Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce My Brightest Diamond - Thus:Owls
Le Grand Mix  (Tourcoing)  mardi 27 mars 2012

Le concert de My Brightest Diamond commence théâtralement : la chanteuse Shara Worden arrive sur scène avec un masque africain, le doublant d’une gestuelle particulière. Durant le concert, ce phénomène est complété par des petites danses étranges, et par d’inhabituelles touches de fantaisie comme le jeu avec de la fausse neige ou des ballons gonflables.

Ce côté de la musique de My Brightest Diamond est en fait perceptible sur disque : quand on découvre des chansons si inspirées, si lyriques, on ne peut qu’imaginer leur tendance théâtrale, qui a autant à voir avec le cabaret, l’opéra, que le rock. La chanteuse, à l’aise face au public, ne perd d’ailleurs jamais une occasion de créer le dialogue, entrecoupé de quelques intermèdes instrumentaux. Elle nous raconte des histoires très personnelles, par exemple sur ses grands-parents − une phrase marquante de sa grand-mère, une attitude estimable de son grand-père. "Don’t wait for love" conclut-elle, à la manière d’une révélation intime.

Tout dans sa musique témoigne d’une grande sensibilité : d’abord la finesse et la puissance de sa voix pouvant couvrir un large intervalle, dans la hauteur de la note et dans l’intensité ; ensuite sa faculté de poser cette voix pour appuyer avec délicatesse d’étonnantes mélodies. Aussi son répertoire contient de surprenantes reprises comme l’émouvante "Feeling Good" de Nina Simone, ou encore "Tainted Love" de Depeche Mode.

En fait, Shara Worden pourrait reprendre "Au clair de la lune" et nous bouleverser autant (j’écris ceci parce que j’étais à deux doigts d’apprécier sa reprise de Depeche Mode). Il faut rappeler qu’elle a participé, de manière significative, à l’album Come on feel the Illinoise de Sufjan Stevens, ce qui n’est pas rien. Stevens et elle auront encore beaucoup à partager, je l’espère, dans une époque où il est assez rare de trouver l’originalité.

En première partie, la chanteuse suédoise Erika Alexandersson du groupe Thus : Owls avait de fortes chances de nous plaire, du fait qu’elle ait fait partie de Loney Dear, cette autre grande référence de la pop actuelle.

Mais rapidement nous sommes gênés par ces chansons plus ou moins denses où se croisent une dizaine d’influences. En fait leur centre paraît comme éclaté : ces chansons fatiguent en partant dans tous les sens. D’une minute à l’autre, on passe des Fleet Foxes à Fiona Apple, pour ne citer que ces deux noms, de façon à ce qu’il devienne quasi impossible de se donner une idée de ce concert.

Qu’avons-nous entendu au juste ? Est-il possible de garder durablement ce patchwork musical à l’esprit, surtout avant le passage de My Brightest Diamond ?

Je finis juste par évoquer la touchante disponibilité de Shara Worden à la fin de la soirée, oubliant sa fatigue pour échanger sympathiquement quelques mots avec son public, et risquant des conversations ennuyeuses et creuses. On imagine mal un Jean-Louis Murat se permettant une telle chose − et même sur scène le type s’était montré avare, coupé du public : je parle de Murat car son attitude passée, assez désagréable, me choque davantage aujourd’hui, depuis que j’ai vécu le passage de Shara Worden.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A Thousand Shark's Teeth de My Brightest Diamond
My Brightest Diamond en concert au Point Ephémère (22 avril 2008)
My Brightest Diamond en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
My Brightest Diamond en concert au Festival Fargo All Stars 2008
L'interview de My Brightest Diamond (juin 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de My Brightest Diamond
Le Myspace de My Brightest Diamond
Le site officiel de Thus:Owls
Le Myspace de Thus:Owls

Crédits photos : Cédric Chort (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=