Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - samedi
Sallie Ford and the Sound Outside - Frànçois and The Atlas Mountain - Mastodon - Thee oh Sees - Dropkick Murphys - Kavinsky - The Cure  (Presqu'île du Malsaucy, Territoire de Belfort)  samedi 30 juin 2012

Deuxième jour : Today is the day (samedi 30 juin)

Dès l'ouverture des portes du festival, la fébrilité gagne déjà visiblement les corps et le vague à l'âme qui se lit dans certains regards lointains de festivaliers n'est pas seulement synonyme de fatigue : l'impatience épuise, et l'incarnation du rêve, qui ce jour-là porte un nom : The Cure, peine à prendre forme, sans doute, dans les esprits...

16h45 – Grande scène
J'ai découvert Sallie Ford and the Sound Outside il y a quelques mois : le groupe passait à La Vapeur, à Dijon, je ne pouvais aller les voir, ainsi me suis-je procurée Dirty Radio, premier album du groupe. A l'écoute, le rockab' semble bien pensé, bien léché, mais pourrait être taxé – c'est d'ailleurs le reproche essentiel entendu ici ou là – de déjà-vu.

Mais ce serait, me semble-t-il, légèrement cracher dans la soupe qui, je vous le rappelle est parfois bien meilleure, comme dit le proverbe, quand elle est faite dans un vieux pot. Ici la marmite musicale de Sallie Ford n'a sans doute rien d'"innovant" – terme épouvantable entre tous –, mais ce serait oublier ce qui fait la force de ce groupe : Sallie Ford elle-même, charismatique, dans son espièglerie manifeste et son petit rire charmant. Sa voix se révèle inclassable, modelée par un accent à couper au couteau. Le groupe nous gratifie de quelques morceaux de son album – "Danger", petite perle, bien que love song pour midinette –, mais aussi de nouveaux titres d'un nouvel album qu'on espère en cours. Entre deux morceaux, Sallie fait suivre des applaudissements nourris d'un petit "merci" jovial et bienheureux, rigole de bon cœur, siffle sa Heineken sans complexe, nous dit aimer l'été. On appréciera ce set sans pose, tout en naturel, qui peut-être aurait été plus pertinent programmé sur La Plage...

17h30 – Club Loggia
Pour les avoir découverts grâce à une session acoustique filmée ici-même, pour Froggy's Delight, pour les avoir déjà vus et photographiés en mai au festival Changez d'air, j'avais finalement hâte de revoir les Frànçois and The Atlas Mountain. "Finalement", parce que leur musique a, d'une certaine manière, tout pour déplaire, dans cette bizarrerie assumée des textes et de la musique, difficilement catégorisable pour l'auditeur lambda. La pop – pardon : l'indie pop afrobeat, s'il vous plaît – est planante, tantôt faussement simpliste en raison de l'aspect lancinant de certains titres, tantôt clairement complexe dans son indéniable diversité musicale. Le tout se trouve (bien) porté par un chanteur aux allures d'éphèbe des temps antiques, dont les déhanchements subtils occupent à bon escient l'espace scénique, dont les regards de connivence avec ses musiciens en font un groupe complice et plutôt sympathique. Ainsi, voir Frànçois and the Atlas Mountain en live constitue une "expérience" musicale spécifique à recommander – et, pour cet été, vous avez le choix : ils se produiront aux Francofolies de La Rochelle et aux Nuits de Fourvière.

18h15 – Grande scène
Enfin, murmuré-je tout bas. LE groupe de métal de week-end arrive, Mastodon, et qui fait preuve très vite d'une dextérité technique incontestable dans un set, somme toute, et malheureusement, plutôt académique. Le groupe joue essentiellement son dernier album, The Hunter, avec quelques excursions, néanmoins, dans ce que beaucoup considèrent comme leur meilleur album, Crack The Skye. On s'étonnera, de plus, de réentendre deux fois le même titre dans le même set : pour le dernier concert de leur tournée, un peu plus de spontanéité et un peu moins de "professionnalisme" auraient été appréciés...

19h15 – Green Room
Place à la réelle découverte du jour pour moi : Thee oh Sees. Pour mon plus grand bonheur, le set se révèle complètement déjanté – et le mot est faible – grâce aux transes frénétiques de John Dwyer et à l'allure improbable du guitariste, Petey Dammit. De la sueur, des tatouages, de la salive – beaucoup, beaucoup de salive –, et un bon gros rock garage bien dégueulasse comme je les aime... Le groupe n'a plus de dates en France cette année. Dommage pour vous.

20h15 – Grande scène
Dropkick Murphys ou l'indéniable – et un peu trop commerciale à mon goût – programmation "festive" de la soirée : ce punk rock aux accents celtiques dans la droite lignée The Pogues agite un public qui brandit des drapeaux... bretons. Pour tout dire, on se croirait à la Saint-Patrick, un 17 mars : musique et climat confondus. De telle sorte qu'on se demande un peu si le public danse la gigue par plaisir ou par nécessité (histoire de se réchauffer, par exemple).

20h50 – La Plage
Ça se gâte. Sévère. Les festivaliers ont le nez en l'air, commencent à sortir la petite laine et les ponchos multicolores. Sur la Plage, le vent souffle, et Kavinsky se ramène, dans un tonnerre... d'applaudissements. Si j'ai pu parler de "folie C2C" pour le vendredi des Eurocks, là nous pourrions évoquer la furie Kavinsky. Lui, lunettes noires, débarque visiblement confiant. Dans une rage d'électro électrique, l'orage interrompra son set, et son inlassable tube "Nightcall"... Mais ce choix est le bon et l'événement se révèle bien maîtrisé : l'alerte "orange" et des consignes seront diffusées sur les écrans géants. En tout cas, rien ne semble faire peur aux festivaliers... fidèles à leur scène et à leurs artistes.

??h?? : Grande scène
Annulé. Reporté. Annulé. Reporté. Ok, on y va. Les organisateurs, bien malgré eux on s'en doute, jouent à ce petit jeu diabolique pendant une bonne heure. Et puis des cris. Une clameur, lourde, puissante, qui monte d'un public à présent détrempé, dissimulant peut-être une larme d'impatience et de joie mêlées. Avoir un mythe vivant dans le viseur de son objectif a quelque chose de tout à fait périlleux d'un point de vue cardiaque. Autour de moi, dans la fosse, des modes "rafale", des bousculades de photographes nerveux à la recherche de "la" photographie. Robert Smith, visage blanchâtre dans une lumière blafarde, apparaît, et se permet cette petite modestie qui nous arrache un sourire : "Thank you for waiting". Et le concert-marathon de The Cure fut.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Frànçois and The Atlas Mountain en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Mastodon en concert à Sonisphere Festival - France 2013 - 3ème édition
Mastodon en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - vendredi 26 août
La chronique de l'album A Weird Exits de Thee Oh Sees
Thee oh Sees en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Thee oh Sees en concert au Grand Mix (dimanche 19 mai 2013)
Thee oh Sees en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Thee oh Sees en concert au Festival La Route du Rock #24 (jeudi 14 août 2014)
Thee oh Sees en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
La chronique de l'album Going Out In Style de Dropkick Murphys
Dropkick Murphys en concert au Fil (lundi 3 juillet 2017)
Dropkick Murphys en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Samedi 8 juillet
Dropkick Murphys en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
Kavinsky en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Kavinsky en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Kavinsky en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
La chronique de l'album Trilogy DVD de The Cure
The Cure en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
The Cure en concert au Festival La Route du Rock 2005 (samedi)
The Cure en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - vendredi
La conférence de presse de The Cure (3 août 2005)

En savoir plus :
Le site officiel du festival Les Eurockéennes de Belfort
Le Facebook du festival Les Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Sophie Hébert (retrouvez toutes ses photos sur sa page Facebook)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=