Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce De rouille et d'os
Jacques Audiard  mai 2012

Réalisé par Jacques Audiard. France. Drame. 1h55. (Sortie 17 mai 2012). Avec Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Bouli Lanners, Céline Sallette et Corinne Masiero.

Les films de Jacques Audiard se suivent et se ressemblent : encensés par la critique française, incompris par son homologue international et laissant perplexe un public CSP+ à tendance bobo, qui y va par effet de distinction, selon l’expression de Pierre Bourdieu.

Car Audiard est un cinéaste qui traite de sujets de société qui intéressent un public éclairé, espérant les voir exposés autrement que dans les journaux télévisés. On y parle de réinsertion sociale, de marchands de sommeil, de prison qui transforme en fauve un petit gars de banlieue.

Dans "De rouille et d’os", on y évoque la surveillance des caissières de supermarché et la vie des presque précaires.

Mais attention, Audiard n’est jamais dans le vérisme, le naturalisme, le Kenloachisme. Il n’y est pas non plus question de transcendance, de parcours christique belge comme chez les frères Dardenne.

Non, à côté du vérisme, il y a une espèce de fantastique social fantasmé. Ici, Marion Cotillard est un personnage sorti du "Grand Bleu", sauf que les dauphins sont des orques et ont des dents bien cruelles ; ici Matthias Schoenaerts est un boxeur de l’extrême sorti de "Fight Club", version combats de coqs humains dans les terrains vagues et les parkings de supermarchés déserts.

La réunion des deux aboutit à un mélange des genres improbable, qui plaît aux critiques amateurs de récits tarabiscotés, propices à performance d’acteurs et constructions scénariques aléatoires qui rappellent des polars modernes ou post-modernes. Et les autres, qui aiment bêtement que le scénario tienne le coup et ne soit pas fondé sur un artifice qu’il faut accepter sans renâcler et uniquement parce qu’il provient de l’homme au chapeau, ont bien du mal.

Dans "Un prophète", il fallait accepter que le héros inculte apprenne le corse, rentre et sorte de prison comme dans un moulin et soit un petit Machiavel de l’incarcération. Dans "De rouille et d'os", le couple formé par la dresseuse d’orques cul-de-jatte et par le boxeur bestial paraît aussi crédible que l’annonce d’un coup de foudre entre Ségolène Royal et Frank Ribéry.

On est dans "Je t’aime, moignon plus", selon la très fine expression de Xavier Beauvois et l’on plaint Marion Cotillard d’être obligé de payer son Oscar au prix fort de tels rôles. Si l’on reste de glace devant des scènes qui font du film d’Audiard un "Intouchables" hard, si l’on n’aime pas qu’un mélo n’affronte pas le mélo jusqu’au bout, on sera forcément très peu concerné par ce film exhibitionniste qui montre ses muscles et se dégonfle dans le happy end.

Beaucoup moins inspiré comme réalisateur qu’il est coutume de le dire, Audiard est surtout un très bon directeur d’acteurs. Dans "De rouille et d’os", outre Matthias Schoenaerts, magnifiquement enfermé dans son autisme brutal, on retrouve Corinne Masiero aussi convaincante chez Audiard que dans "Louise Wimmer" de Cyrille Menegun.

Il y a donc indéniablement des morceaux de bravoure qui font passer la déperdition consécutive à des scènes complaisantes et faussement audacieuses.

Il faut voir "De rouille et d’os" de Jacques Audiard, en penser ce qu’on en veut et s’amuser, ensuite, à découvrir la quasi unanimité critique.

Tant d’éloges et de superlatifs pour un film plus vain que vivant ne doit pas déstabiliser : il y a sans doute une raison à cet enthousiasme. Et si Jacques Audiard, comme d’autres chouchous des médias en leur temps, faisait tout simplement le cinéma plus littéraire que cinématographique qu’aiment des critiques bien trop souvent plus du côté de la littérature que du 7ème art ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=