Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Y a pire ailleurs
Jean-Henri Meunier  (mars 2012) 

Réalisé par Enrico. France. Documentaire. 1h32. (Sortie 21 mars 2012).

Ceux qui s’intéressent au football comprendront la comparaison : Jean-Henri Meunier est le Brandao du septième art.

Comme le joueur brésilien qui marqua un but qualificatif en quarts de finale de la Ligue des Champions pour l’Olympique de Marseille en réalisant, contre toute attente (dont la sienne), un contrôle du dos, le réalisateur de "Y a pire ailleurs" établit un état critique très vif de la France d’aujourd’hui en filmant à la va-comme-je-te-pousse, mais avec un cœur gros comme ça qui bat jusqu’au fond des choses.

Les heureux qui ont déjà communié à "La vie comme elle va" et à "Ici Najac, à nous la Terre" se replongeront avec bonheur dans cette France aussi anarchique qu’anarchiste avec ce troisième film qui conclue provisoirement une trilogie "“librement désordonnée".

Les autres, les tout-nouveaux, une fois franchis les portes des maisons de Najac, seront ravis d’être invités sans calcul à participer à cette brocante, à ce vide-grenier que constitue cette France rigolarde et mal rasée qui se fout du FMI et des triples A parce qu’elle est dans le troc et dans le rite (celui qui fait passer un sale quart d’heure à bien des bêtes à plumes).

Galerie de personnages truculents, hauts en couleurs alcoolisées, grands dans le malheur et beaux dans la vieillesse, et surtout jamais petits dans leurs petite vies si simples et pas tranquilles.

"Y a pire ailleurs", hymne au bonheur indéfinissable, évoquera à chacun un petit bout d’une France personnelle que l’on porte en soi avec une vraie dose de mépris involontaire, celui qui fait qu’on ne se vantera jamais d’en être issu ou d’y avoir vécu les meilleurs moments inavouables de sa vie. C’est un monde où les tontons, les pépés ou les mémés sont trop gros, portent des vêtements dépareillés, n’ont pas le mot bienséant qu’il faut en bouche et qui, parfois, clope au bec ou gnole en gorge, ont perdu tout attache avec le supposé réel.

Tant pis pour les trop polis, les trop bien mis et trop bien lavés qui ne verront en eux que des riens-du-tout.

Car derrière ces naïves caricatures, il y a l’expression d’une bonté teintée de poésie, d’un savoir-vivre tombé sur le bas-côté ou carrément dans le fossé qui permet de vivre au mieux, c’est-à-dire au jour le jour et au rythme des saisons.

Dans cet Aveyron foutraque, bien loin de celui dont on a parlé la semaine dernière avec "Entre les bras", Jean-Henri Meunier chante un pays, une civilisation, un univers qui se fout pas mal de ce qui sortira des urnes le 6 mai 2012. Sauf peut-être le chef de la gare de Najac, qu’on souhaitera toujours à son poste dans le prochain film de Meunier et pas victime d’une imbécile restructuration au nom d’une "rentabilité" qui n’a pas lieu d’avoir cours à Najac.

Évidemment, on ne terminera pas ce nouveau voyage impératif à Najac sans faire un petit coucou céleste à Henri Sauzeau, mécanicien des rêves et des utopies, qui a quitté ses amis au cours de cette épisode, mais qui ne sera jamais rayé de leur carte des tendres avec ses machines incongrues pleines de réalités imaginaires.

Il n’y a qu’à Najac que l’on voit ça et il faut espérer que Jean-Henri Meunier continuera longtemps à nous embrigader dans ce Brigadoon du Massif Central.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=