Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce qu'il restera de nous
Vincent Macaigne  (février 2012) 

Réalisé par Vincent Macaigne. France. Drame. 40 minutes. (Sortie 29 février 2012). Avec Thibault Lacroix, Laure Calamy et Anthony Paliotti.

Il y a quelques semaines, on avait découvert Vincent Macaigne dans une station balnéaire picarde, en acteur faussement lourd et lymphatique dans "Un monde sans femmes" de Guillaume Brac.

On le retrouve cette semaine réalisateur couvert de prix au Festival de Clermont-Ferrand, le Cannes duc court-métrage, avec un moyen métrage qui va sortir comme un grand film au MK2 Beaubourg, à l’instar du film de Sophie Letourneur, "Le Marin Masqué".

Si "Un Monde sans femmes" et "Le Marin Masqué", œuvres faussement légères, se rattachent à la tradition Rozier-Rohmer du meilleur cinéma hexagonal, "Ce qu’il restera de nous" opère, quant à lui, un singulier retour à l’autre grande voie royale du cinéma personnel à la française : celle de la noirceur et de l’inquiétude, chère aux Eustache, aux Garrel et aux Pialat.

Oui, c’est dans la cour des très grands qu’il s’installe aussitôt, dans la lignée de ceux qui ne font pas de différence entre cinéma et théâtre, voire avec tous les autres arts et notamment la peinture.

En quarante minutes, Macaigne plonge en effet dans un univers dont chaque seconde est un cri. Tout sera si vite posé pour le spectateur embarqué dans cette nef de folie et de rancœur qu’il lui faudra un cœur bien accroché pour ne pas sombrer dans l’océan des sentiments vomis par le trio mise en scène par Vincent Macaigne.

Un homme a brûlé sa Clio comme Néron a brûlé Rome et la redessine au pastel. Il n’a pas le talent que son frère a gâché pour devenir un médiocre cadre et un piètre amant. Les voilà tous les deux livrés àl’après de la mort d’un père injuste. qui laisse tout à l’un, l’écorché, l’alcoolique sentencieux, et rien à l’autre, le soumis, le "lèche-cul". . Coulent alors l’eau qui purifie et le flot des mots qui font mal. Tout le monde est nu dans cette catharsis, dans ce moment de colère inouï qui emporte toute possibilité d’amour.

Cinéma largement improvisé, laissant aux acteurs le soin de fixer leurs propres limites, "Ce qu’il restera de nous" culmine dans une scène d’hystérie dans laquelle la femme du frère "qui fait des stages chez l’Oréal", le visage entièrement couvert du rouge à lèvres de la honte, crie ses griefs à l’être trop aimé.

Rarement on aura vu quelqu’un se livrer aussi fort et aussi loin que Laure Calamy, qui laisse pantois dans sa performance totale, une performance de comédienne en scène sur l’écran. C’est cela tout le secret et toute la question de "Ce qu’il restera de nous" : où commence le cinéma, où finit le théâtre ?

L’encore fraîche naïveté cinématographique de Vincent Macaigne, homme de théâtre déjà rompu, lui permet de ne pas résoudre l’équation, de reculer le moment du choix. On espère pour lui qu’il saura ne pas trancher. Ce serait alors la preuve qu’il aura transformé l’essai gagnant qu’est ce moyen métrage d’une force saisissante

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=