Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A little closer
Matthew Petock  juillet 2012

Réalisé par Matthew Petock. Etats-Unis. Drame. 1h12. (Sortie 25 jjuillet 2012). Avec Sayra Player, Parker Lutz, Eric Baskerville et Chris Kies.

Quand on ronchonne, comme c'est souvent le cas dans ces lignes, sur l'absence d'un renouveau du cinéma indépendant américain qui paraît plutôt en voie de disparition que d'apparition, on ne pourra que fêter le 25 juillet, qui verra la sortie du film de Matthew Petock, et remettre ça le 1er août, date de celle de "The Color Wheel" d'Alex Ross Perry.

Dans les deux cas, on sera bien loin du cinéma américain dominant du moment, bruyant, brutal et banal dans sa routine cynique.

Avec "A little closer", Matthew Petock s'éloigne tout de suite des canons habituels en filmant une "scène de bricolage" qui tourne mal, mais qui ne va pas jusqu'au drame et surtout à l'effet dramatique.

Stephen, le plus jeune des enfants de Sheryl, ne perdra pas son œil à cause d'une fausse manœuvre de son frère Marc. Mais il devra passer l'essentiel du film avec un gros pansement et s'embarquer dans l'adolescence avec un complexe inutile de plus.

Chronique d'une famille plus amochée que décomposée, "A little closer" est l'occasion de regarder l'Amérique de l'ère Obama dans sa tranquille intranquillité. La famille que Sheryl tente de maintenir à flot n'est ni riche ni pauvre est en équilibre sur le plan social autant qu'humain.

Elle peut tomber, elle peut se maintenir. Tout va dépendre des circonstances, de la manière dont chacun de ses membres pourra avancer, pourra trouver ou retrouver le chemin du désir, pourra se persuader qu'il peut réussir à le trouver ou à le retrouver.

À petites touches justes et délicates, Matthew Petock montre comment la vie de Sheryl pâtit de tout ce qu'elle sacrifie à ses deux enfants et comment ceux-ci, inconsciemment, portent en eux le poids de ce sacrifice.

Dans d'autres temps cinématographiques, la "Sheryl" de Sayra Player aurait pu ressembler à la "Wanda" de Barbara Loden. Elle s'en éloigne parce que son désespoir est tempéré par la présence de Marc et de Stephen. Il y a en Sayra Player un vrai rayonnement capté magnifiquement par Matthew Petock qui garde sans cesse retenue et mesure pour ne pas trop en faire ni en filmer.

C'est donc un premier film parfaitement maîtrisé qui charrie tout un cinéma que l'on croyait disparu corps et bien à jamais... Un cinéma qui s'intéresse aux petits détails et travaille les visages, préfère les silences aux lourdes explications. Bref, un cinéma qui parle peu et observe beaucoup.

Pour son premier film, tourné en quelques jours avec les moyens d'une seconde du énième Spiderman, Matthew Petock dresse un tableau sensible d'une Amérique moyenne, hors les mégapoles, où l'on perçoit peut-être les vraies marques du "déclin" américain, comme dans ces scènes où la prof noire découvre l'immuable et indécrottable racisme des éternels "petits blancs" de la Virginie sudiste.

On saluera la qualité de sa direction d'acteurs qui lui permet de réussir aussi bien les scènes entre adolescents titillés par la sexualité qu'entre quadragénaires à la poursuite d'une libido vacillante.

Centrale, forte et fragile, point d'ancrage du film, on soulignera encore la performance de Sayra Parker en mère rêvant d'être aussi femme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=