Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce American Pie 4
Jon Hurwitz et Hayden Schlossberg  ( )    mai 2012

Réalisé par Jon Hurwitz et Hayden Schlossberg. Etats-Unis. Comédie. 1h54. (Sortie 2 mai 2012). Avec Jason Biggs, Sean William Scott, Mena Suvari, Alyson Hannigan, Tara Rei et Eugene Levy.

Les Américains appellent "sequels" les suites à répétition des films à succès et il n’est pas nécessaire de traduire le terme pour en saisir le sens franchement négatif.

En général quand on arrive au n°3 ou 4, la partie est perdue et la série continuer en roue libre uniquement mue par le tiroir-caisse du box-office.

C’est donc avec une légitime appréhension que les fans d’"American Pie" se rendront dans les salles obscures pour refaire un petit coucou à leurs amis potaches américains. Même pas besoin pour lui d’ouvrir les yeux dans l’obscurité pour fixer l’écran : un "American Pie" addict sait qu’il va retrouver Stifler congénitalement prêt à tout, que le papa de Jim sera le grand Eugene Levy et qu’il y aura de la scatologie d’anthologie et des sécrétions malpropres de ci de là.

Mais, évidemment, le fan d’American Pie est souvent Bac+beaucoup et a lu "Les Trois Mousquetaires" et n’ignore pas que vingt ans après, ici une bonne dizaine d’années seulement, l’épopée a un goût amer et que ses héros sont fatigués.

Dans "American Pie 4", sous la houlette de deux réalisateurs novices, Jon Hurwitz et Hayen Schlossberg, il y a un incontestable décalage entre ce que sont devenus Jim, Stifler, Oz, Finch, Kevin et les autres, et ce qu’ils croient encore être. Mais, qu’on se rassure, même s’ils ont des doutes nouveaux et des certitudes en moins, les ex-lycéens ont de beaux restes qu’ils vont montrer dans ce possible ultime épisode.

Bien entendu, il faut l’avouer, "American Pie 4", dont le titre américain "American Pie : Reunion" dit le but, fonctionne plus poussivement que les précédents. On rit moins, on sent qu’il y a des figures imposées - presque des rituels - et pas de très nouvelles trouvailles dans les figures libres. Heureusement - et il n’en faut pas en révéler davantage - il y a "le coup de la glacière" conçu et réalisé par "Maître" Stifler, comme au bon vieux temps....

Ah ! Ce bon vieux temps ! Il est là avec son fort goût de bilan. Le film est le miroir des années de vie écoulées par ses comédiens. Il est comme un témoignage sociologique sur le destin d’une bande de "teen actors". Comment ont-ils traversé ses années ? Sont-ils devenus de "vrais" comédiens ? "American Pie" a-t-il été leur chance ou un tatouage indélébile qui les a empêché d’avancer ?

On reverra avec tristesse Tara Reid et Mena Suvari qui avaient snobé "American Pie 3" et qui sont là, piteusement inutiles, ni juvéniles ni adultes, sans perspective de carrière...

On retrouvera Finch empâté tentant de croire au destin pas brillant que les scénaristes lui ont écrit et Oz, toujours souriant, comme pour conjurer la fadeur aggravé de son personnage. Et puis Jim, hélas plus préoccupé par son couple que par son sexe.

C’est cruel de lui faire dire qu’on le prend pour Adam Sandler puisque c’est vraiment le problème majeur de Jason Biggs...

C’est cruel de montrer sa compagne Michelle, la si rigolote Alyson Hannigan, en maman quasi quadragénaire. Reste Sitffer, toujours à son meilleur, et que Sean William Scott incarne sans se soucier de s’y enferrer à tout jamais.

On peut dire que dans "American Pie 4", il se dévoue à la cause avec une générosité qui sauve le film de toutes ses faiblesses, de ce qui pourrait être l’expression sordide de la fin définitive de l’âge d’or du "film de collège".

C’est finalement un film plus complexe qu’un divertissement que Jon Hurwitz et Hayden Schlossberg ont signé avec "American Pie 4". Ils n’avaient peut-être pas la carrure suffisante pour s’y coller et l’on regrettera jusqu’au fantasme que personne n’ait eu l’idée de faire appel à Jude Apatow ou quelqu’un de sa bande pour aboutir à une réflexion plus profonde et plus déconnante à la fois.

Jason Biggs et Sean Williams Scott, autrement dit Jim et Stifler, qui sont producteurs du film, auraient peut-être trouvé là de quoi rebondir ailleurs que dans un "American Pie 5" improbable... mais que l’on rêve déjà d’aller voir...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=