Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Chant des Sirènes
L'Etoile du Nord  (Paris)  juillet 2012

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Pascal Quignard, mise en scène de Cédric Orain, avec Olav Benestvedt et Céline Milliat-Baumgartner, accompagnés par le musicien Nicolas Laferrerie.

Quand débute "Le Chant des Sirènes", on découvre sur scène une chanteuse et un guitariste "rock".

Comme dans bien des spectacles vus cette année, la chanteuse susurre dans un anglais approximatif une chanson dans la mouvance du Velvet Underground ou de sa caricature, une chanson forcément minimaliste, une chanson forcément maniérée.

Résigné, on s'apprête alors à subir une fois de plus un spectacle hybride dans lequel la lecture des textes d'un poète est prétexte à intermèdes musicaux électrifiés plutôt poussifs ou dignes d'un soir de fête de la musique.

Mais, soudain, intervient un grand jeune homme en colère... Lui aussi est très critique, devant ce bruit, devant cette musique d'ascenseur... Ouf ! C'était une fausse piste. Celui qui aurait eu la bonne idée de lire la présentation de son spectacle par Cédric Orain se serait douté qu'il y avait un piège liminaire. En effet, le metteur en scène du "Chant des Sirènes" y proclame que "nous sommes assaillis par une musique qui nous berce et nous agresse".

Un monde où les Sirènes, comme le dit Pascal Quignard, ne sont plus des oiseaux à têtes de femmes, dont les héros antiques devaient se méfier, mais le mot désignant une sonnerie pour voiture de pompier ou d'ambulance.

C'est donc à une réflexion sur la musique, ou plutôt ce qu'on appelait à une époque la "musak", cette musique qui envahit tout et n'enchante personne, que nous convie Cédric Orain avec pour guide en mots et en idées, le poète-romancier-essayiste Pascal Quignard.

Quand on prononce ce nom, s'opère souvent un partage entre pour et contre, entre ceux qui aiment et ceux qui rejettent ce janséniste qui porte une parole incisive et dit en quelques mots des choses que d'aucuns trouvent éclairantes et d'autres communes.

La grande qualité du spectacle de Cédric Orain est de combattre efficacement cet injuste clivage : cette adaptation de "Boutès" et de "Haine de la musique", textes ici regroupés sous l'expression "Le Chant des Sirènes" confortera les défenseurs de Quignard et devrait contribuer à faire changer d'avis beaucoup de ses contempteurs.

Car, ici, Cédric Orain sert les textes de Quignard plus qu'il ne s'en sert. Grâce à Olav Benestvedt et Céline Milliat-Baumgartner, qui s'appliquent à rendre intelligibles les mots de Quignard, on découvre que l'auteur de "Tous les matins du monde" est d'abord un poète. Un poète dans la lignée des poètes latins, comme Lucrèce ou Ovide.

Dans une mise en scène d'une grande limpidité, enrichie par de beaux effets de lumière de Bertrand Couderc, on comprendra parfaitement la pensée de Quignard et l'on appréciera sa subtilité et ses fulgurances.

Paradoxe -mais Quignard n'est-il pas lui-même un paradoxe ? -, les interventions musicales de Nicolas Laferrerrie contribuent aussi à éclairer ce chant des Sirènes qui s'en prend à la musique, à la fausse musique.

Reste la vraie, celle que pratique silencieusement Quignard et celle qui prend la forme du théâtre dans le spectacle de Cédric Orain.

Il faut souhaiter qu'après ce Festival "On n'arrête pas le théâtre", "Le Chant des Sirènes" pourra résonner bientôt sur d'autres scènes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=