Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kishi Bashi
Interview  (par mail)  juillet 2012

La pop de Kishi Bashi est radieuse, efficace mais exigeante, un délicieux mélange d'Andrew Bird, d'Owen Pallett et de Brian Wilson, rien que ça ! C'est aussi et surtout une superbe découverte de ce début d'été bien morose.

Une interview où Kishi Bashi nous parle de son parcours, de sa musique et de Chapelier Fou !

Peux-tu nous parler de toi, de ton parcours de musicien ?

Kishi Bashi : J’ai toujours été un musicien freelance et j’ai toujours joué avec des musiciens différents pour faire des choses variées. J’ai été violoniste et épaule réconfortante pour Regina Spektor, avec Sondre Lerche, j’étais clavier, je faisais les chœurs et j’étais l’ambassadeur du japon. Avec Of Montreal je faisais du violon, de la guitare, un peu de sample, et je faisais un peu le fou dans des danses théâtrales !

On te compare beaucoup à Andrew Bird, mais on peut sentir des influences de swing et de modern jazz dans ton jeu, tu en penses quoi ?

Kishi Bashi : J’aime beaucoup Andew Bird et ce depuis longtemps ! J’ai beaucoup étudié le swing et des musiciens comme Stéphane Grappelli, Jean Luc Ponti ou Didier Lockwood. J’ai étudié le violon à l’école et un jour Andrew Bird est venu parce qu’il était ami avec mon professeur. J’ai essayé de lui montrer mes compétences, mais il n’en a pas eu grand-chose à faire ! Il est vraiment très bon et fût une véritable source d’inspiration pour moi lorsque je développais ma technique de boucles en violon solo. Soit dit en passant et pour de nombreuses raisons, mes trois violonistes préférés sont français.

Tu joues donc avec Regina Spektor et Of Montreal. Quels sont tes rapports avec la scène pop actuelle ? Te sens-tu proche d’un groupe comme Animal Collective ?

Kishi Bashi : J’écoute beaucoup de choses actuelles. J’ai toujours été un fan d’Of Montreal et j’ai sauté sur l’occasion quand ils m’ont proposé de collaborer avec eux. J’ai beaucoup écouté Merriweather Post Pavilion d’Animal Collective et cela m’a donné beaucoup d’idées. Mais j’écoute énormément de musique africaine et je pense que c’est ce qu’ils font, tout comme Vampire Weekend, non ?

Si l’on voulait mettre une étiquette, un nom à ta musique nous pourrions parler de pop progressive. Ce terme te convient ?

Kishi Bashi : Prog pour moi c’est Yes ou Emerson Like and Palmer, si par pop progressive tu entends ce genre là alors je suis vraiment flatté !

Que signifie le titre de ton disque "151a" ?

Kishi Bashi : Cela pourrait être traduit comme "ichi-go-ichi-e", c’est une expression japonaise très populaire qui voudrait dire "une fois, une rencontre". C’est une méditation, une morale sur la beauté de l’instant avec d’autres personnes. C’est aussi une éthique de la performance qui souligne l’importance d’une mauvaise action ou une performance/ concert imparfaite. L’importance aussi de l’instant présent.

Il y a un musicien français qui a une approche assez proche de la tienne dans son utilisation du violon. Il est plus dans une musique électronique, acousmatique là où tu es plus dans une esthétique pop. Il se nomme Chapelier Fou. En as-tu déjà entendu parler ?

Kishi Bashi : Non, mais cela m’intrigue beaucoup et je vais me renseigner ! En studio j’utilise tout ce dont je peux disposer mais en live, j’utilise délibérément tres peu de matériel. Trois pédales de guitare pour montrer comment ma musique pousse…

Qu’en est-il du futur ? Penses-tu tourner en France ?

Kishi Bashi : Je suis à la recherche d’un label européen qui permettra de me faire connaître. J’aimerais beaucoup revenir en France. Jusqu’à présent, mon seul concert avec Kishi Bashi en France a été en première partie d’Of Montreal à Nantes.

Pour terminer, tu connais la scène pop française ?

Kishi Bashi : Pas tant que ça ! J’aime Chassol, j’aime aussi Emilie Loizeau. Bien sûr j’aime aussi Justice, Daft Punk et Phoenix mais j’ai appris qu’ils étaient plus connus et appréciés à l’étranger qu’en France ce qui me surprend beaucoup !

Merci à Kellyn, traduit de l’anglais par Jérôme Gillet.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 151a de Kishi Bashi
La chronique de l'album Lighght de Kishi Bashi
La chronique de l'album String Quartet Live! de Kishi Bashi
La chronique de l'album Sonderlust de Kishi Bashi
La chronique de l'album Omoiyari de Kishi Bashi

En savoir plus :
Le site officiel de Kishi Bashi
Le Bandcamp de Kishi Bashi
Le Facebook de Kishi Bashi

Crédits photos : Jennifer Leigh


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=