Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shearwater - Julie Doiron
Le Grand Mix  (Tourcoing)  mercredi 4 avril 2012

Shearwater est un groupe américain formé en 2001, dont le nom signifie en français puffin, c’est-à-dire un oiseau marin, le chanteur Jonathan Meiburg étant à juste titre diplômé en ornithologie.

Cela peut être intéressant de connaître la particularité de certains artistes, et de comprendre par exemple ce qui a motivé tel choix pour tel album.

Par exemple, on serait peut-être en mesure d’expliquer la genèse du quatrième album de son groupe, Palo Santo, que la critique salut comme un chef-d’œuvre incontestable (c’est aussi dans l’histoire de la musique la première fois qu’un groupe enregistre deux fois le même album dans deux maisons d’édition différentes). Mais je n’ai encore été le vérifier, préférant d’abord juger sur scène.

Ce groupe aurait donc une dimension écologique, ce que montrent d’abord les pochettes de ses disques. Par exemple le dernier album, Animal Joy, plutôt raté, représente en gros plan les griffes d’un animal sauvage. Couverture laide, s’il en est. Cela nous donne à penser aux disques appréciés, dont la couverture contredit l’intérieur : ils ne sont pas nombreux. Ici on se rend compte de la coïncidence entre les deux éléments. Quelques écoutes suffisent à confirmer le sentiment du concert, à savoir que cette musique, honnête, nous ennuie profondément.

"Honnête" parce que les intentions des auteurs ne sont pas mauvaises en soi, mais ce retour à la nature depuis les Fleet Foxes et autres Midlake finit par lasser. Le concert est assez répétitif, dans le fond comme la forme. On pense au chanteur de Talk Talk, Mark Hollis, influence évidente du groupe, mais qui dans le même registre avait été plus haut : voix assez proche de celle de Meiburg tendant vers une certaine épure, même exigence pop aux intonations jazz. Seulement là où Mark Hollis a séduit avec un minimalisme post-rock, la musique de Shearwater ne convainc pas. La voix sur scène est souvent couverte par deux guitares dont le niveau d’intensité reste élevé, les chansons sont assez homogènes, parfois pénibles (comme les titres "Immaculate" ou "Star Of The Age", irrecevables) . D’aucuns diraient qu’il a fallu muscler un son pour produire plus d’effets sur scène. Un peu à la Morrissey, qui n’a plus répété par la suite ce qu’il avait génialement atteint avec Vauxhall and I. Mais enfin, Morrissey avait encore de bonnes chansons.

En première partie, la canadienne Julie Doiron a présenté sur scène quelques-uns de ses meilleurs titres, croisement attendu mais libre entre Chan Marshall et Shannon Wright.

Ces influences ne fonctionnent qu’en accord avec un élément supplémentaire qui vient les enrichir, les prolonger, et par cela même leur donner une certaine légitimité.

Cet élément, en ce qui concerne Julie Doiron, correspond au dépouillement de ses chansons, à leur nudité malgré l’énergie qui vient les compléter. Le versant électrique de cette musique n’a pas suffi à masquer ni sa fragilité ni sa grâce, ce qui est une bonne chose.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Palo Santo de Shearwater
La chronique de l'album Rook de Shearwater
La chronique de l'album The Golden Archipelago de Shearwater
La chronique de l'album Animal Joy de Shearwater
La chronique de l'album Fellow Travelers de Shearwater
La chronique de l'album Jet Plane and Oxbow de Shearwater
Shearwater en concert à La Maroquinerie (29 octobre 2006)
L'interview de Shearwater (1er juin 2006)
La chronique de l'album Goodnight Nobody de Julie Doiron
Julie Doiron en concert au Trabendo (26 novembre 2005)
L'interview de Julie Doiron (avril 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Shearwater
Le Myspace de Shearwater
Le site officiel de Julie Doiron
Le Myspace de Julie Doiron

Crédits photos : Cédric Chort (Retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=