Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Big and Small
Théâtre de la Ville  (Paris)  mars 2012

Comédie dramatique de Botho Strauss, mise en scène de Benedict Andrews, avec Cate Blanchett, Lynette Curran, Anita Hegh, Belinda McClory, Josh McConville, Robert Menzies, Katrina Milosevic, Yalin Ozucelik, Richard Piper, Richard Pyros, Sophie Ross, Chris Ryan, Christopher Stollery et Martin Vaughan.

C’est toujours un événement de pouvoir voir sur scène une "star hollywoodienne", gagnante de l’Oscar du second rôle pour "The Aviator" et partie prenante dans des succès mondiaux comme "Le Seigneur des Anneaux".

L’Australienne Cate Blanchett est donc l’atout majeur de cette version anglo-saxonne de "Gross und Klein" ("Grande et Petite"), peut-être la pièce plus emblématique du théâtre de Botho Strauss et l’une de celles qui compta le plus dans le renouveau de l’art dramatique en langue allemande, aux côtés des œuvres de Peter Stein, Peter Handke ou Rainer Werner Fassbinder.

En développant en une dizaine de tableaux la dérive de Lotte Kotte, femme brisée par la rupture amoureuse, Botho Strauss utilisait un prétexte existentiel pour caractériser l’ère du temps de l’après-guerre allemande. "Road-movie théâtral", "Grande et Petite" était en phase avec le cinéma en mouvement de Wim Wenders d’ailleurs coscénarisé par Peter Handke.

Plus de trente ans ont passé et l’oeuvre, adaptée en anglais par Martin Crimp, n’est plus connectée à la réalité d’un moment historique, ne baigne plus dans un climat d’époque. C’est désormais avant tout un portrait de femme, un beau portrait de femme qui fournit matière à une comédienne, constamment en scène, pour montrer la palette de son jeu.

Et Cate Blanchett, en professionnelle accomplie, sait tirer la quintessence du personnage : elle rit, elle pleure, elle danse, elle multiplie les mimiques et les effets de voix. Elle ose l’emphase comme la simplicité. Dans cette version "mondialisée" de Botho Strauss, tout va vers la performance de l’actrice et est là pour la servir.

La mise en scène de Benedict Andrews sait se faire cinématographique en travaillant la profondeur de champ comme le "gros plan" en mettant l’accent sur un élément du plateau, une porte à interphone ou une cabine téléphonique.

Tournent autour de sa star, quelques personnages plus figurants et prétextes que partenaires et l’on sent soudain la grande influence d’un certain théâtre anglais contemporain, dont Martin Crimp est un des fers de lance.

Est-on encore vraiment dans une pièce de Botho Strauss ? Même si l’action reste située en Allemagne, on retrouve l’atmosphère sans repère historique d’un monde en déréliction qu’on n’ose même plus concevoir comme "postmoderne". Dans ce cadre mouvant, aléatoire, Cate Blanchett a toute liberté pour justifier son statut de "néo-monstre sacré". Elle y réussit et mérite le triomphe qu’on lui fait.

Pourtant, on s’en doute, Edith Clever, à la création de la pièce, et Bulle Ogier, dans sa version française mise en scène en 1982 par Claude Régy, incarnaient Lotte Kotte avec plus d’intériorité, plus de nuances et plus de trouble.

Reste que "Big and Small" traite Botho Strauss en classique et, en le tirant vers le divertissement plutôt que vers l’introspection, vers la psychologie plutôt que vers le politique, lui assure de nouveaux horizons, qui seront jugés vains par les uns ou prometteurs par les autres.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboches plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! et n'oublez pas, vendredi 26 c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=