Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eloge de la trahison
Jacques Aboucaya  (Editions du Rocher)  janvier 2012

Dans cet opuscule qui se veut un plaidoyer en faveur des traîtres, Jacques Aboucaya comprend la trahison selon au sens large du terme. En plus de la défense de celui qui poignarde un compagnon de route dans le dos, il traite aussi de la trahison aux valeurs, à la coutume, à ce qui est généralement admis par le plus grand nombre.

Malgré son titre, ce livre ne cherche pas à justifier l'indéfendable, mais à trouver des circonstances atténuantes aux "salauds". Il ne va donc pas aborder l'art de retourner sa veste à l'aune d'une valeur morale (édictée par qui ?), mais l'auteur va expliquer une action en se plaçant dans la posture de l'isolé, du paria, du mal-intégré. C'est-à-dire qu'il va donner un alibi à celui qui adopte une opinion hors-norme. Jacques Aboucaya avance souvent l'utilitarisme comme axe d'explication, voire de défense à la trahison. Le traître, c'est ce personnage grâce à qui l'intrigue progresse. Sans trahison, le shéma thèse / antithèse / synthèse ne peut se mettre en place, interdisant le développement de l'histoire.

Il va chercher ses exemples dans l'Histoire, dans les arts, dans la politique et, bien évidemment dans la religion. Le nom de l'apôtre Judas est tellement emblématique de la trahison qu'il est devenu un nom commun. Mais rien de bien neuf sous le soleil. Ainsi, comme on le sait, l'histoire est écrite par les vainqueurs, Céline est un grand écrivain malgré ses pamphlets antisémites, le sport professionnel est le paradis des tricheurs, quant aux professionnels de la politique, ils retournent leur veste à la première occasion, qu'il s'agisse de personnages historiques ou de petits dirigeants actuels auxquels les livres de cours, dans quelques décennies, consacreront au mieux un entrefilet comme pour les Présidents de la Troisième ou de la Quatrième. On se régale néanmoins de quelques anecdotes sur Eric Besson, Edouard Balladur ou Olivier Stirn.

Les exemples donnés par l'auteur sont nombreux et variés, mais on regrette parfois l'absence de développement ou le rappel du contexte de la trahison. Lorsque celui-ci illustre son propos par certaines fables mythologiques, l'action de personnages de romans ou une histoire éloignée, il semble penser, à tort, qu'elles sont connues de tous, qu'elles font partie d'un socle de culture commun à l'ensemble de ses lecteurs. Ceci n'empêche cependant pas d'apprécier le propos, et de retourner se cultiver après avoir terminé son ouvrage.

La forme adoptée qui s'apparente à un dialogue de théâtre donne principalement la parole au défenseur des traîtres et ne permet donc pas l'équité du temps de parole, ce qui en fait bien un Eloge de la trahison. Cependant, on fera remarquer à Jacques Aboucaya que lui-même trahit le titre de l'ouvrage puisqu'en faisant parler un personnage fictif, même si celui-ci peut être abordé comme l'alter ego de l'auteur, il n'assume entièrement pas les propos tenus dans le livre. Ce petit ouvrage amusant, d'une mauvaise foi revendiquée, vous aidera néanmoins difficilement à trouver des excuses dans la vie courante lorsque vous vous comportez vous-même en beau salaud.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Eloge de la vulgarité" de Claude Cabanès
La chronique de "Eloge du contraire" de François Bott
La chronique de "Eloge du mauvais goût" de Frédéric Roux
La chronique de "Eloge du dégoût" de Bernard Morlino
La chronique de "Eloge de l'arrogance" de Philippe Vilain
La chronique de "Eloge du non" de Jean-Claude Lamy


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=