Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adrienn Pal
Agnès Kocsis  juillet 2012

Réalisé par Agnès Kokcis. Hongrie/Hollande/France/Autriche. Drame. 2h16. (Sortie 25 juillet 2012). Avec Eva Gabor, Istvan Znamenak, Akos Horvath, Lia Pokorny et Izabella Hegyi.

S'il est un film dont on n'a peur de mal parler, c'est bien "Adrienn Pal" d'Agnès Kocsis. Comment saisir tout ce que le film dit ou ne dit pas, feint ou ne feint pas, est ou n'est pas ?

Il faudrait d'abord se souvenir que les Hongrois ont un goût prononcé pour le fantastique caché dans le rien quotidien. Ceux qui ont vu, jadis, "L'esquimaude a froid" de Janos Xantus opineront du chef. Les autres auront les deux heures et quart d'"Adrienn Pal" pour s'en convaincre à leur tour.

Oser raconter la vie d'une infirmière obèse quasi mutique, mal marié avec un spécialiste de l'insémination animale, et qui travaille dans une unité de soins palliatifs, c'est déjà une prouesse en soi. Y ajouter une intrigue en pointillé dans laquelle Piroska, l'infirmière, enquête sur son passé, réel ou supposé, cela devient un numéro acrobatique qui ferait tomber beaucoup des confrères d'Agnès Kocsis.

Pour donner envie, ou faire fuir ceux qui préfèrent se gaver de pop corn devant des super-héros, on pourrait écrire qu'il s'agit ici d'une enquête à la Modiano dans l'univers de Kaurismaki. Sauf que l'enquêtrice qui se cherche au lieu de chercher n'est même pas sûre de ses faux souvenirs et que la Hongrie post-communiste n'a pas la densité de désespoir de la Finlande éthilyque.

On soulignera avant toutes choses le talent cinématographique d'Agnès Kocsis. Aucun des plans tournés dans l'hôpital ne laissera indifférent. Aucun ne fera un instant penser aux médiocres séries hospitalières. Personne ne pourra oublier ces plans où Piroska est dans la salle de contrôle des électro-cardiogrammes.

Et puis la réalisatrice filme avec justesse son héroïne : jamais elle ne la considère comme un sujet de foire. Il y a une vraie pudeur. Ses problèmes de poids, elle ne les exprimera qu'en bricolant furtivement un vélo d'appartement.

Piroska ne se plaint pas d'une vie pas gaie, elle est courageuse et pleine finalement d'une drôlerie rentrée. Elle est constamment belle dans son physique pas commode, constamment lumineuse, cette jeune femme incarnée par une actrice formidable, Eva Gabor.

Les cinéphiles se souviennent peut-être d'une autre Eva Gabor (sœur de Zsa Zsa) qui était une glamoureuse hollywoodienne. La seconde Eva Gabor n'a sans doute pas cette ambition, mais elle est une sacrée comédienne. Quand Agnès Kocsis filme son visage en gros plan, juste après qu'elle a coupé ses cheveux, on ne peut s'empêcher de penser, sans trop exagérer, qu'elle ressemble un peu à Renée Falconetti, la Jeanne d'Arc de Dreyer.

Bon, comme dans tous les films où l'on cherche autre chose que ce que l'on ne cherchait pas vraiment, on n'en saura finalement pas beaucoup plus sur Adrienn Pal. Était-elle la copine de Piroska au CM1 avant de déménager ?

Pas un spectateur qui aura aimé "Adrienn Pal" d'Agnès Kocsis ne se posera ni ne résoudra cette question futile.

En revanche, restera en lui le sentiment d'avoir partagé plus de deux heures de la vie d'une humble hongroise, d'une femme qui a bien le droit de manger une glace si ça lui chante. Il sera bien temps pour elle d'aller rejoindre le front, celui de la mort et du bip bip ininterrompu des électro-cardiogrammes

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=