Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Big and Small
Théâtre de la Ville  (Paris)  mars 2012

Comédie dramatique de Botho Strauss, mise en scène de Benedict Andrews, avec Cate Blanchett, Lynette Curran, Anita Hegh, Belinda McClory, Josh McConville, Robert Menzies, Katrina Milosevic, Yalin Ozucelik, Richard Piper, Richard Pyros, Sophie Ross, Chris Ryan, Christopher Stollery et Martin Vaughan.

C’est toujours un événement de pouvoir voir sur scène une "star hollywoodienne", gagnante de l’Oscar du second rôle pour "The Aviator" et partie prenante dans des succès mondiaux comme "Le Seigneur des Anneaux".

L’Australienne Cate Blanchett est donc l’atout majeur de cette version anglo-saxonne de "Gross und Klein" ("Grande et Petite"), peut-être la pièce plus emblématique du théâtre de Botho Strauss et l’une de celles qui compta le plus dans le renouveau de l’art dramatique en langue allemande, aux côtés des œuvres de Peter Stein, Peter Handke ou Rainer Werner Fassbinder.

En développant en une dizaine de tableaux la dérive de Lotte Kotte, femme brisée par la rupture amoureuse, Botho Strauss utilisait un prétexte existentiel pour caractériser l’ère du temps de l’après-guerre allemande. "Road-movie théâtral", "Grande et Petite" était en phase avec le cinéma en mouvement de Wim Wenders d’ailleurs coscénarisé par Peter Handke.

Plus de trente ans ont passé et l’oeuvre, adaptée en anglais par Martin Crimp, n’est plus connectée à la réalité d’un moment historique, ne baigne plus dans un climat d’époque. C’est désormais avant tout un portrait de femme, un beau portrait de femme qui fournit matière à une comédienne, constamment en scène, pour montrer la palette de son jeu.

Et Cate Blanchett, en professionnelle accomplie, sait tirer la quintessence du personnage : elle rit, elle pleure, elle danse, elle multiplie les mimiques et les effets de voix. Elle ose l’emphase comme la simplicité. Dans cette version "mondialisée" de Botho Strauss, tout va vers la performance de l’actrice et est là pour la servir.

La mise en scène de Benedict Andrews sait se faire cinématographique en travaillant la profondeur de champ comme le "gros plan" en mettant l’accent sur un élément du plateau, une porte à interphone ou une cabine téléphonique.

Tournent autour de sa star, quelques personnages plus figurants et prétextes que partenaires et l’on sent soudain la grande influence d’un certain théâtre anglais contemporain, dont Martin Crimp est un des fers de lance.

Est-on encore vraiment dans une pièce de Botho Strauss ? Même si l’action reste située en Allemagne, on retrouve l’atmosphère sans repère historique d’un monde en déréliction qu’on n’ose même plus concevoir comme "postmoderne". Dans ce cadre mouvant, aléatoire, Cate Blanchett a toute liberté pour justifier son statut de "néo-monstre sacré". Elle y réussit et mérite le triomphe qu’on lui fait.

Pourtant, on s’en doute, Edith Clever, à la création de la pièce, et Bulle Ogier, dans sa version française mise en scène en 1982 par Claude Régy, incarnaient Lotte Kotte avec plus d’intériorité, plus de nuances et plus de trouble.

Reste que "Big and Small" traite Botho Strauss en classique et, en le tirant vers le divertissement plutôt que vers l’introspection, vers la psychologie plutôt que vers le politique, lui assure de nouveaux horizons, qui seront jugés vains par les uns ou prometteurs par les autres.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=