Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Haight-Ashbury
Haight-Ashbury 2: The Ashburys  (Cadiz Records)  avril 2012

Glasgow traîne une longue tradition de groupes dont on ne saurait définir une famille unique mais qui partagent quelques valeurs communes : le sens mélodique (Lloyd Cole & the Commotion, The Pastels, Teenage Fan Club, Belle & Sebastian...), l'obsession américaine (Texas, Jesus & Mary Chain - album Stoned and dethroned, Primal Scream - album Give out but don't give up), le psychédélisme (Donovan, Primal Scream - album Screamadelica). C'est aussi une ville sous haute influence de substances hallucinogènes : il suffit de regarder les noms des albums des groupes sus-cités mais c'est aussi là-haut que se déroule l'action de Trainspotting, et que les frères Reid ont écrit Psychocandy.

Les Haight Ashbury, Jennifer Thompson aux voix, caisse claire et cymbales, Kirsty Reid aux voix et à la basse, et son frère Scott à la guitare et cythare, sont les cadets bâtards et talentueux de cette ville où des litres d'Irn Bru sont avalés chaque dimanche matin pour faire passer la gueule de bois.

Ce deuxième album vient conforter la bonne opinion qu'on avait déjà du groupe après la sortie de leur premier disque l'année dernière. Même si leur nom évoque San Francisco, ses z'hippies, l'amour libre, les voyages opiacés et que leur musique doit énormément aux mélodies et instrumentations des groupes psychés californiens du summer of love, la production reste actuelle, évitant que le groupe ne soit qu'une ressucée des Grateful Dead ou Jefferson Airplanes. Les percussions sont sombres, sous influence Moe Tucker, les guitares lourdes, et les deux voix féminines qui s'entremèlent aeériennes comme chez Veruca Salt.

Plus agressif dans sa forme que leur premier opus, les deux singles tirés jusqu'à présent de l'album creuse cependant le même sillon que l'album précédent. "Sophomore" sonnait comme d'heureuses retrouvailles, "She's so groovy 86" (dont on vous conseille d'aller voir le clip bien allumé) s'impose par ses refrains absolument parfaits.

Les Haight Ashbury, peut-être parce qu'ils sonnent familiers mais en léger décalage, composent des morceaux qui s'imposent toujours très rapidement dans la playlist parfaite du lecteur mp3. Un groupe qui a su éviter les écueils du second album, qui semble mûrir doucement, et dont on attend déjà avec impatience le troisième album. Un peu d'amour dans un monde de brutes.

 

En savoir plus :
Le Myspace de Haight-Ashbury
Le Facebook de Haight-Ashbury


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=