle, rêve d’être emportée par la passion qui l’emmènerait loin de sa vie scabreuse. Mais sait-elle réellement aimer quelqu’un et non pas, seulement, l’idée de l’amour ?

Enthoven assiste à ces allers-retours émotionnels, à ces petits arrangements avec la conscience, à tout ce qui finit par faire douter de la véracité de leurs sentiments. Omniscient, il révèle au lecteur le passé de ces personnages, leurs arrière-pensées aussi, par de petites notes, en bas des pages. Il s’immisce ainsi constamment dans l’histoire, dans leur histoire, se moque gentiment par des remarques sarcastiques, ou s’interroge avec sa plume pleine de tendre dérision.

Assurément, l’originalité de ce roman ne réside pas dans son sujet. Ce qui en fait sa saveur, c’est le style de l’auteur, qui semble s’être beaucoup amusé lors de l’écriture de ce livre. Max devrait n’attirer qu’un certain mépris, Marion de la pitié, et pourtant on finit par s’attacher à ces deux personnages. On ressent même l’envie de les aider à vivre enfin une belle histoire d’amour, eux qui sont si peu doués pour aimer. Après tout, on a toujours envie de croire que même les gens les plus égocentriques et égoïstes ont du cœur, n’est-ce pas ? Alors, on lit ces presque 400 pages ; on espère, on croise les doigts. Et puis, le dernier paragraphe venu, on sourit de l’ultime note de l’auteur, on referme le livre. Mais, à l’instar de tous ceux qui croisent nos vies sans rien donner d’eux, on oubliera certainement vite ces personnages.

 

Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=