Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Sang du Suaire
Sam Christer  (MA Editions)  mars 2012

Orphelin, adopté, directeur de création du studio Sony Picture Télévision, directeur Exécutif pour Endemol, romancier… Voilà quelques adjectifs qui qualifient les talents de Sam Christer. Son dernier bébé se nomme Le Sang du Suaire, concernant la fameuse nappe blanche ayant enveloppé le non moins fameux Jésus (mais si, vous savez bien, le mec qui est mort cloué sur deux lattes de parquets en forme de croix !).

Petite histoire pour l’Histoire : au temps des momies et des animaux empaillés, un bébé naquit au fond d’une étable, entre une vieille vache et un âne boiteux, dans une mangeoire toute pourrie parce que les hôtels étaient bondés à cause de la fête du solstice. Ce bébé (qui n’était pas n’importe quel bébé) incarna le fils d’un Dieu suprême, le prophète des chrétiens catholiques venu sur Terre pour répandre la Bonne Nouvelle de Dieu. En clair : THE superman des catho pour les millénaires à venir.

Oui mais bon, ça ne plaisait pas trop au super méchant de l’histoire, qui en avait un peu ras le bol de se faire piquer la vedette par un jeune barbu en sandalettes. Le méchant contraignit le bon garçon à périr sur la croix entre deux voleurs de pommes, après bien des procès truqués et des avocats sans diplôme. Bref, une fois mort, notre bon samaritain fut promptement décroché, enroulé dans un drap plus blanc que blanc (les tapis étaient réservés aux sultans), et enfermé dans une grotte fermée par un super gros caillou. La suite de l’histoire est bien sûr pleine de rebondissements mais elle ne nous concerne pas.

Sam Christer s’empare de ce qui semble être un détail : le drap ! Un linceul en réalité nommé suaire. Et le Saint Suaire (celui du Jésus cité plus haut) devient une relique ultra sacrée (le mec qui a été emballé dedans a ressuscité quand même ! La cape d’invisibilité, c’est de la merde à côté !).

Comme tout thriller qui se respecte, Le sang du suaire commence par le meurtre d’une certaine Tamara Jacobs, au son du Dominus Vobiscum de son assassin. Il se trouve qu’elle est scénariste d’un film intitulé Le Suaire… Nic Karakandez et Mitzi Fallon sont chargés de l’enquête et ce n’est pas de la tarte. Parce que le lecteur suit à la fois les deux pauvres inspecteurs qui ont un temps de retard à tous les coups (niveau anticipation des crimes, ce n’est pas ça !), et le tueur, un espèce de malade mental adepte de scarification et d’automutilation (genre : "oh oui Dieu, je suis un vilain méchant, pardon mon Dieu, si je me découpais un téton pour me punir ? Oh oui, comme ça fait mal ! Et là, tu me pardonnes Dieu ?").

Au fil de l’enquête (comme tout thriller qui se respecte), les deux inspecteurs s’enfoncent un peu plus dans la mouise, mais ils deviennent de plus en plus perspicaces, et le meurtrier de plus en plus imprudent. Les assassins sont finalement deux, Tamara Jacobs connaissait un peu trop bien la véritable origine du suaire, et elle voulait un peu trop en parler à tout le monde dans son film, le Vatican n’était pas super chaud pour divulguer un truc aussi gros (qui aurait carrément fait chuter le nombre de vocations de prêtres, déjà que c’est un peu la crise en ce moment, il ne faut pas en rajouter !).

Da Vinci Code continue de faire des émules, Le Sang du Suaire trouvera son public, des adeptes de thriller bien écrit, juste ce qu’il faut de noir (mais pas trop quand même, il y a des enfants dans la salle), juste ce qu’il faut de mystère (mais pas trop quand même, il faudrait pas perdre le lecteur), juste ce qu’il faut de subversif (mais pas trop quand même, il ne faudrait pas choquer les Islameux, déjà qu’ils n’ont pas vraiment la cote par ici !). Un bon moment.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Les Héritiers de Stonehenge" du même auteur
La chronique de "Les Héritiers de Camelot" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Sam Christer


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=