Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les deux nobles cousins
Théâtre 13/Scène  (Paris)  mars 2012

Comédie de William Shakespeare et John Fletcher, mise en scène Sara Llorca, avec François de Brauer, Chloé Chevalier, Emmanuel Faventines, Pierre-François Garel, Pauline Huruguen, Lara Marcou, Estelle Meyer (ou Sara Llorca), Sébastien Mignard et Guillaume Séverac-Schmitz.

Arcite et Palémon, deux nobles cousins inséparables, presque des frères, sont fait prisonniers par le vaillant Thésée qui vient de convoler en juste noce avec l'envoutante Hyppolytta, soeur d'Emilia.

Lorsque cette dernière passe sous les fenêtres de nos jeunes héros, l'amour, mais également la rivalité est au rendez-vous. La fille du geôlier, quant à elle, est promise par son père à un fort bon parti mais ne peut résister aux charmes du détenu Palémon pour lequel elle sombrera dans une folie sommes toute salvatrice.

"Les deux nobles cousins", pièce méconnue de William Shakespeare, co-écrite avec l'écrivain John Fletcher, parle beaucoup d'amour et de l'état amoureux, de l'ivresse des premiers émois, au bonheur des noces, sans omettre la jalousie et la haine des rivalités, ou encore la tragédie des attirances non réciproques ainsi que des alliances impossibles, jusqu'à la folie, ultime vertige.

Lorsqu'il écrit cette pièce à la fin de sa vie, Shakespeare est un homme pessimiste en matière d'amour, à une époque où de plus, le théâtre anglais va très mal puisqu'il est menacé de disparaître sous l'indifférence voire le mépris du successeur d'Elizabeth 1er.

Il en résulte une pièce non dénuée d'amertume où les héros, maltraités, sont précipités dans les affres d'un destin aveugle dirigé par des dieux tout puissant qui ont tôt fait de défaire ce que la volonté humaine a pu nouer.

Faisant fit de toute logique, Shakespeare et Fletcher passent sans transition de la mythologie grecque, aux temps des chevaliers, de la tragédie antique, à l'amour courtois, d'un style épique à la farce grossière. Tout est excessif, tout est théâtral, rien n'est vrai.

L'adaptation de Denis Llorca met en avant cet état précaire voulu par les poètes en la transposant aux héros et aux spectateurs qui sont maintenus sans cesse dans la confusion : incertitude de l'avenir, des sentiments, de la santé des esprits. Si l'optimisme est l'apanage des fous, alors nous nous devons de tous l'être un peu.

La scénographie de Charles Vitez joue sur la sobriété, le noir et blanc, la lumière où tout existe et l'ombre où l'acteur n'est plus rien, même présent sur scène. Dans un espace quasiment vide il insère une estrade qui permet aux comédiens d'être à la fois acteur et spectateur, permettant à Sara Llorca d'imaginer une mise en scène qui joue beaucoup sur une dualité, une ambivalence omniprésente.

Au centre du plateau, se dessine très vite un cercle de sable, ce temps qui passe, comme une référence au cirque, un appel à la présence du corps ici et maintenant, puisque rien ne semble vraiment exister à part lui, ni durer vraiment.

Pour la plupart formés au Conservatoire National Supérieur d'Art dramatique, les comédiens se connaissent presque tous de cette époque et malgré des expériences divergentes depuis lors, se retrouvent pour ce projet initié de longue date avec une complicité évidente.

La pièce, son adaptation et sa mise en scène mettent les comédiens sur le devant et leur ouvre des perspectives de jeu dont ils se saisissent avec aisance. Arcite (Guillaume Séverac-Schmitz) et Palémon (François de Brauer) sont stupéfiants, tout comme Emilia (Pauline Hutuguen) ou Thésée (Pierre-François Garel) qui nous régalent.

Cependant, la mise en scène inventive, la scénographie très étudiée et les très bons comédiens peinent à dépasser les faiblesses d'écriture dont souffre cette pièce qui ne figure pas au panthéon des opus shakespeariens.

Il est néanmoins intéressant malgré tout de découvrir cette œuvre fort peu jouée en saluant le travail accompli par la jeune Compagnie du Hasard Objectif.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=