Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Big and Small
Théâtre de la Ville  (Paris)  mars 2012

Comédie dramatique de Botho Strauss, mise en scène de Benedict Andrews, avec Cate Blanchett, Lynette Curran, Anita Hegh, Belinda McClory, Josh McConville, Robert Menzies, Katrina Milosevic, Yalin Ozucelik, Richard Piper, Richard Pyros, Sophie Ross, Chris Ryan, Christopher Stollery et Martin Vaughan.

C’est toujours un événement de pouvoir voir sur scène une "star hollywoodienne", gagnante de l’Oscar du second rôle pour "The Aviator" et partie prenante dans des succès mondiaux comme "Le Seigneur des Anneaux".

L’Australienne Cate Blanchett est donc l’atout majeur de cette version anglo-saxonne de "Gross und Klein" ("Grande et Petite"), peut-être la pièce plus emblématique du théâtre de Botho Strauss et l’une de celles qui compta le plus dans le renouveau de l’art dramatique en langue allemande, aux côtés des œuvres de Peter Stein, Peter Handke ou Rainer Werner Fassbinder.

En développant en une dizaine de tableaux la dérive de Lotte Kotte, femme brisée par la rupture amoureuse, Botho Strauss utilisait un prétexte existentiel pour caractériser l’ère du temps de l’après-guerre allemande. "Road-movie théâtral", "Grande et Petite" était en phase avec le cinéma en mouvement de Wim Wenders d’ailleurs coscénarisé par Peter Handke.

Plus de trente ans ont passé et l’oeuvre, adaptée en anglais par Martin Crimp, n’est plus connectée à la réalité d’un moment historique, ne baigne plus dans un climat d’époque. C’est désormais avant tout un portrait de femme, un beau portrait de femme qui fournit matière à une comédienne, constamment en scène, pour montrer la palette de son jeu.

Et Cate Blanchett, en professionnelle accomplie, sait tirer la quintessence du personnage : elle rit, elle pleure, elle danse, elle multiplie les mimiques et les effets de voix. Elle ose l’emphase comme la simplicité. Dans cette version "mondialisée" de Botho Strauss, tout va vers la performance de l’actrice et est là pour la servir.

La mise en scène de Benedict Andrews sait se faire cinématographique en travaillant la profondeur de champ comme le "gros plan" en mettant l’accent sur un élément du plateau, une porte à interphone ou une cabine téléphonique.

Tournent autour de sa star, quelques personnages plus figurants et prétextes que partenaires et l’on sent soudain la grande influence d’un certain théâtre anglais contemporain, dont Martin Crimp est un des fers de lance.

Est-on encore vraiment dans une pièce de Botho Strauss ? Même si l’action reste située en Allemagne, on retrouve l’atmosphère sans repère historique d’un monde en déréliction qu’on n’ose même plus concevoir comme "postmoderne". Dans ce cadre mouvant, aléatoire, Cate Blanchett a toute liberté pour justifier son statut de "néo-monstre sacré". Elle y réussit et mérite le triomphe qu’on lui fait.

Pourtant, on s’en doute, Edith Clever, à la création de la pièce, et Bulle Ogier, dans sa version française mise en scène en 1982 par Claude Régy, incarnaient Lotte Kotte avec plus d’intériorité, plus de nuances et plus de trouble.

Reste que "Big and Small" traite Botho Strauss en classique et, en le tirant vers le divertissement plutôt que vers l’introspection, vers la psychologie plutôt que vers le politique, lui assure de nouveaux horizons, qui seront jugés vains par les uns ou prometteurs par les autres.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=