Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ce qu'il restera de nous
Vincent Macaigne  (février 2012) 

Réalisé par Vincent Macaigne. France. Drame. 40 minutes. (Sortie 29 février 2012). Avec Thibault Lacroix, Laure Calamy et Anthony Paliotti.

Il y a quelques semaines, on avait découvert Vincent Macaigne dans une station balnéaire picarde, en acteur faussement lourd et lymphatique dans "Un monde sans femmes" de Guillaume Brac.

On le retrouve cette semaine réalisateur couvert de prix au Festival de Clermont-Ferrand, le Cannes duc court-métrage, avec un moyen métrage qui va sortir comme un grand film au MK2 Beaubourg, à l’instar du film de Sophie Letourneur, "Le Marin Masqué".

Si "Un Monde sans femmes" et "Le Marin Masqué", œuvres faussement légères, se rattachent à la tradition Rozier-Rohmer du meilleur cinéma hexagonal, "Ce qu’il restera de nous" opère, quant à lui, un singulier retour à l’autre grande voie royale du cinéma personnel à la française : celle de la noirceur et de l’inquiétude, chère aux Eustache, aux Garrel et aux Pialat.

Oui, c’est dans la cour des très grands qu’il s’installe aussitôt, dans la lignée de ceux qui ne font pas de différence entre cinéma et théâtre, voire avec tous les autres arts et notamment la peinture.

En quarante minutes, Macaigne plonge en effet dans un univers dont chaque seconde est un cri. Tout sera si vite posé pour le spectateur embarqué dans cette nef de folie et de rancœur qu’il lui faudra un cœur bien accroché pour ne pas sombrer dans l’océan des sentiments vomis par le trio mise en scène par Vincent Macaigne.

Un homme a brûlé sa Clio comme Néron a brûlé Rome et la redessine au pastel. Il n’a pas le talent que son frère a gâché pour devenir un médiocre cadre et un piètre amant. Les voilà tous les deux livrés àl’après de la mort d’un père injuste. qui laisse tout à l’un, l’écorché, l’alcoolique sentencieux, et rien à l’autre, le soumis, le "lèche-cul". . Coulent alors l’eau qui purifie et le flot des mots qui font mal. Tout le monde est nu dans cette catharsis, dans ce moment de colère inouï qui emporte toute possibilité d’amour.

Cinéma largement improvisé, laissant aux acteurs le soin de fixer leurs propres limites, "Ce qu’il restera de nous" culmine dans une scène d’hystérie dans laquelle la femme du frère "qui fait des stages chez l’Oréal", le visage entièrement couvert du rouge à lèvres de la honte, crie ses griefs à l’être trop aimé.

Rarement on aura vu quelqu’un se livrer aussi fort et aussi loin que Laure Calamy, qui laisse pantois dans sa performance totale, une performance de comédienne en scène sur l’écran. C’est cela tout le secret et toute la question de "Ce qu’il restera de nous" : où commence le cinéma, où finit le théâtre ?

L’encore fraîche naïveté cinématographique de Vincent Macaigne, homme de théâtre déjà rompu, lui permet de ne pas résoudre l’équation, de reculer le moment du choix. On espère pour lui qu’il saura ne pas trancher. Ce serait alors la preuve qu’il aura transformé l’essai gagnant qu’est ce moyen métrage d’une force saisissante

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=