Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ubu enchaîné
Théâtre Athénéee-Louis Jouvet  (Paris)  mars 2012

Comédie burlesque d'après l'oeuvre d'Alfred Jarry, mise en scène de Dan Jemmett, avec Giovanni Calò, Eric Cantona et Valérie Crouzet.

Comme Gérard Depardieu préfère jouer le Père Ubu sur des estrades politiques, Dan Jemmett a eu la bonne idée de proposer le rôle à Éric Cantona, le seul sportif pataphysicien.

Ne pas oublier que c’est sous forme de marionnettes qu’a été créé "Ubu Roi", que Alfred Jarry se moquait d’un pion dans cette pochade et qu’il n’était pas question de critique politique ou sociale mais d’une grosse farce débridée,"énaurme", occasion d’aligner les "merdre" et les paillardises. Même chose, en encore moins cohérent, dans les suites d’Ubu, dont cet "Ubu enchaîné", second volet de la saga.

En principe - mais faut-il avoir des principes quand on monte ou démonte Jarry ? - on joue tout Ubu et on n’isole pas "Ubu enchaîné". Tout ça pour finir par dire que Dan Jemmett et Mériam Korichi ont bien eu raison de n’avoir aucun respect pour une œuvre que Jarry n’avait pas conçu pour être respectable.

Avec le mince argument ubuesque d’"Ubu enchaîné", Dan Jemmett a tiré une bonne heure théâtrale, ce qui dénote de l’habileté chez ce sujet britannique qui s’est mis au service de l’ancien roi de Pologne et d’Aragon, pas déçu d’être déchu, et prêt à rajouter du grotesque à sa dialectique, genre "l’esclavage, c’est la liberté"...

Sur scène, occupant les deux-tiers de l’espace, un petit personnage petit-déjeune, beurrant des toasts et cuisant des œufs, menant et malmenant une pauvre fleur (on prendra le risque de dire qu’il s’agit d’un lys). Tout semble banal, sauf qu’il s’évertue à casser ce qu’il vient de poser avec précaution sur sa table, renverse ses toasts et ses œufs, les piétine puis tente de les reconstituer.

Bref, Giovanni Calo joue un petit bonhomme bien contradictoire comme cet enchaîné qui se dit libre... et qui lui, est assis sur un fauteuil-trône à l’intérieur de ce qui pourrait être un castel de marionnettes, à la gauche de la scène.

De temps à autre, Giovanni Calo ouvre le rideau du castel laissant apparaître la tribu Ubu : le père, assis, la mère, debout ou sur le(les) genou(x) du père. Dès qu’il apparaît, Ubu part au quart de tour pour beugler de sa voix méridionale des discours à faire pâlir tous les dictateurs d’hier et d’aujourd’hui.

Celui qui fut un "Red Devil" se démène comme un beau diable, connaît son texte à la perfection et incarne avec arrogance cette vieille carne d’Ubu. Quand le petit théâtre se transforme en cage, l’homme en costume rouge en rugit d’aise et la mère Ubu est à l’unisson, grâce à une Valérie Crouzet sexy et méchante comme Cruella.

Pendant cette heure orchestrée dans un savant chaos par Dan Jemmett et son décorateur Dirk Bird, on aura même la surprise de voir de tout près l’avant-centre de Manchester aussi méchant qu’à l’époque où il corrigeait les hooligans.

Qu’Ubu ait la rancune mancunienne n’aurait pas étonné Jerry qui doit être ravi, de là où il boit, que ce Cantona déchaîné soit un parfait Ubu enchaîné.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=