Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elysian Fields - Blake
Le Fil  (Saint-Etienne)  samedi 10 mars 2012

Si je ne suis pas allé voir Elysian Fields en concert au Petit Bain à Paris en ce debut mars, c'est parce qu'il se trouve que j'étais en vacances dans le Forez à ce moment là et que j'avais prévu, à cette occasion, de profiter de leur concert au Fil de Saint-Etienne. D'autant plus que le groupe avait promis de nous accorder, après leur balance, une Froggy's Session. Et oui Messieurs dames, bientôt vous pourrez profiter d'une belle et étrange session de nos New-Yorkais favoris en mode quatuor, comme je vous le dis !

Mais pour l'heure, il s'agit bien de vous raconter ma soirée passionnante, passée dans le public du Fil version club, ce soir là, pour assister au concert de lancement du nouvel album du groupe Blake et à celui forcément magnifique de Elysian Fields (bien évidemment que tout cela n'est pas objectif). Tout commence donc par Blake, groupe stéphanois accompagné ce soir de quelques invités pour le son mais aussi pour l'image.

En effet, le groupe a pour habitude de tendre une toile en arrière-scène, derrière laquelle officie un peintre, donc les dessins à la peinture noire apparaissent à la faveur d'un éclairage adéquat.

Ce soir, les dessins ornithologiques de Robin Royer étaient complétés par des ombres chinoises de violonistes (notamment Jean-Christophe Lacroix des Hiddentracks) et d'une danseuse.

Passons la choriste qui fit une apparition derrière le rideau pour un titre (et devant pour les autres), tout à fait inutile sauf sans doute pour la famille dans la salle qui a pu découvrir à cette occasion que la demoiselle, par ailleurs compagne du chanteur, attendait ce qu'il est convenu d'appeler un "heureux événement".

Choriste par ailleurs tout à fait efficace pour renforcer la voix principale, un peu essoufflée ce soir là, sans doute par le stress au moins triple que de présenter son nouveau travail, devant le public de sa ville et avant les bêtes de scènes à la réputation sans faille que sont les Elysian Fields.

Voix hésitante donc pour Gaël qui, avouons-le, manquait de caractère ce soir là pour permettre au public d'entrer complètement dans l'univers onirique de Lost & Found. D'autant plus decevant que les chansons sont bien foutues et les musiciens excellents (lui compris à la guitare). Du coup, si on n'avait pas pris la peine de découvrir le disque avant, afin de retrouver malgré tout les curieuses histoires de cette fillette, on se sentait un peu perdu dans tout ce spectacle. Un concert qui demande donc à se roder au fil de la tournée pour accompagner un disque intéressant. A suivre...

Le changement de scène se fait tranquillement, le public est détendu, la salle est pleine depuis, avant même le début de la première partie. Un vrai plaisir à côté du public parisien souvent boudeur et snobeur de première partie.

Il est donc l'heure d'accueillir le quatuor New-Yorkais qui arrive discrètement sur scène, fidèle à l'ambiance de leurs concerts, tout en retenue et en élégance.

Métamorphosée par rapport à l'après-midi, Jennifer Charles est magnifique (et sa robe aussi) tandis que Oren Bleadow est plus... disons "casual". La violoncelliste est un peu en retrait tandis que le batteur est sur le côté de la scène.

Dès les premières mesures, le charme opère et la musique raffinée d'Elysian Fields enrobe de douceur le public. Les murmures de Jennifer remplissent l'espace, parfaitement surlignés de la guitare de son compère et du jeu délicat des deux autres membres.

Jamais dans la démonstration technique, les Elysian Fields en possèdent pourtant une sacrée, technique. Tous s'avèrent d'excellents musiciens (le batteur s'improvisera également pianiste et la violoncelliste manipulera quelques outils électroniques). Jennifer, elle, distille d'immenses sourires dont elle seule a le secret et qui vous font instantanément frissonner de plaisir.

Pendant ce temps (et le temps va passer bien trop vite), le groupe jouera les titres de leur dernier album mais aussi certains plus anciens pour le bonheur de tous.

Les chansons qui flirtent toujours entre pop et jazz, renferment chacune au moins une surprise dans le rythme ou l'interprétation et donnent ce style si atypique à ce groupe encore jamais égalé.

Rares sont les groupes à distiller autant d'émotions avec si peu de moyens, l'essentiel réside, outre dans des chansons magnifiques, dans l'interprétation toujours juste, sans excès de prétention et dans un plaisir de jouer visible.

Et puis cette voix, obsédante et sensuelle à l'excès qui semble venir d'ailleurs que de cette petite dame qui ne bouge presque pas les lèvres et qui, de gestes lents, gracieux et tout aussi délicats et subtils que le reste de la musique, dessine ses mots dans les airs. Une main sur la hanche ou un petit doigt légèrement décollé suffisent à troubler tout autant qu'à apporter du relief aux mots.

C'est élégant, c'est beau, chaleureux et généreux (pour preuve ultime, la grande disponibilité du groupe après le concert) et il reste un de ces rares groupes qui, fidèle à un parti pris artistique aussi constant qu'irréprochable, auront toujours une place de choix dans nos petits coeurs de fans.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Songs for someone de Perry Blake
La chronique de l'album The crying room de Perry Blake
Blake parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album The Colour in Anything de James Blake
La chronique de l'album Assume Form de James Blake
Blake en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Blake en concert au Fil (vendredi 3 décembre 2010)
Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Vendredi 14 septembre
Blake en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Blake en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre
L'interview de Moving Units (mars 2005)
La chronique de l'album The dreams that breathe your name de Elysian Fields
La chronique de l'album Bum raps and love taps de Elysian Fields
La chronique de l'album The Afterlife de Elysian Fields
La chronique de l'album Last Night On Earth de Elysian Fields
La chronique de l'album For House Cats and Sea Fans de Elysian Fields
La chronique de l'album Pink Air de Elysian Fields
Elysian Fields en concert à La Maroquinerie (27 octobre 2005)
Elysian Fields en concert au Festival Radar #5 (jeudi 10 septembre 2009)
Elysian Fields en concert au New Morning (26 mai 2010)
L'interview de Elysian Fields (juillet 2005)
La chronique de l'album A bird on a poire de Jean Louis Murat - Fred Jimenez - Jennifer Charles

En savoir plus :
Le site officiel d'Elysian Fields
Le Bandcamp d'Elysian Fields
Le Myspace d'Elysian Fields
Le Facebook d'Elysian Fields
Le site officiel de Blake
Le Myspace de Blake

Crédits photos : Eric Ségelle (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Blake (5 janvier 2011)
Elysian Fields (10 mars 2012)


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=