Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gleizes - Metzinger : Du cubisme et après
Musée de la Poste  (Paris)  Du 9 mai au 22 septembre 2012

Qui dit cubisme, dit Picasso et Braque considérés comme ses fondateurs, le premier avec "Les demoiselles d'Avignon", le second avec "Le Grand nu", deux toiles peintes en 1907.

Mais le mouvement cubiste s'est développé jusqu'à la première guerre mondiale avec le Groupe de Puteaux, connu sous le nom de Section d’Or, qui fédèrera notamment Robert Delaunay, Marcel Duchamp, Fernand Léger et Francis Picabia, pour ne citer que les plus célèbres, qui s'est constitué en 1911.

Les théoriciens de ce groupe, qui intellectualisent la démarche picturale de Picasso et Braque qualifiée d'intuitive", sont Albert Gleizes et Jean Metzinger, qui publièrent en 1912 un ouvrage intitulé "Du cubisme" considéré sinon comme un traité fondateur du moins comme un essai théorique.

A l'occasion du centenaire de cette publication, le Musée de la Poste présente avec "Gleizes - Metzinger : du cubisme et après".

Une bienvenue et intéressante exposition consacrée à l'oeuvre de ces deux peintres dont les noms ont été éclipsés par les grandes figures du siècle et qui tient également d epiqure de rappel sur le cubisme.

Gleizes - Metzinger : "un tandem cubiste" qui ne pédalait pas toujours dans le même sens

A partir de nombreuses toiles, dessins, documents et films, la commissaire Josette Rasle a conçu un parcours chronologique largement commenté, qui revêt également un caractère didactique et contribue à illustrer la diversité de la "révolution cubiste" à travers la mise ne résonance de trajectoire artistique de deux peintres qui est celle de parallèles qui se sont croisées au sein du creuset du cubisme.

En 1910, Albert Gleizes peintre impressionniste autodidacte rencontre Jean Metzinger peintre formé par un portraitiste rouennais célèbre et qui s'inscrit dans le mouvement pointilliste du néo-impressionniste.

Au sein de la Section d'Or, dont l'exposition présente les oeuvres de plusieurs de leurs membres dont André Lhote, Léopold Survage, Henri Valensi, Auguste Herbin et de Roger de la Fresnaye, Gleizes et Metzinger, largement représentés, y feront figure de chefs de file et de théoriciens.

Après la dispersion due à la Première guerre mondiale, les deux peintres suivront des voies tout aussi inattendues que divergentes.

Jean Metzinger est le représentant pur et dur du cubisme analytique, avec sa palette de couleurs sourdes, pour lequel la "grille cubiste dicte sa loi à la définition des formes".

Mais celui qui invente le plan en translation parallèle ("Danseuse dans un café", "Le goûter") navigue entre cubisme et figuration.

Il revient à la figuration dans les années 20 avec des portraits intégrant les postulats cubistes sur la spatialité et le collage ("Femme en bleu", "Le miroir") qui reprendront le dessus dans les années 40.

En revanche, Albert Gleizes, qui est toujours attaché au sujet, poursuit dans la voie d'un cubisme évolutif avec une palette chromatique plus saturée ("Femmes assises à une fenêtre").

S'il intègre et conserve la rotation des plans géométriques ("Deux nus", "L'écolier"), la courbe n'est pas éliminée de son vocabulaire stylistique ("Le Chant de guerre") et rompant avec la staticité spatiale, il impulse, par l'emploi de l'arabesque, une dynamique rythmique qui est celle du cubisme orphique ("Maternité glorieuse", "La libellule").

A noter le catalogue publié aux Editions des Beaux-arts de Paris qui, notamment, revient sur l'histoire du cubisme avec un article de l'historien d'art Peter Brooke et décrypte l'aventure de ce tandem cubiste, selon l'expression de Christian Briend, conservateur en chef du Patrimoine au Musée National d'Art Moderne qui y signe un essai.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée de la Poste

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée de la Poste


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=