Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ghinzu
Blow  (Atmosphériques)  août 2004

Très souvent, la première approche d'un nouveau groupe intervient par l'écoute d'un album. Démarche inverse pour Ghinzu dont l'album Blow avait fait l'objet d'une unique écoute, dans l'urgence de surcroît, la veille de leur show case à la Boule Noire.

Pour la pochette, un artwork à l'image de leur univers musical et de leur positionnement par rapport à la prestation scénique : des têtes de chevaux cabrés dont on ne sait s'il s'agit d'une lutte ou d'une parade amoureuse.

Et, en pages intérieures, la photo de cinq jeunes gens aux visages masqués, la tête, emperruquée à l'afro, baissée , bière à la main, dont quatre en costume noir chemise blanche et le cinquième en vêtement noir avec dragons, pompes pas ad hoc, et des remerciements tous azimuts même pour les oubliés ("And all the motherfuckers we got who believe in us and trust the power of the dragon").

Blow est le second album de ce groupe belge formé en 1999, que l’on dit dans la mouvance de dEUS, comme on le dit de tous les groupes belges à défaut d’autres références nationales pertinentes dans ce regsitre, qui se révèle être essentiellement un groupe hype, entre rock noisy et speed pop, se jouant de la rock'n roll attitude garage pour opter pour une insolente variante dandy branché, sex, love and coke, mais chic et cher en jumbo jet ou au Ritz, après le golf et les week ends à Dinard.

"Blow", morceau d'ouverture qui donne son titre à l'album, annonce la couleur et contient tous les ingrédients caractéristiques de Ghinzu : les modulations de la voix sexy et maniérée de John David Israel Descamps alias John Stargasm, le bien nommé, le prégnant pianoforte, les ruptures de rythmes avec un goût pour les distorsions et un texte très branché : (High speed /Defcon/Mental/Gang bang/Black out/You're not dragster man).

Il est suivi par le tubesque "Do you read me ?" chantant l'homme objet ("So I'm just lying on the floor/Eating some coke and silicon /And hope only for the day/We'll be back at one") qui flirte avec la poudre blanche comme l'amour dans les nuages avec "Jet sex" ("Here is the time for us to know a secret sky for us to go, you've never been before, oh no/A jumbo jet, just you and me, no parachute, it's pilot free/I'll never let you fall/Above the clouds, above them all, we draw the lines with smoke and coke").

Rock rime aussi avec sexe, le sexe omniprésent du tonitruant et récurrent "I make you love untill you faint" ou le sexe dans les draps de soie des palaces avec "High voltage queen (the reign of)" avec une scansion à la Fun Lovin Criminals ("I was checking out the Ritz hotel, in the middle of a Paris afternoon/My baby nude, my baby sweet, my baby got a perfect ass/Electric lips on endless legs, chaotic fury on breathless heels/My baby goddess is the reign of high voltage queens").

Et l'amour dans tout ça? Et bien, on le trouve aussi bien dans la classique ballade pop de "Sweet Love", sur une voix chaude et rauque qui laisse augurer du feu sous la glace que dans "The dragster-wave" ("And the sun is going over me/Over your sex steam battle face/Over minibars and golgot eyes/Your triple 6 carat ass")

L'album se côt avec "Sea-side friends" sur le nombrilisme des petits gosses friqués ("Imagining the world/In orbit around their asses/Yes my friend and I/Are debating about art, golf, porn and cars").

Rien de nouveau direz-vous? Non, bien sûr mais le rock reste le rock et Ghinzu pourrait bien faire parler de lui !

 

"On aime péter plus haut que notre cul en production et on veut que ça s'entende. On aime bien cette idée d'essayer de faire à chaque fois un peu plus pour arriver à être soi-même." Ghinzu

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Electronic jacuzzi de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Elysée Montmartre (1er février 2005)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)

En savoir plus

www.ghinzu.com


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=