Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De rouille et d'os
Jacques Audiard  mai 2012

Réalisé par Jacques Audiard. France. Drame. 1h55. (Sortie 17 mai 2012). Avec Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Bouli Lanners, Céline Sallette et Corinne Masiero.

Les films de Jacques Audiard se suivent et se ressemblent : encensés par la critique française, incompris par son homologue international et laissant perplexe un public CSP+ à tendance bobo, qui y va par effet de distinction, selon l’expression de Pierre Bourdieu.

Car Audiard est un cinéaste qui traite de sujets de société qui intéressent un public éclairé, espérant les voir exposés autrement que dans les journaux télévisés. On y parle de réinsertion sociale, de marchands de sommeil, de prison qui transforme en fauve un petit gars de banlieue.

Dans "De rouille et d’os", on y évoque la surveillance des caissières de supermarché et la vie des presque précaires.

Mais attention, Audiard n’est jamais dans le vérisme, le naturalisme, le Kenloachisme. Il n’y est pas non plus question de transcendance, de parcours christique belge comme chez les frères Dardenne.

Non, à côté du vérisme, il y a une espèce de fantastique social fantasmé. Ici, Marion Cotillard est un personnage sorti du "Grand Bleu", sauf que les dauphins sont des orques et ont des dents bien cruelles ; ici Matthias Schoenaerts est un boxeur de l’extrême sorti de "Fight Club", version combats de coqs humains dans les terrains vagues et les parkings de supermarchés déserts.

La réunion des deux aboutit à un mélange des genres improbable, qui plaît aux critiques amateurs de récits tarabiscotés, propices à performance d’acteurs et constructions scénariques aléatoires qui rappellent des polars modernes ou post-modernes. Et les autres, qui aiment bêtement que le scénario tienne le coup et ne soit pas fondé sur un artifice qu’il faut accepter sans renâcler et uniquement parce qu’il provient de l’homme au chapeau, ont bien du mal.

Dans "Un prophète", il fallait accepter que le héros inculte apprenne le corse, rentre et sorte de prison comme dans un moulin et soit un petit Machiavel de l’incarcération. Dans "De rouille et d'os", le couple formé par la dresseuse d’orques cul-de-jatte et par le boxeur bestial paraît aussi crédible que l’annonce d’un coup de foudre entre Ségolène Royal et Frank Ribéry.

On est dans "Je t’aime, moignon plus", selon la très fine expression de Xavier Beauvois et l’on plaint Marion Cotillard d’être obligé de payer son Oscar au prix fort de tels rôles. Si l’on reste de glace devant des scènes qui font du film d’Audiard un "Intouchables" hard, si l’on n’aime pas qu’un mélo n’affronte pas le mélo jusqu’au bout, on sera forcément très peu concerné par ce film exhibitionniste qui montre ses muscles et se dégonfle dans le happy end.

Beaucoup moins inspiré comme réalisateur qu’il est coutume de le dire, Audiard est surtout un très bon directeur d’acteurs. Dans "De rouille et d’os", outre Matthias Schoenaerts, magnifiquement enfermé dans son autisme brutal, on retrouve Corinne Masiero aussi convaincante chez Audiard que dans "Louise Wimmer" de Cyrille Menegun.

Il y a donc indéniablement des morceaux de bravoure qui font passer la déperdition consécutive à des scènes complaisantes et faussement audacieuses.

Il faut voir "De rouille et d’os" de Jacques Audiard, en penser ce qu’on en veut et s’amuser, ensuite, à découvrir la quasi unanimité critique.

Tant d’éloges et de superlatifs pour un film plus vain que vivant ne doit pas déstabiliser : il y a sans doute une raison à cet enthousiasme. Et si Jacques Audiard, comme d’autres chouchous des médias en leur temps, faisait tout simplement le cinéma plus littéraire que cinématographique qu’aiment des critiques bien trop souvent plus du côté de la littérature que du 7ème art ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=