Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De rouille et d'os
Jacques Audiard  mai 2012

Réalisé par Jacques Audiard. France. Drame. 1h55. (Sortie 17 mai 2012). Avec Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Bouli Lanners, Céline Sallette et Corinne Masiero.

Les films de Jacques Audiard se suivent et se ressemblent : encensés par la critique française, incompris par son homologue international et laissant perplexe un public CSP+ à tendance bobo, qui y va par effet de distinction, selon l’expression de Pierre Bourdieu.

Car Audiard est un cinéaste qui traite de sujets de société qui intéressent un public éclairé, espérant les voir exposés autrement que dans les journaux télévisés. On y parle de réinsertion sociale, de marchands de sommeil, de prison qui transforme en fauve un petit gars de banlieue.

Dans "De rouille et d’os", on y évoque la surveillance des caissières de supermarché et la vie des presque précaires.

Mais attention, Audiard n’est jamais dans le vérisme, le naturalisme, le Kenloachisme. Il n’y est pas non plus question de transcendance, de parcours christique belge comme chez les frères Dardenne.

Non, à côté du vérisme, il y a une espèce de fantastique social fantasmé. Ici, Marion Cotillard est un personnage sorti du "Grand Bleu", sauf que les dauphins sont des orques et ont des dents bien cruelles ; ici Matthias Schoenaerts est un boxeur de l’extrême sorti de "Fight Club", version combats de coqs humains dans les terrains vagues et les parkings de supermarchés déserts.

La réunion des deux aboutit à un mélange des genres improbable, qui plaît aux critiques amateurs de récits tarabiscotés, propices à performance d’acteurs et constructions scénariques aléatoires qui rappellent des polars modernes ou post-modernes. Et les autres, qui aiment bêtement que le scénario tienne le coup et ne soit pas fondé sur un artifice qu’il faut accepter sans renâcler et uniquement parce qu’il provient de l’homme au chapeau, ont bien du mal.

Dans "Un prophète", il fallait accepter que le héros inculte apprenne le corse, rentre et sorte de prison comme dans un moulin et soit un petit Machiavel de l’incarcération. Dans "De rouille et d'os", le couple formé par la dresseuse d’orques cul-de-jatte et par le boxeur bestial paraît aussi crédible que l’annonce d’un coup de foudre entre Ségolène Royal et Frank Ribéry.

On est dans "Je t’aime, moignon plus", selon la très fine expression de Xavier Beauvois et l’on plaint Marion Cotillard d’être obligé de payer son Oscar au prix fort de tels rôles. Si l’on reste de glace devant des scènes qui font du film d’Audiard un "Intouchables" hard, si l’on n’aime pas qu’un mélo n’affronte pas le mélo jusqu’au bout, on sera forcément très peu concerné par ce film exhibitionniste qui montre ses muscles et se dégonfle dans le happy end.

Beaucoup moins inspiré comme réalisateur qu’il est coutume de le dire, Audiard est surtout un très bon directeur d’acteurs. Dans "De rouille et d’os", outre Matthias Schoenaerts, magnifiquement enfermé dans son autisme brutal, on retrouve Corinne Masiero aussi convaincante chez Audiard que dans "Louise Wimmer" de Cyrille Menegun.

Il y a donc indéniablement des morceaux de bravoure qui font passer la déperdition consécutive à des scènes complaisantes et faussement audacieuses.

Il faut voir "De rouille et d’os" de Jacques Audiard, en penser ce qu’on en veut et s’amuser, ensuite, à découvrir la quasi unanimité critique.

Tant d’éloges et de superlatifs pour un film plus vain que vivant ne doit pas déstabiliser : il y a sans doute une raison à cet enthousiasme. Et si Jacques Audiard, comme d’autres chouchous des médias en leur temps, faisait tout simplement le cinéma plus littéraire que cinématographique qu’aiment des critiques bien trop souvent plus du côté de la littérature que du 7ème art ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=